Les Héros de l’Inde du nord-est

Les Héros de l’Inde du nord-est

En terme de tourisme responsable, le Nord-Est de l’Inde est particulièrement exemplaire. Peu de voyageurs le savent mais c’est l’une des zones les plus importantes pour la biodiversité (Biodiversity Hotspot), où des centaines de communautés tribales vivent en harmonie avec leur environnement.

Il est bien entendu que de nombreuses personnes et communautés sont engagées dans la lutte et la préservation des espèces et de leurs écosystèmes pour le côté animalier et des traditions ancestrales pour le côté humain.

Voici un humble hommage aux héros anonymes qui se battent au quotidien pour la sauvegarde de leur environnement et par extension de notre planète. Ces personnalités, d’apparence ordinaires, mettent souvent leur vie entière à protéger l’environnement.

Découvrez-les ici :

ASSAM

Jadav Payeng

Jadav “Molai” Payeng est un activiste environnemental appartenant à la tribu Mishing de l’île de Majuli. Il est salué comme l’homme des forêts de l’Inde. Au cours de plusieurs décennies, il a planté et entretenu des arbres sur les bancs de sable de la rivière Brahmapoutre en le transformant en réserve forestière. La forêt, appelée forêt Molai après lui, couvre une superficie d’environ 550 hectares. En 2015, il a reçu le Padma Shri, le quatrième prix civil le plus élevé en Inde.

La forêt, qui était connue sous le nom de forêt Molai, abrite maintenant des tigres du Bengale, des rhinocéros indiens et plus de 100 cerfs et lapins. Il abrite également des singes et plusieurs espèces aviaires. La forêt a une riche biodiversité et plusieurs espèces d’arbres et de plantes qui soutiennent son écosystème.

Dr Purnima Devi et l’Hargila Army

Dadara est un village situé sur les rives nord du puissant Brahmapoutre. Le village abrite plusieurs grands arbres permettant au grand marabout de nicher. En Assam, le charognard est appelé «hargila», ce qui signifie «avaleur d’os», c’est pourquoi leurs protecteurs sont appelés «Hargila Army».

Le Dr Purnima Devi Barman a consacré sa vie à la préservation de l’oiseau et a réussi à enrôler des centaines de villageoises dans son armée de Hargila. L’armée se concentre sur la protection des grands arbres car l’échassier a besoin de grands arbres pour nicher. Dans le cadre du programme de conservation, ces femmes utilisent leur métier à tisser pour représenter les oiseaux en voie de disparition comme motif sur des étoles et des saris. Elles protègent également les nids en mettant des filets sous les arbres pour empêcher les jeunes de tomber et de se blesser. Le projet de conservation du grand marabout a été reconduit en 2019 pour 2 ans, avec un budget d’environ 75 000€.

Visiter Dadara est un excellent moyen d’encourager les efforts des villageois et de défendre de tels actes de conservation.

Manoj Gogoi

Manoj est né dans la région de Kaziranga en Assam. Il a grandi au cœur de la nature côtoyant rhinocéros, léopards, oiseaux et reptiles. En grandissant, il savait ce qu’il voulait faire et il était déterminé à déplacer des montagnes pour cela. Bien qu’il ait quitté l’école très tôt, Manoj a suivi une formation à la Bombay Natural History Society à Mumbai en 2006.

Avec 11 personnes partageant les mêmes idées, Gogoi a créé son ONG — les Naturalistes pour la réhabilitation des serpents et des oiseaux (NRSB) en 2007. Aujourd’hui, l’organisation compte 100 bénévoles. Le parcours et les expériences remarquables de ce naturaliste autoproclamé lui ont valu de nombreuses distinctions bien méritées. En 2014, la Fondation Corbett lui a décerné le prix «Wildlife Warrior» et l’an dernier, il est devenu l’objet d’un documentaire intitulé «L’homme qui parle le langage de la nature» réalisé par le réalisateur assamais primé Dhritiman Kakati.

