Les Barbus de l’Inde

Les Barbus de l’Inde

Les barbus asiatiques sont originaires de la forêt d’Asie du Sud-Est et du sous-continent indien. Il existe 30 espèces de barbus asiatiques qui vivent généralement dans la forêt intérieure, mais le barbet de chaudronnier le plus célèbre est connu pour vivre au bord de la jungle urbaine. Voici la liste des 10 espèces de barbus trouvées en Inde.

Le Barbu Géant (Psilopogon virens) est le plus grand de toutes les espèces de barbets. Le nom anglais “Barbet” est dérivé du mot français “barbe” aui fait référence aux poils qui frangent son lourd bec.

Son aire de répartition s’étend du nord-est du Pakistan à travers l’Himalaya jusqu’au sud de la Chine et au sud jusqu’au Laos dans le nord de l’Indochine, la Thaïlande et le Myanmar.

Il se trouve généralement dans les forêts de feuillus à feuilles persistantes entre environ 600 à 2 565 m.

Il est résident (non migrateur) dans son aire de répartition.

Il est généralement vu seul ou en couple, sauf après avoir élevé des jeunes auquel cas des oisillons peuvent les accompagner. Un plus grand nombre d’entre eux peut se trouver dans les arbres fruitiers.

Il mesure 32 à 33 cm de longueur (y compris la courte queue) et pèse environ 210 g. Il a une tête relativement grosse et un cou court.

Le plumage est principalement vert, à l’exception de la tête bleue, du dos et de la poitrine bruns, de l’abdomen jaune strié de vert et de l’évent rouge. Il a un gros bec jaune avec un culmen noir (partie supérieure du bec). Les mâles et les femelles se ressemblent. Les oiseaux immatures ressemblent aux adultes.

Le vol est fort mais plongeant.

Il se nourrit principalement de fruits, de fleurs, de bourgeons et de graines, mais mangent également un large éventail d’insectes, notamment des mites, des mantes, des fourmis, des cigales, des libellules, des grillons, des criquets et des coléoptères. Il se nourrit généralement dans les branches les plus hautes des grands arbres.

Il niche généralement dans des cavités d’arbres, qui peuvent être les nids abandonnés des pics ou des creux naturels, entre 3 et 4,6 mètres du sol. La couvée moyenne se compose de 2 à 4 œufs (parfois 5) qui présentent souvent de très faibles lignes descendant longitudinalement. La période d’incubation (jusqu’à l’éclosion) est d’environ 13 à 15 jours.

Le cri territorial du mâle est décrit comme un kay-oh très fort. D’autres vocalisations incluent l’appel d’alarme – un keeab dur; notes répétitives et lamentables de pio-pio-pio-pio et un-nee ao, un-nee ao.

Le Barbu Rayé (Psilopogon lineata) se trouve le long des contreforts sud de l’Himalaya et également dans certaines parties du Bangladesh et du Bengale occidental.

C’est un grand barbet, mesurant de 25 à 30 cm de long et pesant de 110 à 200 g. Le plumage général est vert. Le dos, les ailes, le croupion et le dessus de la queue sont verts. La tête, la nuque, la gorge, la poitrine et le ventre sont chamois clair et sont fortement striés. La région de l’évent est vert pâle. Le bec est épais et rose pâle. Il a des poils autour de la base du bec. Il a un grand cache-œil jaunâtre entourant les yeux. Les iris sont noirâtres. Les pieds sont orange rosé.

Le mâle et la femelle se ressemblent et les juvéniles ont un plumage plus terne. Son cri consiste en un son «poo-tok» répété.

Il se nourrit principalement de fruits, mais mange également un large éventail d’insectes, tels que des fourmis, des cigales, des libellules, des grillons, des criquets, des coléoptères, des mites et des mantes. Il mange aussi des fleurs.

Il niche dans des trous d’arbres et la femelle pond généralement de 2 à 4 œufs, qui sont incubés pendant 13 à 15 jours.

Le Barbu Vert (Psilopogon viridis) est endémique des zones forestières du sud de l’Inde, principalement le long des Ghâts occidentaux au sud des Surat Dangs et le long des collines associées du sud de l’Inde dans certaines parties des Ghâts orientaux du sud, principalement dans les collines de Shevaroy et de Chitteri.

