Les Calaos de l’Inde

Les Calaos de l’Inde

Les calaos en Inde sont de différentes tailles, formes et couleurs. Les calaos sont connus sous le nom de «fermiers de la forêt» ou de «disperseurs de graines de la forêt». On trouve les calaos dans les mythes et les rituels de certaines régions de l’Inde.

Ces oiseaux nichent dans les creux des arbres, pendant la saison de reproduction, la femelle scelle l’ouverture avec ses excréments et des boulettes de boue. Les trous d’arbres sont scellés pour protéger les œufs des serpents et autres prédateurs. Le mâle nourrit la femelle et les jeunes.

Le Calao Bicorne (Buceros bicornis) est le plus grand calao d’Inde et d’Asie du Sud-Est. Il se trouve dans trois zones distinctes d’Asie du Sud; dans les Ghâts occidentaux, les contreforts himalayens de l’Uttarakhand jusqu’au sud du Népal et du Bhoutan, et au nord-est de l’Inde. Ils sont également présents au Myanmar, dans les îles de l’archipel de Mergui, dans le sud de la Chine, au Vietnam, au Laos, au Cambodge, en Thaïlande, en Malaisie péninsulaire et à Sumatra, en Indonésie.

Il se trouve dans les forêts primaires sempervirentes et humides de feuillus, principalement dans les forêts de plaine, mais il peut être trouvé jusqu’à 2000 m dans certaines zones. Dans le nord-est de l’Inde, il n/est généralement pas enregistré au-dessus de 1000 m. Il est également observé dans les forêts et les plantations sélectivement exploitées à proximité de forêts plus grandes.

Leur distribution s’étend à la Thaïlande, la Birmanie, la Malaisie et Sumatra. Leur habitat est constitué de forêts anciennes denses (non exploitées) dans les régions vallonnées. Ils semblent dépendre de grandes étendues de forêt contrairement à beaucoup de petits calaos. En Thaïlande, les domaines vitaux des mâles étaient d’environ 3,7 km² pendant la saison de reproduction et d’environ 14,7 km² pendant la saison de non-reproduction.

Sa taille et ses couleurs impressionnantes l’ont rendu important dans de nombreuses cultures et rituels tribaux. Il a une longue durée de vie, vivant près de 50 ans en captivité. Il est principalement frugivore bien qu’il soit opportunisteset se nourrisse de petits mammifères, de reptiles et d’oiseaux.

C’est un grand oiseau, de 95 à 120 cm de long, avec une envergure de 152 cm et un poids de 2,15 à 4 kg. C’est le calao asiatique le plus lourd, mais pas le plus long.

La caractéristique la plus importante du calao est le casque jaune vif et noir au sommet de son bec massif. Le casque apparaît en forme de U vu de face et le sommet est concave avec deux arêtes le long des côtés qui forment des pointes à l’avant, une référence à laquelle fait référence l’épithète d’espèce latine bicornis. Le casque est creux et ne sert à rien, bien qu’on pense qu’il est le résultat d’une sélection sexuelle. On sait que les calaos mâles se livrent à des coups de casque aériens, les oiseaux se frappant en vol.

Les femelles sont plus petites que les mâles et ont des yeux bleu-blanc au lieu de rouges bien que la peau orbitale soit rosâtre. Comme les autres calaos, ils ont des “cils” proéminents. Le dos du casque est rougeâtre chez les femelles tandis que le dessous du devant et du dos du casque est noir chez les mâles. Le mâle répand la sécrétion de la glande de lisser qui est jaune sur les primaires (les plus longues plumes des ailes) et le bec pour leur donner la couleur jaune vif. La commissure du bec est noire et présente un bord dentelé et usé avec l’âge. Les battements d’ailes sont lourds et le son produit par les oiseaux en vol peut être entendu de loin. Le bruit produit ressemble au souffle d’une locomotive à vapeur qui démarre.

Le vol implique des battement d’ailes rigides suivis de vols planés avec les rémiges primaires bien visibles. Ils sont parfois connus pour voler à grande hauteur au-dessus des forêts.

