Festivals d’Arunachal Pradesh

Il existe de nombreuses communautés en Arunachal Pradesh, reflétant une multitude de cultures et traditions. Ces différentes tribus célèbrent des festivals à connotation agricoles, religieux et socioculturels ponctués de danses, chants et prières. Les prêtres exécutent des rituels ancestraux avec bien souvent le sacrifice d’animaux. La plupart des festivals sont liés au cycle agricole et demandent aux divinités de protéger les récoltes. Les festivals sont étalés sur l’année en fonction du calendrier de chaque communauté.

C’est le festival de la communauté Khowa et dure 10 jours. Le festival est démarré par un pretre (Phati). Dans chaque village, il existe un endroit appelee ‘Suaiba’ qui sert de terrain pour les rituels. Les Khowas célèbrent ce festival avec beaucoup d’enthousiasme aux rythmes des danses, festins et autres festivités.

C’est le principal festival de la communauté Tagin disseminee un peu partout en Arunachal (Itanagar, Daporijo, Roing…). ‘Si’ signifie Terre et ‘Donyi’ le soleil. Les Tagins vénèrent les forces de la nature. Durant le festival, les habitants se badigeonnent d’Etting (mélange de poudre de riz et de bière locale). Les anciens dirigent les opérations sous la tutelle d’un prêtre (Nibu). Les divinités terrestre et solaire protègent les récoltes et les habitants de maladie. C’est un festival d’abondance, succès et prospérité. Les plus jeunes revêtent leurs plus beaux costumes et se coiffent d’un chapeau en bambou (donger) comme on peut le voir lors des chants et danses qui ponctuent le festival.

L’Orange festival se déroule dans la magnifique région de Dambuk, qui est inaccessible en été lorsque les rivières sont en crue. Le festival rassemble durant 2 jours de nombreux musiciens et artistes du pays. En parallèle, il promeut la diversité des communautés d’Arunachal et les échanges culturels avec le reste du pays à travers la musique, les arts et les sports de plein air.

Ce festival d’hiver est célébré à Nampong dans le district de Changlang depuis 2007. Sur 3 jours, les diverses communautés présentent leurs chants et danses traditionnels. On peut y acheter de l’artisanat local. Etant proche de la frontière, le Myanmar est également à l’honneur. Ce festival est l’occasion de partager la culture et les traditions de chacun.

Aussi appelee “Tawang Torgya”, ce festival se déroule au monastère de Tawang. Durant 3 jours, la cour intérieure du monastère est le théâtre de danses des moines. ‘Yamactaka Chak Khar Zur Gurpa’, un rituel de propitiation (Torgya) est orchestré donnant son nom au festival. Des milliers de gens convergent à Tawang dans leurs plus beaux costumes. Le clou du festival est la Chham, danse masquée et extrêmement codifiée qu’exécutent les moines au rythme des tambours et cymbales. Les masques que portent les moines sélectionnés représentent les différentes divinités bouddhistes. Tous les 3 ans, le festival est célébré avec plus de grandeur. Lors de ce Dung-gyur, les moines récitent le“Mani Dum Drub” (récitation de 10 millions de Mani Mantra).

C’est l’un des festivals les plus importants dans tout l’Arunachal qui était à l’origine uniquement célébré par la communauté Khampti dans le district de Lohit. Avec le temps, il s’est popularisé. Le festival démarre le 14 février et dure 3 jours. Les habitants baignent la statue du Bouddha et autres objets saints. Les gens s’arrosent et s’échangent des cadeaux. Le premier jour, des prières sont récitées pour le bien-être de la communauté au rythme des tambours. Durant le festival, les gens ne consomment pas de viande, ne fume et ne boivent pas d’alcool. Aucun travail manuel n’est autorisé. Les jeux d’argent et l’abattage d’arbre sont également suspendus. Le dernier jour, les idoles de Bouddha retrouvent leur place dans les temples. Ce festival marque le début du nouvel an.

C’est le festival de la communauté Hill-Miris et se déroule la dernière semaine de février durant 3 jours ou plus. L’attraction principale est la procession des habitants dans leurs costumes traditionnels menés par les prêtres. Le mithun et autres animaux sont sacrifiés pour apaiser les dieux puis partagés parmi les villageois.

