Courvites & Glaréoles de l’Inde

Courvites & Glaréoles de l’Inde

COURVITES

Les courvites se reproduisent dans les régions plus chaudes de l’Afrique et de l’Asie du Sud. Ils ont de longues pattes, des ailes courtes et de longs becs pointus qui se courbent vers le bas. Bien que classés comme échassiers, ils habitent les déserts et les régions arides similaires. Ils chassent les insectes à vue et les poursuivent à pied.

Le Courvite Isabelle (Cursorius curseur), est une espèce d’échassiers de la famille des Glareolidae. Bien que classé comme échassier, c’est un oiseau de campagne sèche et ouverte, de préférence semi-désertique, où il chassent généralement des insectes en courant sur le sol.

On le trouve aux îles Canaries, au Cap-Vert, en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Ouest. Deux œufs sont pondus dans une éraflure au sol. La saison de reproduction s’étend de février à septembre, mais il peut également se reproduire en automne et en hiver lorsque les conditions locales (en particulier les précipitations) sont favorables. Il est partiellement migrateur, avec des oiseaux du nord et du nord-ouest hivernant en Inde, en Arabie et à travers la bordure sud du Sahara. Certains oiseaux se reproduisent également dans les régions désertiques du sud du nord-ouest de l’Inde et du Pakistan. Il est rare au nord de son aire de répartition, mais cette espèce est présente jusqu’en Finlande, en Irlande et en Grande-Bretagne.

Il a de longues pattes et de longues ailes. Il a un bec légèrement incurvé. Le plumage du corps est de couleur sable, passant au blanchâtre sur le bas du ventre. Les rémiges primaires du dessus des ailes et le dessous des ailes sont noirs. La calotte et la nuque sont grises, et il y a une bande oculaire noire et un sourcil blanc.

En vol, cette espèce ressemble à un glaréole avec ses battements d’ailes détendus, ses ailes pointues et son dessous d’aile sombre.

Le Courvite de Coromandel (Cursorius coromandelicus), est une espèce d’échassier trouvée en Asie du Sud continentale, principalement dans les plaines délimitées par le système fluvial du Gange et de l’Indus. Comme les autres courvites, c’est un oiseau terrestre que l’on peut trouver en petits groupes alors qu’il se nourrit d’insectes dans un environnement semi-désertique ouvert et sec.

Il est répandu en Asie du Sud et chevauche d’autres espèces telles que le Courvite Isabelle. Cette espèce est cependant de couleur plus vive que le Courvite Isabelle et a une bande oculaire noire plus large qui commence à la base du bec. La calotte est châtain et la poitrine est rousse. La nuque a une tache noire foncée où se rencontrent les longues plumes plus longues formant une bande blanche. En vol, le croupion apparaît blanc et le bout de l’aile n’est pas aussi noir contrasté que chez le Coursvite Isabelle. Le mâle et la femelle se ressemblent.

Les longues pattes sont blanchâtres et, comme chez les autres courvites, il n’a que trois orteils pointés vers l’avant.

L’espèce est étroitement apparentée aux autres courvites de la région et est considérée comme une super-espèce avec le Courvite Isabelle (Cursorius curseur), le Courvite de Burchell (Cursorius rufus) et le Courvite de Temminck (Cursorius temminckii).

Cette espèce est présente dans les pays secs caillouteux, broussailleux ou rocheux, mais rarement sur les terrains sablonneux de la vallée de l’Indus à l’est du Bangladesh et au sud jusqu’à la pointe de l’Inde péninsulaire. Il se rencontre parfois dans la zone sèche du nord du Sri Lanka. Les zones de forêts humides sont évitées. Dans le sud de l’Inde, la zone la plus sèche de la côte est, la région de Coromandel, où il n’est pas rare, lui donne le nom d’espèce. On le trouve également de manière inégale dans d’autres parties de la péninsule.

Cet oiseau est généralement vus en petits groupes. Il se trouve généralement là où l’herbe n’est pas plus haute qu’eux, car les hautes herbes bloquent sa vue. Il se nourrit d’insectes principalement des termites, des coléoptères, des grillons et des sauterelles ramassés au sol dans des champs de chaume ou non cultivés. Il court par à-coups sur le sol mais s’envole avec un cri rauque et grinçant “gwaat”. Le vol est puissant avec des battements d’ailes rapides. Il vole bas et commence à courir après l’atterrissage.