L’espèce était autrefois divisée en sous-espèces cavatus des Ghâts occidentaux, la forme nominale des forêts sub-himalayennes est parfois appelée sous-espèce homrai. La sous-espèce de Sumatra a parfois été considérée comme cristatus. La variation entre les populations concerne principalement la taille, les oiseaux de l’Himalaya étant plus grands que ceux du sud et l’espèce est désormais généralement considérée comme monotypique.

Comme les autres membres de la famille des calaos, ils ont des os très pneumatisés, avec des cavités d’air creuses s’étendant jusqu’au bout des os de leurs ailes. Cette caractéristique anatomique a été notée par Richard Owen qui a disséqué un spécimen à la Zoological Society of London décédé en 1833.

Ils sont généralement observés en petits groupes avec des groupes plus importants se rassemblant parfois près des arbres fruitiers. Une congrégation de 150 à 200 oiseaux a été enregistrée dans le sud-est du Bhoutan. Dans la nature, le régime alimentaire du Grand Calao se compose principalement de fruits. Les figues sont particulièrement importantes en tant que sources de nourriture. Vitex altissima a été noté comme une autre espèce importante. Ils se nourrissent également de fruits riches en lipides des familles Lauraceae et Myristicaceae tels que Persea, Alseodaphne et Myristica. Ils tirent entièrement l’eau dont ils ont besoin de leur alimentation à base de fruits. Ils sont d’importants disperseurs de nombreuses espèces d’arbres forestiers. Ils mangent également de petits mammifères, des oiseaux, des petits reptiles et des insectes. Il a été observé que les Ouandérous (macaques à queue de lion) se nourrissent à côté de ces calaos.

Ils se nourrissent le long des branches, se déplacent en sautillant, à la recherche d’insectes, d’oiseaux nicheurs, de petits lézards, arrachent l’écorce et les examinent. Les proies sont capturées, jetées en l’air et avalées. Un écureuil rare, l’écureuil volant de Travancore Petinomys fuscocapillus a été noté dans le régime alimentaire de l’espèce tandis que le Petit-Duc à Collier (Otus bakkamoena), la Chevêchette de Jungle (Glaucidium radiatum) et le Colombar Pompadour (Treron pompadora) ont été notés comme oiseaux de proie dans les Ghâts occidentaux.

Pendant la saison de reproduction, ils deviennent très bruyants. Ils font des duos bruyants. Ces cris commencent par un “kok” fort environ une fois par seconde donné par le mâle et rejoint par une femelle. La paire appelle alors à l’unisson se transformant en un mélange rapide de rugissements et d’aboiements. Ils préfèrent les forêts matures pour la nidification. Les arbres grands, hauts et vieux, en particulier les arbres émergents qui s’élèvent au-dessus de la canopée semblaient être préférés pour la nidification.

Ils forment des couples monogames et vivent en petits groupes de 2 à 40 individus. Des parades nuptiales en groupe impliquant jusqu’à 20 oiseaux ont été observées.

La femelle construit un nid dans les creux de gros troncs d’arbres et l’ouverture est scellée avec un plâtre composé principalement d’excréments. Elle reste emprisonnée dans son nid jusqu’à ce que les poussins soient semi-développés en comptant sur le mâle pour lui apporter de la nourriture. Pendant cette période, la femelle subit une mue complète. Les jeunes pigeonneaux sont dépourvus de plumes et paraissent très dodus. Elle est nourrie par son compagnon à travers une fente. La couvée se compose d’un ou deux œufs qu’elle couve pendant 38 à 40 jours. La femelle évacue ses excréments à travers la fente du nid et les jeunes suivent le même comportement d’assainissement du nid après l’âge de deux semaines. Une fois que la femelle sort du nid, elle scelle l’entrée à nouveau pour les poussins.

Les jeunes oiseaux n’ont aucune trace de casque. Après la deuxième année, l’extrémité antérieure se sépare du culmen et, la troisième année se forme un croissant transversal avec les deux bords se développant vers l’extérieur et vers le haut tandis que la partie antérieure s’élargit pour égaler la largeur de l’extrémité postérieure. Le développement complet prend cinq ans.