Deborshee Gogoi

Deborshee Gogoi
Deborshee Gogoi

Deborshee Gogoi est un dessinateur animalier du district de Tinsukia, le plus à l’est de l’Assam. Le district est bien connu pour sa riche biodiversité, sa diversité ethnique et ses ressources naturelles. Son penchant pour la faune a démarré dès son plus jeune âge, lorsqu’il explorait la forêt de Bherjan à vélo, à seulement 2 km de chez lui.

Il pense que le dessin est l’un de ces supports créatifs qui peut attirer l’attention du public et le faire sourire tout en réfléchissant aux divers problèmes environnementaux et sociaux qu’il aurait autrement ignorés.

Deborshee a réalisé des dessins et des illustrations pour des organisations telles que Bombay Natural History Society, Oil India Limited, Aaranyak, State Bank of India, OneforBlue, Zigzag India Tours et HEAL pour n’en nommer que quelques-uns. Ses dessins animés figurent régulièrement dans “Horizon” de l’Assam Tribune.

Actuellement, il est professeur adjoint au Département de commerce du Digboi College.

Rupjyoti Saikia

Au royaume du rhinocéros à une corne, vit Rupjyoti Saikia Gogoi, une femme ambitieuse qui n’a pas confiné l’idée de «réduire, réutiliser et recycler» aux slogans prometteurs.

Rupjyoti, a pris les choses en main en émancipant les femmes dans sa communauté en leur fournissant un refuge pour tisser littéralement leur vie – en fondant l’organisation ”The Village Weaves”, qui propose des textiles via leur point de vente soutenu par NEDFi appelé «Kaziranga Haat».

Du tissage du coton aux sacs en polyéthylène, leur initiative ne sert pas seulement la cause de indépendance financière des femmes locales de la région, mais aussi la conservation de la faune naturelle du parc national de Kaziranga, car les plastiques ne choisissent pas de nuire uniquement aux humains, mais à tous !

Tenzing Bodosa

Tenzing Bodosa est le propriétaire des premières plantations de thé au monde accueillant les éléphants. Dans sa plantation de thé de Tenzing Bodosa, vous verrez des calaos, des sangliers, des cerfs et des paons, mais ce n’est pas tout. Dans ces deux fermes de la région du Bodoland, vous rencontrerez également plus de 70 éléphants qui valu à la plantation le certificat en tant de première ferme respectueuse des éléphant au monde.

Manas Maozigendri Ecotourism Society (MMES)

Cette ONG promeut la conservation et l’écotourisme dans les zones adjacentes du parc national de Manas grâce à la participation communautaire. Son plus grand succès a été de transformer d’anciens braconniers et ceux impliqués dans l’abattage illégal de bois en protecteurs des forêts et de la faune.

ARUNACHAL PRADESH

Ohey Tayeng – Pakke Nest Protector

Ohey Tayeng est un protecteur de nid de calao dans la Pakke Tiger Reserve en Arunachal Pradesh depuis 2013. Il travaille également comme guide naturaliste, avec une très bonne connaissance sur les plantes et les oiseaux.

La réserve de Pakke dans l’ouest de l’Arunachal Pradesh est un refuge pour quatre espèces de calaos, dans une région où la chasse et la déforestation menacent gravement ces oiseaux. Cette Tiger Reserve est bien protégée grâce aux efforts du Département des forêts, mais les calaos sont confrontés à des menaces continues en dehors des zones protégées.

Il était donc important d’impliquer la communauté Nyishi, qui résident en dehors de la réserve, dans la conservation de l’habitat du calao.

Depuis 2012, la NCF (Nature Conservation Foundation), avec l’aide de la Ghora-Aabhe Society (une ONG locale formée par les chefs de village de Nyishi pour promouvoir la conservation autour de Pakke) et le Département des forêts d’Arunachal Pradesh, gèrent avec succès le Hornbill Nest Adoption Program. Le programme permet à ceux qui le souhaitent d’adopter un nid de calao.