Dans certaines régions comme dans la ville de Bangalore, il a été suggéré que cette espèce pourrait avoir déplacé le Barbu à Tête Brune qui aurait autrefois été présent là-bas.

Il a un sourcil distinctif et une bande blanche plus large sur la joue. Il lui manque également l’anneau oculaire orange du Barbu à Tête Brune.

Son cri est très similaire et les deux espèces se rencontrent dans certaines des forêts les plus sèches à l’est des Ghâts occidentaux.

Comme tous les autres barbus asiatiques, il est principalement frugivore bien qu’ils puissent parfois manger des insectes. Il se nourrit des fruits de diverses espèces de Ficus, notamment Ficus benjamina, Ficus mysorensis et d’autres arbres fruitiers introduits tels que Muntingia calabura.

En quête de nourriture, il ests assez agressif et tentera de chasser d’autres barbus, Koels et autres frugivores.

Comme beaucoup d’autres barbus d’Asie, il est vert, reste immobile et se perche debout, ce qui le rend difficile à repérer. Pendant la saison de reproduction qui commence au début de l’été, son appel devient fort et constant, surtout le matin. L’appel, un Kot-roo… Kot-roo… monotone commençant par un trrr explosif ne se différencie pas facilement de celui du Barbu à Tête Brune. Au cours des après-midi chauds, il peut également émettre une seule note qui n’est pas sans rappeler l’appel du Petit-Duc à Collier ou du Barbu à Plastron Rouge. D’autres appels durs sont produits lors de rencontres agressives.

La tête est brunâtre striée de blanc, lui donnant parfois un aspect coiffé. Le bec est rose pâle. La longueur est de 165-185 mm, la tête de 51-53 mm et la queue de 60-67 mm. La taille varie des plus grands oiseaux du nord à ceux du sud.

Pendant la saison de reproduction, leurs appels sont forts et sans équivoque. Le cri, un monotone ‘Kot-roo… Kotroo…’, ne se différencie pas facilement de celui du Barbet à tête brune. Pendant les après-midi chauds, ils crient également avec une seule note «wut» un peu comme le cri du Petit-duc à Collier.

C’est un nidificateur à cavité primaire, ciselant le tronc ou une branche verticale d’arbre avec un trou d’entrée rond. Il se reproduit de décembre à juillet, élevant parfois deux couvées. Les arbres de nidification préférés dans les zones urbaines comprennent Gulmohur Delonix regia et le tulipier du Gabon Spathodea campanulata. Ces nids peuvent également être utilisés comme perchoirs. Il peut réutiliser le même arbre de nidification chaque année, mais creuse souvent un nouveau trou d’entrée.

Il joue un rôle important dans les forêts en tant qu’agent de dispersion des graines. Il visite également les fleurs de Bombax pour le nectar et peut être impliqué dans la pollinisation.

Il est arboricole et visitera rarement le sol. Il tire la majeure partie de l’eau dont il a besoin de son alimentation fruitée. Lorsque l’eau est disponible dans un trou d’arbre, il va parfois boire et se baigner.

Sa consommation de fruits en fait une nuisance mineure dans les vergers, bien qu’il soit noté comme ayant un effet bénéfique dans les plantations de café.

L’ornithologue indien, Salim Ali, a noté que certains oiseaux peuvent chanter la nuit pendant la saison de reproduction, mais cela a été mis en doute par d’autres observateurs tels que K K Neelakantan qui notent que ces oiseaux semblent être strictement diurnes.

Dans le sud de l’Inde (Réserve de tigres de Periyar), ce barbu commence à se reproduire en décembre et continuent de nicher jusqu’en mai. On pense que cette espèce forme un lien de couple qui dure plus longtemps qu’une seule saison de reproduction. L’appel est intense pendant la période de parade nuptiale. L’alimentation nuptiale de la femelle par le mâle est habituelle avant la copulation. L’intensité de l’appel diminue après l’éclosion des œufs.