Les Idus pensent être les descendants de la déesse mère ‘Nanyi Inyitaya’, qu’ils célèbrent durant le Reh festival. La cérémonie est si coûteuse que seules quelques familles de la communauté peuvent se permettre de la réaliser car elle nécessite le sacrifice de nombreux buffles. Il faut parfois 4 ou 5 ans pour préparer le festival qui dure 6 jours. Les habitants de Roing dans le district de Lohit le fêtent en fevrier mais les communautés vivant dans les hauteurs comme les villages de Talo, Amru et Dri le célèbre entre juin et août.

Nyokum est le festival de la communauté Nyishi et apporte harmonie et prospérité à ses habitants. Il est célébré le 28 février chaque année dans les districts d’East Kemang, Lower Subansiri, Kurung Kummey et Papumpar. Nyokum vient de 2 mots du dialecte local. Nyok signifie Terre et Kum veut dire peuple. Durant 2 jours, les villageois festoient et s’échangent des présents. Les prêtres récitent des prières et demandent aux esprits d’apporter paix et prospérité à la communauté.

Oriah est le festival agricole de la communauté Wancho qui démarre le 16 février et dure de 6 à 12 jours ponctué de prières, chants et danses. C’est le moment des semences et des sacrifices de cochons, buffles et mithuns sont organisés. Un poteau cérémoniel est dressé autour duquel les villageois chantent, dansent et s’échangent des tubes de bambou remplis de bière de riz.

Losar marque le nouvel an pour la communauté Monpa et dure 8 a 15 jours. Les habitants décorent le toit de leurs maisons avec des drapeaux à prières et se reçoivent les uns les autres. Les textes sacrés sont recitees et les lampes à beurre sont allumées. Des rituels sont organisés afin de protéger les terres des mauvais esprits. Les divinités sont vénérées afin d’apporter paix et bonheur aux habitants.

Aussi appelé Khan-Gailam, ce festival est observé par la communauté Miji en signe d’unité. Des sacrifices sont orchestrés afin que les dieux protègent les récoltes. Les prêtres nouent des cordelettes sacrées en coton autour du cou des habitants afin de leur apporter chance.

Myoko est le principal festival de la communauté Apatani, dure tout un mois et coïncide avec la floraison du prunier (takung) qui pousse sur le sol sacré (yugyang). Très élaborée et coûteux, les habitants se dont divisés en 3 groupes et se relaient pour l’organiser tous les 3 ans. Lorsqu’un groupe est en charge de l’organisation, les 2 autres sont les invités. Les prêtres récitent des incantations afin de calmer les esprits et protéger les habitants. Ces derniers s’offrent des cadeaux. Myoko a pour but de resserrer les liens entre les différentes familles et clans.

Le Gorsam Kora festival prend place au Gorsam Chorten de Zemithang situé à 95 Km de Tawang. Les différentes communautés présentent leurs danses traditionnelles. Chaque soir, les gens forment des processions guidés par le 13e Tsona Gontse Rinpoche. Ce chorten (ou stupa) du 12e siècle n’est accessible au public que tous les 12 ans et serait la réplique de la grande stupa de Bodnath à Kathmandu. Les pèlerins exécutent leur kora (circombulation) dans le sens des aiguilles d’une montre autour de la stupa.

Ce festival est organisé par le gouvernement d’Arunachal à Pasighat, une des plus anciennes villes de l’état. Il a pour but de promouvoir la culture avec des spectacles de chant et de danse, des sports de plein air, compétition de pêche, cuisine locale et défilé de mode.

Les Wanchos fêtent Ojiyele de 6 a 12 jours avec des prières, chants, danses et début des semences. Les habitants s’échangent des tubes de bambou contenant de la bière de riz. Cochons, buffles et mithuns sont sacrifiés et la viande distribuée parmi les habitants qui se rassemblent dans les morungs (dortoirs). Dans leurs costumes traditionnels, les jeunes chantent et dansent autour du poteau sacré (jangban) dressé pour l’occasion.

C’est l’un des principaux festivals de la communauté Nyishi et dure 5 à 7 jours. Le prêtre (nibu) lit l’avenir du village dans le foie d’un poulet et le jaune d’un œuf. Le lieu sacré du festival s’appelle Mlokom Yulo Nyengeng. Les habitants se cotisent pour organiser le festival et s’offrent des cadeaux.