Les sites de repos sont régulièrement utilisés et les oiseaux arriveront ponctuellement au coucher du soleil depuis de longues distances, en suivant les mêmes itinéraires chaque jour. Plusieurs grands arbres à proximité peuvent être utilisés, les oiseaux choisissant les branches les plus hautes avec peu de feuillage. Ils se querellent pour les meilleures positions jusqu’à tard au crépuscule. Lorsqu’ils dorment, ils tirent leur cou en arrière et le bec est maintenu incliné vers le haut.

En raison de la perte d’habitat et de la chasse dans certaines régions, il est classé Quasi menacé sur la Liste rouge des espèces menacées de l’UICN. Il est inscrit à l’Annexe I de la CITES. Des baisses de population ont été constatées dans de nombreuses régions comme le Cambodge. Des approches moléculaires de l’étude de la diversité de leur population ont été tentées.

Les communautés tribales menacent le calao bicorne par la consommation de ses différentes parties. Les becs et la tête sont utilisés dans les charmes et la chair est considérée comme médicinale. Les jeunes sont considérés comme un mets délicat. Les membres des tribus de certaines parties du nord-est de l’Inde et de Bornéo utilisent leurs plumes pour se coiffer, et leurs crânes sont souvent portés comme décorations. Leur chair est considérée comme impropre à la consommation par les Nagas avec la croyance qu’ils produisent des plaies aux pieds comme chez l’oiseau. Lorsque vous dansez avec les plumes du calao, évitez de manger des légumes car on pense également qu’ils produisent les mêmes plaies aux pieds. Des programmes de conservation ont tenté de fournir aux tribus des plumes de calaos captifs et des casques en fibre de verre pour remplacer les plumes naturelles.

Les calaos sont appelés « homrai » au Népal (donnant le nom de cette sous-espèce) et « banrao » signifiant tous deux « roi de la forêt ».

C’est l’oiseau d’État de l’État de Chin au Myanmar, du Kerala et de l’Arunachal Pradesh en Inde.

Les aires protégées indiennes où ils sont couramment observés sont la réserve de tigres d’Anamalai et le parc national de Dandeli (Ghâts occidentaux), la réserve de tigres de Corbett (nord de l’Inde) et Kaziranga, Pakke, Namdapha et Manas (nord-est de l’Inde).

Pour voir notre voyage sur les oiseaux dans le Nord-Est de l’Inde: cliquez ici

Le Calao de Malabar (Anthracoceros coronatus) est un résident commun en Asie du Sud tropicale de l’Inde et du Sri Lanka. Bien que son nom suggère qu’il est limité aux Ghâts occidentaux, il se trouve dans deux régions de l’Inde: une population dans les forêts du centre (Madhya Pradesh, Andhra Pradesh) et de l’est de l’Inde (Bihar, Orissa), et une autre dans les contreforts. des Ghâts occidentaux dans certaines parties du Maharashtra, du Karnataka, du Tamil Nadu et du Kerala. Une autre population se trouve au Sri Lanka. On les trouve souvent dans les forêts près des ruisseaux et des petites rivières en marge de forêt tropicale et forêts de feuillus, visite d’arbres fruitiers isolés, plaines jusqu’à 300 m.

Dans le centre de l’Inde, les communautés tribales croyaient que suspendre un crâne de calao (connu sous le nom de dhanchidiya) apportait de la richesse.

C’est un grand calao, mesurant 65 cm de long. Son plumage est principalement noir, à l’exception de son ventre blanc, de sa tache sur la gorge, des côtés de la queue et du bord des ailes. Le bec est jaune avec un grand casque principalement noir (une grande croissance sur la mandibule supérieure du bec). Les mâles et les femelles se ressemblent, mais les immatures ont un casque plus petit.

La saison de reproduction a lieu pendant les mois de mars et avril. Pendant l’incubation, la femelle dépose 2 ou 3 œufs blancs dans un trou d’arbre, qui est obstrué par un ciment composé de boue, d’excréments et de pulpe de fruits. Il n’y a qu’une seule ouverture étroite, juste assez grande pour que le mâle puisse transférer la nourriture à la mère et aux poussins.