Le trou du nid est généralement fait de branches mortes. Ce barbu est agressif envers les petits nids à trous tels que le barbu de Malabar, détruisant parfois leurs nids en picorant à l’entrée. Les deux sexes creusent le nid et cela peut prendre environ 20 jours pour terminer le nid. Les œufs sont pondus environ 3 à 5 jours après l’excavation du nid. Environ 3 œufs sont pondus. La période d’incubation est de 14 à 15 jours. Pendant la journée, les deux sexes incubent, mais la nuit, seule la femelle est assise sur les œufs. Le couple défendra le nid contre les écureuils palmistes qui s’attaquent parfois aux œufs. Les poussins sont nourris avec une alimentation riche en insectes. Les jeunes quittent le nid après 36 à 38 jours.

Le Barbu de Malabar (Psilopogon malabaricus) est endémique des Ghâts occidentaux en Inde du Sud. Il est réparti dans les états du Maharashtra (sud), de Goa, du Karnataka (ouest), du Kerala et du Tamil Nadu (ouest).

C’est un petit barbu asiatique, mesurant de 15 à 17 cm de long et pesant de 35 à 40 g. Il a un plumage globalement vert. Les parties supérieures sont vert foncé et les parties inférieures sont bleu pâle ou vert jaunâtre. Le front, le visage, le menton et le haut de la gorge sont rouges. Il y a une bande oculaire noire. La couronne est noire. Les côtés du cou ont des taches bleues. L’arrière du cou et le haut de la poitrine ont une tache orange jaunâtre. Les couvertures sous-caudales sont vert très pâle. Le dessous de la queue est grisâtre. Le bec est gris foncé. Les iris sont brun foncé. Il y a un cercle oculaire gris. Les pattes et les pieds sont rougeâtres. L’appel est un son métallique “tuk…tuk…tuk”.

Il a une dépendance modérée à la forêt. Il se trouvet normalement à des altitudes de 0 à 1300 m. Les écosystèmes et habitats artificiels comprennent des terres cultivées, des jardins ruraux, des plantations, des vergers et des plantations de café.

Les écosystèmes naturels et les habitats de ces espèces comprennent les forêts à feuilles persistantes, les lisières des forêts, les forêts tropicales et subtropicales humides des basses terres, les zones humides, les rivières, les ruisseaux et les ruisseaux.

Son régime se compose principalement de fruits sauvages, de fruits de plantation, de baies, de baies de café et de figues. Il peut aussi se nourrir de larves, de petits insectes, de fourmis et de termites volantes.

Sa saison de reproduction s’étend de décembre à mai dans la plupart de son aire de répartition. Les sites de nidification sont les trous dans les branches des arbres creusés par les couples reproducteurs. Près de 50 % des couples élèvent une deuxième couvée après que la première couvée ait pris son envol.

Cette espèce est monogame et très territoriale. La couvée contient généralement deux œufs blancs. Les parents couvent les œufs. Les poussins éclosent après 14-15 jours d’incubation. Les poussins sont initialement nourris avec des insectes. Ils s’envolent en 35 jours environ.

C’est un oiseau résident non migrateurs. Il se disperse localement après la reproduction. Les populations des altitudes plus élevées descendent vers les niveaux inférieurs en hiver.

Après la reproduction, les jeunes peuvent se disperser et s’établir dans de nouveaux endroits de l’aire de répartition. Dans leur aire de répartition, ils peuvent effectuer des déplacements locaux pour se nourrir et se reproduire.

Le Barbu de Franklin (Psilopogon franklinii) est un résident dans les collines du nord-est de l’Inde à l’est jusqu’au sud-ouest de la Chine, de la Malaisie et du Vietnam. C’est une espèce qui habite les forêts feuillues sempervirentes de 900 à 2565 m d’altitude.

Il mesure 20,5-23,5 cm de long. C’est un oiseau dodu, avec un cou court, une grosse tête et une queue courte. Le bec est sombre et le plumage du corps est vert, mais les sous-espèces ont des motifs de tête différents. La forme nominale du nord adulte a une calotte rouge et jaune, une bande oculaire noire, un bas du cou blanc et une gorge jaune. Le mâle et la femelle se ressemblent, mais le jeune est plus terne avec un motif de tête plus faible.

Il se nourrit principalement de fruits et de quelques fleurs, mais mange également un large éventail d’insectes, tels que des fourmis, des cigales, des libellules, des grillons, des criquets, des coléoptères, des mites et des mantes.