La communauté locale contribue en recherchant, surveillant et protégeant les nids dans les forêts autour de leurs villages, tandis que la communauté urbaine contribue en soutenant financièrement le programme et en aidant en tant que bénévoles et en venant en tant que visiteurs.

The Singchung Bugun Village Community Reserve

Dans les forêts habitées par la tribu Bugun du district ouest de Kameng dans l’Arunachal Pradesh, 10 garçons du village se relaient chaque semaine pour patrouiller une zone spéciale de 17 kilomètres carrés. Formés par le Groupe de travail spécial de la police du Tamil Nadu, les jeunes de la région participent volontairement à ce qui est probablement la première collaboration gouvernement-communauté de l’État dans le secteur de la conservation des forêts.

La réserve se trouve juste à côté du Eaglesnest Wildlife Sanctuary, un point chaud de la biodiversité, qui abrite également le Bugun Liocichla – une nouvelle espèce d’oiseau qui n’a été signalée nulle part ailleurs dans le monde. Identifiée comme une nouvelle espèce en 2006, l’oiseau a été repéré pour la première fois par le Dr Ramana Athreya, ornithologue amateur et astronome à l’Institut indien d’éducation et de recherche scientifiques de Pune en 1996.

Jibi Pulu

À Roing, Jibi Pulu travaille avec la communauté Adi où la chasse est le mode de vie depuis des siècles, éduquant régulièrement et l’aidant à adopter la conservation.

Ayant grandi dans les collines Mishmi de la vallée de Dibang dans l’est de l’Arunachal, ce fut une étrange tournure qui lui a permis de commencer sur la voie de la sauvegarde de l’environnement. Dans le style d’Erin Brockovich, Jibi Pulu a enquêté sur des documents sur les barrages proposés qui contenaient une vérité plus profonde que les gens ne comprenaient pas mais avaient accepté de signer.

Il a commencé une campagne pour éduquer les gens sur les effets néfastes des barrages sur la rivière Dibang, mais la corruption et le manque de sensibilisation ont noyé tous ses efforts. Cet échec fut une sorte de tournant dans la vie de Pulu, qui réalisa que l’éducation et l’accès à l’information étaient les seules solutions.

Il utilisa le tourisme comme un outil pour le faire et a créé le Mishmi Hill Camp, un lieu pour les ornithologues amateurs et les passionnés de la nature à venir découvrir l’incroyable biodiversité que l’endroit a à offrir. Au cours de ce processus, il a également généré des emplois pour les villageois, qui commencent à comprendre l’importance de la préservation.

Ngunu Ziro

Ngunu Ziro est une organisation communautaire enregistrée auprès du gouvernement d’Arunachal Pradesh. Les principaux domaines thématiques de ses travaux à l’heure actuelle sont l’autonomisation des communautés en renforçant leurs capacités; la conservation de l’environnement en promouvant des pratiques traditionnelles saines et des activités de sensibilisation des écoliers; initiatives de subsistance pour les villageois; et la promotion d’un tourisme responsable en encourageant la participation des populations locales aux activités touristiques.

Tana Jorjo Tana

Jorjo Tana, un homme qui travaille sans relâche depuis 4 ans pour la protection des forêts et contre l’exploitation forestière illégale dans l’État, a déclaré que sa vie était en danger car la ”mafia du bois” le menaçait de graves conséquences s’il n’arrêtait pas d’élever sa voix contre l’exploitation forestière illégale. Tana avait auparavant déposé une requête auprès du Tribunal vert national (NGT) pour demander l’arrêt de l’exploitation forestière illégale à grande échelle pratiquée dans la forêt de réserve de Papum (PRF), Seijosa et le cercle Dissing Paso de la division forestière de Khelong, Arunachal Pradesh. Il a également déposé une plainte contre l’agent divisionnaire des forêts (MPO), la division forestière de Kelong et une FIR contre le département des forêts.