Lorsque les poussins et la femelle sont trop gros pour tenir dans le nid, la mère détruit puis reconstruit le mur, puis les deux parents nourrissent les poussins.

Cette espèce est omnivore, prenant des fruits, des petits mammifères, des oiseaux, des insectes et des reptiles. Les figues constituent une partie importante de son alimentation et contribuent à 60% de leur alimentation de mai à février, hors saison de reproduction et pendant la reproduction (mars à avril) jusqu’à 75% des fruits livrés au nid étaient des figues.

Il se nourrit également d’autres fruits dont ceux du Strychnos nux-vomica qui sont connus pour être toxiques pour de nombreux vertébrés.

Meilleurs endroits pour voir cet oiseau: Bandipur, Nagarahole, Dandeli au Karnataka, Satpura Tiger Reserve, Madhya Pradesh.

Le Calao de Gingi (Ocyceros birostris) est le calao le plus répandu en Inde. On le trouve dans la plupart des régions de l’Inde, depuis les contreforts de l’Himalaya, vers le sud à travers la péninsule indienne, absent dans les régions très sèches de l’ouest de l’Inde, et dans les forêts humides des Ghâts occidentaux et du nord-est de l’Inde. Également trouvé dans certaines parties du Pakistan, du Népal et du Bangladesh. Dans les forêts de feuillus, les bois, les forêts d’épineux, peuvent également être vus dans les jardins, les plantations et les parcs. C’est l’une des rares espèces de calaos trouvées dans les zones urbaines de nombreuses villes où elles peuvent utiliser de grands arbres d’avenue. Habituellement vu dans les plaines jusqu’à 600 m, mais signalé jusqu’à 1400 m dans les contreforts himalayens. Son aire de répartition ne chevauche pas beaucoup celle du Calao gris des Ghâts occidentaux.

Ils mesurent environ 50 cm de long. Les parties supérieures sont brun grisâtre et il y a une légère trace d’un sourcil pâle. Les couvertures auriculaires sont plus foncées. Les rémiges de l’aile sont brun foncé et à pointe blanchâtre. La queue a une pointe blanche et une bande subterminale sombre. Ils ont un iris rouge et les paupières ont des cils. Le casque (une excroissance sur le dessus du bec) est court et pointu.

Le mâle a un casque plus large sur un bec foncé tandis que le culmen et la mandibule inférieure sont jaunâtres. La peau nue autour de l’œil est foncée chez le mâle alors qu’elle est parfois rougeâtre pâle chez la femelle. La femelle a un bec plus jaunâtre avec du noir sur la moitié basale et sur le casque.

L’appel est un cri strident un peu comme celui d’un milan noir. Le vol est lourd et implique des battements entrecoupés de vol plané.

La saison de nidification est d’avril à juin et la ponte varie d’un à cinq œufs blancs très symétriques. Les calaos gris indiens nichent généralement dans les creux des arbres sur les grands arbres. Un creux existant peut être creusé davantage pour s’adapter. La femelle entre dans le creux du nid et scelle le trou du nid et ne laisse qu’une petite fente verticale que le mâle utilise pour la nourrir. L’entrée du nid est scellée par la femelle à l’aide de ses excréments. À l’intérieur du nid, la femelle mue ses rémiges et couve les œufs. La repousse des plumes chez la femelle coïncide avec la maturité des poussins, moment auquel le sceau du nid est brisé.

Une étude dans un nid près de Mumbai a noté que les principaux arbres fruitiers dont ils se nourrissaient étaient Streblus asper, Cansjera rheedii, Carissa carandas, Grewia tiliaefolia, Lannea coromandelica, Ficus spp., Sterculia urens et Securinega leucopyrus. Ils sont également connus pour prendre des mollusques, des scorpions, des insectes, de petits oiseaux (a été enregistré en train de retirer et peut-être de s’attaquer aux poussins de perruches à collier) et de reptiles dans leur alimentation. Ils sont connus pour se nourrir des fruits de Thevetia peruviana qui sont connus pour être toxiques pour de nombreux vertébrés.