Il niche dans des trous d’arbres et la femelle ponde généralement de 2 à 4 œufs, qui sont incubés pendant 13 à 15 jours.

Le cri territorial du mâle est un pukwowk très fort.

Le Barbu à Tête Brune (Psilopogon zeylanica) se trouve en Inde et au Sri Lanka, où on le trouve dans les jardins et les pays boisés.

Il s’agit d’un barbu relativement gros mesurant en moyenne 27 cm de long. Il a une grosse tête et un cou court et une queue courte. L’adulte a la tête, le cou et la poitrine striés de brun, avec un cache-œil jaune. Le reste du plumage est vert. Le bec est épais et rouge. Le mâle et la femelle se ressemblent.

Il est largement remplacé par le Barbu Vert dans les Ghâts occidentaux et les régions vallonnées du sud de la péninsule de l’Inde, bien que les deux espèces puissent être présentes ensemble dans de nombreux endroits. Les cris des 2 espèce sont similaires, mais la tache blanche sur la joue du Barbu Vert est distinctive.

Il se nourrit de fruits et d’insectes.

Il niche dans les cavités des arbres. La couvée moyenne se compose de 2 à 4 œufs.

L’appel est un kutroo…kutroo…kutroo répétitif. D’autres oiseaux reprennent l’appel quand il commence. Il est plus silencieux en hiver.

Brown-headed Barbet or Large Green Barbet (Megalaima zeylanica)

Le Barbu à Oreillons Noirs (Psilopogon cyanotis) se trouve en Inde, au Népal, au Bhoutan, au Bangladesh, au Myanmar, en Thaïlande, au Cambodge, au Laos, au Vietnam et en Chine.

En Inde, il est réparti dans les États du Bengale Occidental, du Sikkim, de l’Assam, du Meghalaya, de l’Arunachal Pradesh, du Nagaland, du Manipur, du Tripura et du Mizoram.

La sous-espèce P. c. cyanotis est réparti dans le sud-est du Népal, le Bhoutan, l’est du Bangladesh, le nord-est de l’Inde, le Myanmar, la Thaïlande et le sud de la Chine.

La sous-espèce P. c. orientalis est réparti dans l’est de la Thaïlande, au Cambodge, au Laos et au Vietnam. La sous-espèce P. c. stuarti est distribué dans la Thaïlande péninsulaire.

C’est un barbu relativement petit, mesurant de 15 à 17 cm de long et pesant environ 40 grammes.

Il a les parties supérieures vertes. Les parties inférieures sont vert jaunâtre. Le mâle a les couvertures auriculaires, le milieu de la couronne et la gorge bleus. Il y a des taches rouges au-dessus et au-dessous des couvertures auriculaires bleues. Il y a une tache orange sur la joue et le front est noir.

Il existe une étroite bande noire diffuse entre la gorge et la poitrine. Les sous-caudales sont pâles et bleuâtres. La femelle a un motif de couleur plus terne. Le jeune a un plumage globalement vert avec une teinte bleuâtre sur le visage et la gorge.

Le bec est gros et sombre et est bordé de soies. Les iris sont brun foncé. Les pieds sont gris foncé. Son appel est un son disyllabique et répétitif “tk-trrt..tk-trrt..tk-trrt”.

Il a une dépendance modérée à la forêt. Il se trouve normalement à des altitudes de 0 à 1600 m. Les écosystèmes artificiels et les habitats comprennent les plantations, les vergers et les jardins ruraux.

Les écosystèmes naturels et les habitats comprennent les forêts tropicales et subtropicales humides de plaine, les forêts tropicales et subtropicales humides de montagne, les forêts de feuillus à feuilles persistantes, les mangroves et les zones arbustives humides tropicales et subtropicales.

Son régime alimentaire se compose principalement de fruits sauvages, les fruits du verger, de baies, de figues, de drupes et d’insectes. Il est pour la plupart arboricole et fourrage à mi-étage et dans la canopée.

Sa saison de reproduction s’étend de janvier à août dans la plupart de son aire de répartition. Au Vietnam, la ponte est observée en janvier. En Thaïlande, la saison de reproduction s’étend de mars à septembre.