MEGHALAYA

Morningstar Khongthaw

Morningstar a 23 ans et son métier est unique au monde, il est en charge de l’entretien et de la construction des fameux ponts vivants. Ce sont des immenses passerelles parfois suspendues à des dizaines de mètres de haut dont la durée de vie se situerait entre 500 et 600 ans. Des chefs-d’œuvre architecturaux créés à partir de racines d’arbres vivantes simplement déplacées pour façonner ces ponts. Ces ponts sont souvent mal entretenus car oubliés ou dégrades par des touristes ignorants. Il créa Living Bridge Foundation (LBF), une fondation dédiée à la préservation de ce patrimoine culturel unique.

Robert Basan

Ancien ingénieur nucléaire, Robert Basan s’est reconverti en conservateur passionné par les poissons de rivière. Installée dans le village d’Umpung dans les South West Khasi Hills, à la frontière avec le Bangladesh, il éduque les villageois pour une pêche plus réglementée et une protection de la faune.

HURO

HURO est un programme de conservation du Gibbon Hoolock de l’Ouest, la seule espèce de « Grand Singe » présente en Inde. Ce primate est classé par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) parmi les 25 primates les plus en danger d’extinction (source 2010). En effet, la population sauvage a dramatiquement chuté d’environ 100 000 à 3 000 individus, soit près de 97%, et cela durant les trente dernières années. Cette situation est principalement due au trafic, incluant le trafic d’animaux de compagnie et de médecine traditionnelle, ainsi qu’à la perte de leur habitat qui devient de plus en plus dramatique.

En installant le premier centre de recueil pour les Gibbons Hoolock de l’Ouest orphelins, dans l’état indien du Meghalaya, HURO a donné aux autorités indiennes l’opportunité de faire appliquer l’Indian Wildlife Act de 1972 et la Convention CITES de Washington, en saisissant les individus illégalement détenus ainsi que les produits dérivés du trafic de vie sauvage. En accueillant, à ce jour, 9 Gibbons Hoolock de l’Ouest, dont 8 en phase de réhabilitation, HURO abrite le plus large groupe captif au monde et représente un véritable espoir pour la conservation du taxon.

Thrang Timung

Le tissage est ancré dans la vie et la culture des femmes d’Umden. La soie Eri est particulièrement fascinante, car elle est traitée sans tuer le ver à soie. Les cocons de soie sont généralement bouillis avec le ver à l’intérieur pour maintenir un filament continu, ce qui donne un tissu lisse et brillant. Fait intéressant, le ver à soie eri fait tourner de courts segments d’un filament et crée un cocon ouvert à une extrémité qui permet au papillon de sortir. C’est pourquoi on l’appelle «soie de la paix», ce qui en fait une fibre très populaire parmi les bouddhistes.

Le climat humide du nord-est de l’Inde est très favorable à la culture eri. Les femmes d’Umden effectuent traditionnellement la transformation, la filature et le tissage dans le cadre de leur vie quotidienne. Elles vous présentent avec plaisir toutes les étapes de la chaîne de production, de l’élevage des vers à soie au filage et au bobinage de la soie, à la production et à la teinture des fils et enfin au tissage. Elles organisent également des cours de tissage pour ceux qui veulent essayer le métier à tisser.

Soutenue par le gouvernement local et par des institutions de financement publiques comme la Meghalaya Industrial Development Corporation (MIDC) mandatée pour faire des groupes d’entraide (SHG) un succès, comme beaucoup d’autres à travers l’État, Thrang a également fait campagne auprès de ses pairs. Timung a mis en place un Self Help Group à travers lequel elle, avec ses amis, a continué à pratiquer la culture du cocon et la filature.