Ils sont presque entièrement arboricoles et descendent très rarement au sol où ils peuvent ramasser des fruits tombés ou prendre un bain de poussière.

Le Calao Gris (Ocyceros griseus) est un calao endémique des Ghâts occidentaux et des collines associées du sud de l’Inde. Il a un grand bec mais n’a pas le casque qui est proéminent chez d’autres espèces de calaos. On le trouve principalement dans les forêts denses et autour des plantations d’hévéas, d’arabiers ou de caféiers. Il se déplace en petits groupe, se nourrissant de figues et d’autres fruits de la forêt. Son cri bruyant et riant le rend familiers aux habitants de la région.

C’est un grand oiseau de 45 cm de long avec une queue de 23 cm et un bec pâle ou jaunâtre à orange.

Le mâle a un bec rougeâtre avec une pointe jaune tandis que la femelle a un bec uni jaune avec du noir à la base de la mandibule inférieure et une bande noire le long du culmen (= crête externe le long de la partie externe du centre du bec supérieur). Il présente une large bande sourcilière blanchâtre au-dessus de l’œil qui descend jusqu’au cou. Il vole avec un battement puissant et vol plané et sautille lourdement sur les branches extérieures des grands arbres fruitiers. Il a des ailes brun-gris, une tache carpienne blanche et des rémiges primaires noires à pointes blanches.

Il se distingue facilement par son casque proéminent et en vol par le bord de fuite blanc de toute l’aile. Il a un dos gris et un évent couleur cannelle. La longue queue est noirâtre avec une pointe blanche et les parties inférieures sont grises avec des stries blanches. Le long bec recourbé n’a pas de casque. Les oiseaux immatures ont les parties supérieures plus brunes et un bec jaune. Les jeunes oiseaux ont un iris blanc ou jaune terne.

Dans le passé, le calao de Ceylan était inclus avec cette espèce mais est maintenant considéré comme distinct.

Étant principalement frugivore, c’est un important agent de dispersion des graines pour de nombreuses espèces d’arbres forestiers fruitiers.

Il se nourrit également de petits vertébrés et en captivité, il mange facilement de la viande.

Son cri puissant est distinctif et comprend des cris «caquetments hystériques», «rire» et «cris perçants».

La saison de reproduction est de janvier à mai. Étant un nicheur à cavité secondaire (incapables de creuser leurs propres nids), il trouve des arbres à grande cavité.

Une étude dans les collines d’Anaimalai a montré que l’espèce préférait les sites de nidification avec de grands arbres. Les trous de nidification se trouvaient généralement dans de grands arbres avec des creux causés par la pourriture du cœur où une branche s’était cassée. Les arbres des espèces Lagerstroemia microcarpa, Terminalia bellirica et Terminalia crenulata abritaient près de 70 % de tous les nids dans la région de Mudumalai.

L’espèce est monogame et les mêmes sites de nidification sont utilisés par le couple année après année.

La femelle s’enferme à l’intérieur de la cavité en scellant son entrée avec un ciment fabriqué à partir de ses excréments. La femelle dépose alors 3 ou parfois 4 œufs blancs et entame une mue complète de ses rémiges.

L’entrée du nid conserve une ouverture étroite à travers laquelle la femelle évacue les excréments et reçoit la nourriture du mâle. Le mâle apporte toute la nourriture nécessaire à la femelle et aux jeunes.

Les baies, les insectes, les petits rongeurs et les reptiles sont inclus dans l’alimentation. Les mâles tapent sur l’arbre pour prévenir la femelle de son arrivée avec de la nourriture.

Meilleurs endroits pour voir cet oiseau: Réserve de tigres d’Anaimalai, Réserve de tigres du Tamil Nadu, Periyar et Parambikulam, Kerala

Le Calao à Cou Roux (Aceros Nipalensis) se trouve principalement dans le nord-est de l’Inde. Cette espèce de calao a été observée dans l’Arunachal Pradesh, l’Assam et le Bengale occidental. Moins de 10 000 individus se trouvent à l’état sauvage. La principale raison de la diminution du nombre de calao à cou roux est la chasse. Les communautés tribales le chassent pour ses plumes et son bec. L’oiseau a également été aperçu au Népal, mais il est localement éteint au Népal en raison de la chasse effrénée.