Il se reproduit principalement de mars à août. Des enregistrements existent à partir de la mi-mai dans le sud de l’Inde et au Sri Lanka et de la mi-avril à Darbhanga. Il niche dans une éraflure sur un sol caillouteux nu en pondant 2 ou 3 œufs tachetés et bien camouflés qui sont très sphériques. Les poussins sont de couleur protectrice et en état d’alerte, ils s’accroupissent et restent immobiles, ce qui les rend extrêmement difficiles à repérer. Les adultes ne crient pas ou ne paradent pas lorsque le nid ou les poussins sont approchés. Les poussins sont capables de se déplacer dès l’éclosion, mais sont d’abord nourris par les parents et commencent à se nourrir seuls après une semaine.

Les habitats arides et ouverts utilisés par le courser indien sont menacés par les activités humaines telles que la construction et l’agriculture. Dans certaines parties du Gujarat, l’espèce était très commune dans les terres ouvertes et en jachère couvertes d’herbes courtes, mais a disparu dans de nombreuses régions. Dans certaines régions, l’activité véhiculaire et l’industrialisation ont détruit des habitats où elles se trouvaient auparavant.

Le Courvite de Jerdon (Rhinoptilus bitorquatus) est un oiseau endémique de l’État d’Andhra Pradesh, en Inde. Il est surtout actif la nuit et, comme les vanneaux et autres courvites, il préfère marcher, bien qu’il puisse très bien voler. C’est l’une des trois espèces du genre Rhinoptilus, les deux autres espèces (Courvite à Triple Collier (Rhinoptilus cinctus) et Courvite à Ailes Bronzées (Rhinoptilus chalcopterus)) présentes en Afrique.

Il fut decouvert pour la première fois par Thomas C. Jerdon, un chirurgien britannique, en 1848, de l’ancien Andra Pradesh. L’un des documents historiques de 1867 plaçait l’oiseau près de Sironcha, qui tombe maintenant dans le Maharashtra; un autre l’a placé dans la région de Bhadrachalam qui tombe dans l’état de Telangana nouvellement formé. Ce sont les limites nord et il n’y a pas d’enregistrements récents de ces endroits. Le reste des documents historiques provient du sud de l’Andhra Pradesh – principalement des districts de Kadapa, Nellore, Chittor et Anantapur.

C’est l’une des espèces d’oiseaux les plus rares au monde et est classée en danger critique d’extinction (CR) par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). On croyait que l’espèce était éteinte jusqu’à ce qu’elle soit redécouverte en 1986 près du village de Reddipalli, dans le district de Cuddapah de l’Andhra Pradesh, en Inde. Le site où il a été redécouvert a été désigné comme le sanctuaire de Sri Lankamaleswara. Depuis 2000, des recherches sur le Courvite de Jerdon et son habitat ont été menées par la Bombay Natural History Society (BNHS) avec la Royal Society for the Protection of Birds (RSPB) et les universités de Reading et Cambridge, soutenues par l’Initiative Darwin et l’Andhra Pradesh Forest Department (APFD). Des progrès considérables ont été réalisés dans l’élaboration de techniques d’enquête pour détecter sa présence et décrire les besoins généraux en matière d’habitat. Cependant, il est clairement nécessaire de poursuivre les recherches pour obtenir des informations de base sur l’espèce, principalement par le biais d’études de radiotélémétrie qui sont vitales pour sa survie. De plus, l’espèce est soumise à une forte pression en raison de pratiques de développement et de gestion non durables.

GLARÉOLES

Les Glaréoles se trouvent dans les parties les plus chaudes du Vieux Monde – du sud de l’Europe et de l’Afrique à l’est en passant par l’Asie jusqu’en Australie. Ceux qui nichent dans les régions tempérées sont des migrateurs de longue distance.

Il a des pattes courtes, de très longues ailes pointues et une longue queue fourchue.

Même s’il est classé parmi les échassiers (oiseaux de rivage), il chasse souvent des insectes en vol mais il se nourrit également au sol. Son bec court est adapté à l’alimentation aérienne.

Son vol est rapide, avec de nombreux changements de direction pour poursuivre ses proies. Il est plus actif à l’aube et au crépuscule, et il passe généralement la partie la plus chaude de la journée perché.

La couvée moyenne se compose de deux à quatre œufs qui sont généralement pondus sur le sol dans une éraflure nue.

La Glaréole à Collier (Glareola pratincola) est un échassier de la famille des Glareolidae. Le nom du genre est un diminutif du latin glarea, « gravier », faisant référence à un habitat de nidification typique des glaréoles. Le nom d’espèce pratincola signifie un habitant des prairies, du latin pratum, prati, “pré” et incola, “habitant”, de incolere, “habiter”.

Cette glaréole mesure 24 à 28 cm de long avec une envergure de 60 à 70 cm. Elle a des pattes courtes, de longues ailes pointues, une longue queue fourchue et un bec court, qui est une adaptation à l’alimentation aérienne. Le dos et la tête sont bruns et les ailes sont brunes avec des rémiges plus foncées. Le ventre est blanc. Le dessous des ailes est châtain, mais semble sombre en dessous.