NAGALAND

Phejin Konyak

Phejin Konyak est l’arrière-petite-fille d’un chasseur de têtes tatoué Ahon, qui fut l’un des premiers interprètes lors du «Diaries of Two Tours in the Naga Hills» de 1923 écrit par JH Hutton, le premier ethnographe à s’aventurer dans les collines Naga à l’époque du Raj. Phejin vit dans le village de Shiyong, district de Mon, Nagaland, Inde.

En plus de gérer la ferme et de recevoir des invités dans sa famille d’accueil, elle voyage dans les coins reculés du district de Mon pour documenter la tradition du tatouage de sa tribu. Avec le photographe Peter Bos, ils ont documenté tous les motifs de tatouage utilisés par les Konyaks.

En tant qu’initié, il est spécial et personnel pour elle d’écrire l’histoire de ses ancêtres. C’est la première fois qu’une telle recherche intensive et documentation sur l’art du tatouage est réalisée.

Bano Haralu

En octobre 2012, un journaliste de 47 ans devenu écologiste Bano Haralu a dirigé un petit groupe de conservationnistes au Doyang Réservoir pour vérifier si la rumeur d’une chasse aux oiseaux à grande échelle était vraie.

Ce qu’ils ont vu cette douce journée d’octobre les a secoués. Les faucons de l’Amour avaient été massacrés, pour la viande et pour la vente sur les marchés de tout l’État. À la fin de la journée, l’ampleur et la cruauté du massacre dont ils ont été témoins les avaient abasourdis.

Suite à cela, Bano et son équipe se sont associés avec le gouvernement du Nagaland et les communautés locales pour lancer la campagne “Friends of the Amur Falcon” afin de faire des faucons une source de fierté pour la communauté. Des experts ont été invités à travailler avec les gouvernements locaux et les communautés locales pour trouver des solutions à la crise de la conservation. Des patrouilles terrestres régulières ont été mises en place sur les sites de perche des faucons ciblés dans les forêts, ainsi que des contrôles fréquents sur les marchés locaux.

MANIPUR

Moirangthem Loiya Ngamba

En 2003, Moirangthem Loiya Ngamba cherchait des terres pour créer un espace vert pour les communautés locales. Passionné de nature, il a récemment fondé son ONG, la Wildlife and Habitat Protection Society (WAHPS), pour conserver la richesse naturelle de la région.

C’est à cette époque qu’un agriculteur des contreforts de la chaîne de Langol a suggéré de visiter une colline voisine, Punshilok. Avec un nom qui signifie littéralement «Printemps de la vie», cette colline avait été autrefois une forêt importante sous le règne du roi Luwang Ningthou Punshiba, un souverain dont beaucoup de Manipuris retracent la descente. Cependant, des années de déforestation, d’incendies de forêt et d’utilisation aveugle des ressources forestières par les villageois l’ont rendue stérile.

Avec l’aide de quelques amis, Moirangthem a commencé par nettoyer la zone des mauvaises herbes. Ensuite, ils ont nettoyé et désensablé le ruisseau, ce qui en fait une bonne source d’eau potable pour les habitants de la vallée. Cela a été suivi par une importante campagne de boisement, avec de jeunes garçons et filles travaillant sans relâche pour verdir Punshilok.

Pour s’assurer que les jeunes arbres étaient soigneusement nourris et protégés, Moirangthem a décidé de faire de Punshilok sa maison. Il s’est construit une petite cabane et a vécu sur la colline, tout seul, les six années suivantes. Sous son action attentive, une végétation verte luxuriante se répandit sur la terre, lui donnant vie.

Un grand merci <3

Un grand merci à eux de se battre tous les jours pour préserver l’Inde du nord est que nous chérissons tant. Leur action de protection de l’environnement, de la biodiversité et de la diversité culturelle sert en réalité la planète et l’humanité tout entière !

Découvrez notre philosophie

Leave a Comment

12 − 7 =