Il est assez facile d’identifier le mâle et la femelle de l’espèce. Les parties inférieures, la tête et le cou sont riches en roux chez le mâle et noir chez la femelle. Ces calaos préfèrent les forêts vallonnées et se déplacent d’une forêt à l’autre en fonction du climat et de la disponibilité de la nourriture.

Le Calao à Cou Roux se trouve actuellement dans le nord-est de l’Inde, le Bhoutan, l’est du Myanmar, le nord et l’ouest de la Thaïlande, le sud de la Chine, le nord du Laos et le nord du Vietnam.

Meilleurs endroits pour voir le Calao à Cou Roux: Mahananda Wildlife Sanctuary au Bengale Occidental

Pour voir notre voyage sur le Calao à Cou Roux: cliquez ici

Le Calao Pie (Anthracoceros albirostris) était auparavant nommé par erreur Calao Pie de Malabar. En vol, il peut être différencié du Calao de Malabar d’apparence similaire par sa queue, qui a plus de noir. Le mâle a le bec crémeux avec une grande base noire sur la mandibule, le grand casque est cylindrique avec une partie avant saillante noire, le bec de la femelle et son casque sont plus petits, marqués de noir, la mandibule inférieure a une tache rouge foncé. Ils sont très bruyants et appellent souvent avec des cris et des rires; la plupart du temps, leur cri est un kek-kek-kek-kek. Les deux ont la peau bleu pâle autour des yeux et de la gorge.

On le trouve au sud du Népal, au sud du Bhoutan, au nord du Bangladesh, au nord et au nord-est de l’Inde, au Myanmar, dans l’archipel de Mergui, au sud de la Chine, au Vietnam, au Laos, au Cambodge et dans certaines parties de la Thaïlande, de Singapour et du nord-est de la Malaisie péninsulaire. Son aire de répartition chevauche peut-être le Calao pie de Malabar (A. coronatus) dans le sud du Bihar et les forêts de collines d’Orissa et du Bengale occidental, mais il n’y a pas d’hybrides connus.

L’espèce peut être trouvée en lisière de forêt; forêts de feuillus et à feuilles persistantes ouvertes et humides; forêt riveraine; forêts secondaires exploitées; et même des jardins et des champs agricoles. Habituellement enregistré jusqu’à 700 m d’altitude. Il est courant dans les forêts riveraines et secondaires. On le voit couramment dans le parc national de Rajaji et la réserve de tigres de Corbett dans le nord de l’Inde et dans les réserves de tigres de Nameri et de Pakke et dans plusieurs autres aires protégées du nord-est de l’Inde, également commun dans les forêts en dehors des aires protégées.

Bien qu’elle se trouve dans de nombreux pays, l’espèce est rare dans la plupart des parties de son aire de répartition, bien qu’elle soit plus commune au Bhoutan. En Inde, son statut n’est meilleur que dans certaines zones protégées de l’Arunachal Pradesh telles que la réserve de tigres de Namdapha et on le voit également dans le sanctuaire de faune Eaglenest et les zones les plus élevées de la réserve de tigres de Pakke. Il est également couramment observé dans le sanctuaire de faune de Mahananda et dans le parc national de Neora Valley, dans le nord du Bengale occidental.

L’espèce est limitée à la forêt à feuilles persistantes des collines entre 500 et 2200 m, mais a parfois été vue aussi bas que 150 m.

Le Calao Festonné (Rhyticeros undulatus) est principalement noir, avec une queue entièrement blanche. Seul le mâle a la tête marron et une poche jaune vif. La femelle a une poche bleu vif. Le mâle et la femelle ont également une bande ou une marque incomplète sur la gorge. Le casque sur le bec ne ressemble pas à une corne, mais ressemble plus à un morceau de bois sculpté avec des sillons ou des couronnes soignés dont il tire son nom commun. Il a un appel avec trois notes qui sonne comme oek-uk-uk et qui est répété plusieurs fois, parfois très fort, d’autres fois plus doucement.