De très bonnes vues sont nécessaires pour distinguer cette espèce des autres glaréoles, telles que la glaréole à ailes noires et la glaréole orientale, qui peuvent être présentes dans son aire de répartition. Cette dernière espèce a également un dessous d’aile marron, mais la queue est plus courte.

Les glaréoles sont inhabituelles parmi les échassiers en ce sens qu’elles chassent généralement les insectes en vol comme les hirondelles, bien qu’elles puissent également se nourrir au sol.

L’espèce pond 2 à 4 œufs au sol.

Le glaréole à collier est un oiseau de rase campagne, et est souvent vu près de l’eau le soir, à la recherche d’insectes. On le trouve dans les régions les plus chaudes de l’Europe, du sud-ouest de l’Asie et de l’Afrique. Il est migrateur, hivernant en Afrique tropicale, et est rare au nord de l’aire de reproduction.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Glaréole Orientale (Glareola maldivarum) est un échassier de la famille des glaréoles, Glareolidae.

Le nom du genre est un diminutif du latin glarea, « gravier », faisant référence à un habitat de nidification typique des glaréoles. Le nom de l’espèce maldivarum fait référence à la localité type, l’océan près des îles Maldives; le spécimen type, capturé vivant en mer, a survécu un mois sur les mouches.

Elle a des pattes courtes, de longues ailes pointues et une longue queue fourchue. Elle a un bec court adapté à l’alimentation aérienne. Le dos et la tête sont bruns et les ailes sont brunes avec des rémiges noires. Le ventre est blanc. Le dessous des ailes est marron. De très bonnes vues sont nécessaires pour distinguer cette espèce des autres glaréoles, telles que la Glaréole à Collier très similaire, qui a également un dessous d’aile marron, et la Glaréole à Ailes Noires qui partage les rémiges noires sur le dessus des ailes et l’absence de bord de fuite blanc à l’aile . Ces caractéristiques ne sont pas toujours facilement visibles sur le terrain, d’autant plus que le dessous des ailes du châtaignier apparaît noir à moins d’obtenir d’excellentes vues.

2-3 œufs sont pondus au sol.

On la trouve dans les régions les plus chaudes de l’Asie du Sud et de l’Est, se reproduisant du nord du Pakistan et de la région du Cachemire jusqu’en Chine et au sud-ouest. Elle est migratrice, hivernant à la fois en Inde et au Pakistan, en Indonésie et en Australasie.

Elle est rare au nord ou à l’ouest de l’aire de reproduction, mais, étonnamment, cette espèce est apparue plus d’une fois jusqu’en Grande-Bretagne. Le premier enregistrement pour le Paléarctique occidental a eu lieu dans le Suffolk, en Angleterre, en juin 1981. Le 7 février 2004, 2,5 millions de glaréoles orientales ont été enregistrées sur Eighty Mile Beach dans le nord-ouest de l’Australie par l’Australasian Wader Studies Group. Il n’y avait eu auparavant aucun enregistrement de cette ampleur et on suppose que les conditions météorologiques ont poussé une grande partie de la population mondiale de cette espèce à se rassembler dans une zone.

La Glaréole Lactée (Glareola lactea), est un petit échassier de la famille des Glaréoles, Glareolidae résident en Inde, au Pakistan occidental, au Bangladesh, en Birmanie, au Laos, au Cambodge, au Sri Lanka et en Thaïlande. Elle se reproduit de décembre à mars sur des bancs de gravier ou de sable près des rivières et des lacs, pondant 2 à 4 œufs dans une éraflure au sol. Les zones de reproduction comprennent de petites zones dans le nord du Karnataka (district de manvi raichur. (et le long de la rivière Hemavathi) et le nord du Kerala près de Kannur.

Cette espèce ne mesure que 16,5-18,5 cm de long, avec une envergure de 42-48 cm. En raison de sa petite taille, elle peut être brièvement confondue en vol avec des martinets ou des hirondelles.

Elle a des pattes courtes, de longues ailes pointues et une queue courte. Son bec court est une adaptation à l’alimentation aérienne. Au sol, elle semble principalement gris pâle (d’où lacté, laiteux). La couronne de la tête est brune.

Les ailes sont grises sur le dessus avec des primaires noires et des barres noires et blanches sur le bord arrière des rémiges intérieures. Le dessous des ailes est principalement noir. La queue est blanche avec un triangle terminal noir. Le ventre est blanc.

C’est une espèce de rase campagne, et est souvent vue près de l’eau le soir, à la recherche d’insectes.