Le site de nidification est un creux dans un tronc d’arbre, creusé par le couple reproducteur. Cette espèce est monogame et territoriale. La couvée contient généralement 2 œufs blancs. Les oisillons sont nourris par les parents.

Le Barbu à Gorge Bleue (Psilopogon asiatica) a une large aire de répartition et est commun du nord-est du Pakistan et du Népal, du sud-ouest de la Chine, de la Thaïlande, du centre du Laos, du nord de l’Annam et du Vietnam. C’est un résident répandu dans les collines de l’Himalaya.

Il fréquente les forêts sempervirentes de montagne et les forêts de feuillus, les jardins, les vergers, les forêts de teck et les villes avec des arbres fruitiers.

Il mesure entre 23 – 28 cm de long, queue comprise; et peser entre 78 et 103 g.

Le mâle et la femelle se ressemblent. Les jeunes ont un plumage globalement plus terne.

On le voit généralement se nourrir dans la canopée de la forêt, mais il visite aussi les arbustes pour se nourrir.

Son alimentation de base se compose de fruits (en particulier de figues), de fleurs et d’insectes, tels que les larves, les grillons, les mantes, les fourmis, les cigales, les libellules, les criquets, les coléoptères et les mites.

Sa saison de reproduction commence généralement en mars et se poursuit jusqu’en juillet. Le comportement de parade consiste en une alimentation mutuelle, et les oiseaux appariés vont « faire un duo » et se montrer.

Les deux parents creusent généralement un nid à environ 1,5 m à plus de 8 m au-dessus du sol, souvent sous une branche morte. Ils tapissent leur nid d’herbes de matières végétales.

La couvée moyenne se compose de 2 à 5 œufs blancs, ovales, légèrement brillants et à coquille mince, qui sont couvés par les deux parents pendant environ 14 jours. Les deux parents participent également à l’élevage des poussins une fois qu’ils ont éclos. On pense que les jeunes s’envolent vers l’âge de 30 à 40 jours.

Le Barbu à Plastron Rouge (Psilopogon haemacephalus) est un résident que l’on trouve en Asie du Sud et dans certaines parties de l’Asie du Sud-Est.

Dans toute son aire de répartition, on le trouve dans les jardins, les bosquets et les bois clairsemés. On dit que les habitats avec des arbres ayant du bois mort approprié pour l’excavation sont importants. Il niche et se perche dans des cavités.

Dans les collines Palni du sud de l’Inde, on dit qu’il se produit en dessous de 1000 m. Dans l’Himalaya, on le trouve principalement dans les vallées de l’Himalaya extérieur jusqu’à 1000 m. Il est rare dans les zones désertiques sèches et les forêts très humides.

Environ neuf sous-espèces sont bien reconnues.

C’est un oiseau au front et à la gorge cramoisis qui est surtout connu pour son appel métronomique qui a été comparé à un chaudronnier frappant le métal avec un marteau qui a donné son nom en anglais «Coppersmith Barbet».

Comme les autres barbus, il creuse un trou dans un arbre pour construire son nid.

Il se nourrit principalement de fruits mais prend parfois des insectes, en particulier des termites ailées.

Un peu plus gros qu’un moineau, c’est un barbu relativement petit à 17 cm. C’est un oiseau dodu, avec un cou court et une grosse tête. La queue courte et tronquée est distinctement triangulaire en vol.

Il a des couleurs vives, avec un visage jaune bordé de noir avec des rayures noires sur les yeux, une couronne avant et une tache de gorge rouges. Le bec est gros et sombre. Les parties supérieures sont vert herbe et les parties inférieures vert jaunâtre, striées de manière diffuse de vert plus foncé.

Pendant la saison de nidification, l’usure des plumes peut rendre le plumage du haut du dos bleuté.

Le mâle et la femelle se ressemblent. Les jeunes sont plus ternes et n’ont pas de taches rouges.

On le voit seul, en couple ou en petits groupes; de plus grandes rassemblement occasionnels sur des Ficus à fructification abondante. Il aime prendre le soleil le matin sur les branches nues des grands arbres, voltigeant souvent sur le point de s’asseoir l’un à côté de l’autre. Le vol est rectiligne, avec des battements rapides.