Ce festival est organisé par la communauté Tangsa du district de Changlang a la fin des semences et marque le nouvel an. Les habitants demandent aux dieux de protéger les récoltes et de leur apporter bonheur et prospérité. C’est également le temps de prières pour les défunts. Les villageois revêtent leurs plus beaux costumes et célèbrent le festival avec des chants et des danses (sapolo) sur rythme du bong, instrument traditionnel, utilisé pour l’occasion.

Mopin est le plus important festival des Gallongs qui appartiennent à la communauté Adi et il est célébré dans tout l’Arunachal Pradesh. Il dure 5 jours et démarre juste avant les semences et met en scène la riche culture et tradition des Gallongs. Ces derniers vénèrent la divinité du bonheur et de la prospérité. Les femmes, aux superbes costumes, bijoux et coiffes effectuent la popir, danse traditionnelle.

Célébré le 4e jour du calendrier lunaire, Saka Dawa marque l’illumination de Gautam Buddha lorsqu’il atteint le Nirvana. Saga Dawa est aussi appelé ‘mois des mérites’. Les habitants se rendent au monastère pour y faire des offrandes et se recueillir. S’ensuit la kora (circumambulation) autour du monastère avec la récitation de mantras.

Lors du Dree Festival, les Apatanis sacrifient poulets, œufs et animaux pour apaiser les dieux Tamu, Metii, Danyi et Harniang. Chaque maison et jardin sont nettoyés et les femmes préparent l’apong, bière de riz. Le pretre (Nyibu) coordonne les rituels et choisit avec les anciens le lieu du festival. Le dieu Danyi est vénéré pour apporter protection et prospérité, Tamu protège les récoltes des maladies et de insectes et Metii empêche la famine et les épidémies de toucher la population. Enfin, Harniang garde le sol stable et évite la sécheresse.

Solung est le festival socio-religieux de la communaute Adi. Juste après les semences, les habitants demandent aux dieux de proteger les recoltes. Il se divise en 3 parties et permet de resserrer les liens au sein de la communaute a travers des rituels et des danses.

Le Ziro Festival of Music est l’un des plus gros événements musicaux du Nord-Est. Des artistes, locaux, indiens et internationaux se rassemblent dans la superbe vallée de Ziro dans une ambiance bon enfant. On peut y déguster une nourriture locale et s’adonner a des sports de plein air.

Depuis 2012, Tawang organise un festival culturel qui a pour but de promouvoir la culture locale. Durant 4 jours, on peut y découvrir les danses masquées effectuées par les moines, des jeux traditionnels, des expositions de l’artisanat local, des films et documentaires sur la région, expos photos et peintures, défilé de mode et y déguster une nourriture authentique.

Loku ou Chalo Loku est un festival agricole dont les dates sont choisies par les anciens en fonction du calendrier lunaire. Durant le premier jour (Phamlamja) seront sacrifiés cochons, buffles dont la viande sera consommée le lendemain. Le deuxième jour (Chamkatja) marque le passage à l’âge adulte des adolescents en les introduisant au Paang (conseil communal). Le troisième et dernier jour (Thanlangja), les habitants se rassemblent pour chanter, danser et festoyer dans la maison du chef. Les familles qui ont participé au Chamkat reçoivent également les danseurs qu’ils récompensent avec un repas.

Le Mechukha Adventure Festival est organisee par le ministere du Tourisme afin de promouvoir durant 3 jours les sports de plein air (parapente, VTT, rafting…)

Le Siang River Festival est célébré chaque année à Tuting, Yingkiong et Pasighat. Il permet de promouvoir un tourisme responsable et offre de nombreuses activités (elephant safari, parapente, rafting, jeux traditionnels…) ainsi que la découverte de la cuisine locale et des chants et danses locales.

Siron Molo Sochum est l’un des plus importants festivals de la communauté Nyishi. Juste avant le festival, les maisons sont réparées et les récoltes (riz, millet, maïs…) sont stockées dans les greniers. Les femmes offrent aux invités de délicieux plats et boissons locales et les anciens racontent aux plus jeunes les légendes anciennes. La divinité des récoltes est remerciée de sa protection.

Podi Barbi est un festival tribal de la communaute Adi d’Itanagar. ‘Podi Barbi’ est le nom d’un criquet qui envahit les champs au moment des récoltes. Des animaux sont sacrifiés et les Adis se rassemblent pour chanter et danser.