On les trouve dans les collines boisées du nord-est de l’Inde et également dans d’autres pays comme le Bangladesh, le Népal, le Bhoutan, le Myanmar, la Thaïlande, le Cambodge, le Laos, le Vietnam, la Malaisie péninsulaire, l’Indonésie à Sumatra et certaines îles du sud-est asiatique. L’espèce habite principalement les forêts semi-sempervirentes et sempervirentes des contreforts des plaines, mais migre de façon saisonnière jusqu’à 2500 m. Il peut se trouver dans les forêts exploitées et les plantations à proximité de grandes forêts intactes, à condition qu’il ne soit pas fortement chassé et si l’habitat n’est pas soumis à une dégradation.

Dans le nord-est de l’Inde, il est couramment observé dans les parcs de Manas, Nameri, Pakke et Namdapha.

Le Calao d’Austen (Anorrhinus austeni) est une espèce de calao que l’on trouve dans les forêts du nord-est de l’Inde et du sud de la Chine et au sud du Vietnam et du nord de la Thaïlande. En Inde, ce calao se trouve dans les collines de l’Assam, de l’Arunachal Pradesh, du Nagaland et du Manipur. Les meilleurs endroits pour voir cet oiseau est la réserve de tigres de Namdapha (Arunachal Pradesh) et le parc de Dehing Patkai (Assam). L’espèce vit dans les forêts denses à feuilles persistantes des plaines jusqu’à 900 m.

Il habite les forêts de feuillus et sempervirentes des plaines des basses terres à la lisière des forêts de pins et de chênes dans les collines, mais principalement dans la forêt des collines. Il se produit en groupes territoriaux de 2-15.

Il est souvent inclus comme sous-espèce du Calao brun (Anorrhinus tickelli). Le nom commémore le naturaliste Henry Haversham Godwin-Austen.

C’est un calao de taille moyenne, brun avec une queue à bout blanc. Le mâle a les joues et la gorge blanches, le bec crème pâle, les parties inférieures brun roux. La femelle a la tête et la gorge sombres. Il a un assez petit casque sur son bec et une tache bleue autour de chaque œil. La queue est noir brunâtre avec de larges extrémités blanches sur la partie inférieure. Ils ont un petit casque en forme de quille couvrant presque toute la longueur du bec. Leur cri est un mélange de cris et de rires répétés, un peu comme le Calao de Malabar.

Il se nourrit de fruits et de petits animaux; le régime alimentaire comprend de nombreuses espèces de fruits, ainsi que de nombreux arthropodes, ainsi que des chauves-souris, des serpents, des lézards, des escargots, des vers de terre, des poussins et des œufs d’autres oiseaux.

C’est un éleveur coopératif, avec un couple reproducteur dominant, des assistants mâles et des femelles supplémentaires. Il niche dans des cavités naturelles ou dans d’anciens trous de Pic Meunier en Inde.

Le Calao de Narcondam (Rhyticeros narcondami) est un calao noir à queue blanche. Seul le mâle a la tête et le cou brun roux. Les mâles et les femelles ont le bleu autour des yeux et la gorge est de couleur blanc bleuâtre. La longueur est de 45 à 50 cm; mâle: 700 à 750 g; femelle: 600-750 g. Ce calao a un casque similaire à celui du calao festonné avec de petits sillons sur le dessus du bec. L’appel est fort ka-ka-ka-ka suivi d’un gloussement. L’alarme appelle kraawk kok kok. L’appel rappelle celui d’un poulet domestique.

Ce calao ne se trouve qu’à un seul endroit au monde – sur une petite île (Narcondam Island) de 6,82 km2 à la pointe nord des îles Andaman et Nicobar dans le golfe du Bengale. Forêt sempervirente de feuillus de l’intérieur des terres côtières au sommet à 700 m. Presque partout sauf sur les pentes herbeuses au sud et au sud-est de l’île.