Cette espèce se chevauche dans l’aire de répartition avec plusieurs grands barbus dans la majeure partie de l’Asie du Sud. Dans les Ghâts occidentaux, il chevauche en partie le Barbu de Malabar qui est de taille très similaire mais ayant un appel plus rapide. Le front rouge, le cercle oculaire jaune et la tache de la gorge avec le dessous strié et les parties supérieures vertes le rendent assez distinctif. Les jeunes sont plus ternes et n’ont pas de taches rouges. Le mâle et la femelle se ressemblent. La forme sri lankaise a plus de noir sur le visage, plus de rouge sur la poitrine et des stries plus foncées sur le dessous.

On le voit seul, en couple ou en petits groupes; de plus grandes rassemblements occasionnels sur des Ficus à fructification abondante. Il aime prendre le soleil le matin sur les branches nues des grands arbres, voltigeant souvent sur le point de s’asseoir l’un à côté de l’autre. Le vol est rectiligne, avec des battements rapides.

Il rivalise avec d’autres oiseaux nicheurs dans les cavités. On a remarqué que le Barbu à Gorge Bleue l’expulse parfois de son nids, tandis que des Bulbuls à Ventre Rouge se sont livrés au cleptoparasitisme, privant le mâle des baies apportées à la femelle au nid.

Les nids sont également utilisés pour se percher et certains oiseaux se perchent seuls dans des cavités et ceux-ci se perchent souvent pendant une partie de la journée. Les jeunes se perchent avec les parents mais reviennent souvent tôt pour ne pas être empêchés par les parents d’entrer dans la cavité du perchoir.

L’appel est un tuk…tuk…tuk (ou tunk) fort plutôt métallique, rappelant une feuille de cuivre battue. Répété de façon monotone pendant de longues périodes, en commençant par un tuk tamisé et en augmentant jusqu’à un volume et un tempo uniformes, ce dernier variant de 108 à 121 par minute et peut continuer avec jusqu’à 204 notes. Il est silencieux et ne chante pas en hiver.

Le bec reste fermé pendant chaque appel – un morceau de peau nue des deux côtés de la gorge se gonfle et s’effondre avec chaque tuk.

Il préfère les fruits du Banyan, Peepul et autres figuiers sauvages, diverses drupes et baies, et l’insecte occasionnel, capturé dans des sorties aériennes. Des pétales de fleurs peuvent également être inclus dans son alimentation.

Il mange près de 1,5 à près de 3 fois son poids en baies chaque jour.

La parade nuptiale implique le chant, le gonflement de la gorge, le hochement de la tête, le battement de la queue, l’alimentation rituelle et le lissage mutuel des plumes.

Il se reproduit une grande partie de l’année avec des variations locales. La saison de reproduction est principalement de février à avril en Inde et de décembre à septembre au Sri Lanka.

Le mâle et la femelle creusent le nid sous une étroite branche horizontale. Ils peuvent également se percher à l’intérieur des trous de nidification. Trois ou quatre œufs sont pondus et, comme pour de nombreux oiseaux nicheurs en trou, la période d’incubation n’est pas bien connue mais a été estimée à environ 2 semaines. Les deux partenaires incubent. Souvent, deux couvées sont élevées en succession rapide.

Les adultes sont parfois capturés par des espèces prédatrices. Dans les zones urbaines, il existe des enregistrements de collisions avec des structures, y compris des murs blancs. Des intoxications aux pesticides ont également été constatées.

Le Barbu à Couronne Rouge (Psilopogon rubricapillus) est endémique des forêts claires du Sri Lanka au large de la côte sud du sous-continent indien.

Ce barbu dodu mesure en moyenne 15 cm de longueur. Il a un cou court, une grosse tête et une queue courte.

Le plumage est principalement vert. Il a une bande bleue sur le côté de la tête et du cou, et un croissant noir derrière l’œil. Des poils distinctifs bordent leurs lourds becs.

Il se nourrit principalement de fruits, mais mangent également un large éventail d’insectes, tels que des fourmis, des cigales, des libellules, des grillons, des criquets, des coléoptères, des mites et des mantes.

Il niche dans un trou d’arbre et la femelle pond généralement de 2 à 4 œufs, qui sont incubés pendant 13 à 15 jours.