L’Indicateur, les Eurylaimes & les Brèves de l’Inde

L’Indicateur, les Eurylaimes & les Brèves de l’Inde

INDICATEUR

Les indicateurs sont répartis dans les zones tropicales de l’Ancien Monde (= comprend l’Afrique, l’Asie et l’Europe), avec le plus grand nombre d’espèces présentes en Afrique et deux en Asie. La plupart des indicateurs ont un plumage terne ; bien que quelques-uns aient des marques jaune vif dans le plumage. Toutes les espèces ont des plumes extérieures claires, qui sont blanches chez les espèces africaines. Ils tirent leur nom d’une habitude remarquable observée chez une ou deux espèces: ils guident les humains, et peut-être d’autres grands mammifères (comme le ratel ou blaireau à miel) vers les colonies d’abeilles. Une fois que les mammifères ou les humains ouvrent la ruche et prennent le miel, les indicateurs se nourrissent de la cire et des larves restantes.

L’Indicateur à Dos Jaune (Indicator xanthonotus) se trouve en Asie, principalement dans les forêts de montagne le long de l’Himalaya. L’espèce a été signalée dans le nord du Pakistan (Hazara et Murree Hills, mais cette population a peut-être disparu, puis dans les régions himalayennes de l’Inde de l’ouest de l’Uttar Pradesh et de l’Himachal Pradesh jusqu’au Népal, au Sikkim, à l’Arunachal Pradesh et au Bhoutan (où elle est relativement commun). On le trouve également dans le sud-est du Tibet et le nord du Myanmar. On le trouve dans les forêts de conifères et de feuillus secs avec des rochers et des falaises. Peut faire des mouvements altitudinaux saisonniers.

Il fait la taille d’un moineau et a un gros bec semblable à celui d’un pinson. Il ressemble beaucoup à un pinson, mais les pattes sont fortes et les pieds sont zygodactyles, avec deux orteils tournés vers l’avant et deux vers l’arrière.

Le plumage est en grande partie olive sombre et le front et les lores sont oranges. Il a un aspect strié sur les plumes des ailes. Le croupion est orange foncé et s’étend dans le dos jusqu’au jaune soufre. Le menton et la gorge sont jaunâtres tandis que le bas du plumage est gris pâle avec des stries sombres. Le bec est jaune mais foncé vers la pointe.

La femelle a un jaune moins étendu sur le visage et le croupion est jaune et n’a pas l’orange.

Un cri ébréché est produit en vol et lorsqu’il est agité. Le vol est rectiligne (peut parfois être ondulé) et direct, parfois en groupes de 20 à 30 oiseaux. Aux nids d’abeilles désertés, il s’accroche fermement et appuie sa queue sur la surface du rayon. Il se nourrit principalement de la cire de fondation d’Apis dorsata laboriosa qui attache les rayons aux rochers. Il se nourrit de ruches actives sans trop déranger les abeilles. Il a été observé qu’il exploitait les attaques de Vespa mandarinia sur les colonies d’Apis dorsata laboriosa. Le mâle a tendance à être territorial et à rester près des nids d’abeilles tandis que les femelles et les jeunes se nourrissent librement.

La parade nuptiale du mâle consiste à gonfler ses plumes, à tenir le bec haut et à agiter les ailes tout en se balançant d’un côté à l’autre. La femelle secoue la queue et la presse avec les ailes tombantes. Il pratique le parasitisme de couvée, pondant ses œufs dans le nids des résidents de trous d’arbres. Les espèces hôtes sont encore inconnues et non documentées. Les jeunes ont des serpes avec lesquelles ils détruisent les œufs et les poussins de l’hôte. Le mâle détient des territoires autour des ruches et est polygyne, permettant aux femelles avec lesquelles il s’accouple et à leurs petits d’entrer sur ses territoires. Ce système d’accouplement a été qualifié de « polygynie non basée sur les ressources ».

Contrairement à d’autres indicateurs, il n’a pas été observé que cette espèce conduise les humains et les ours vers les ruches.

EURYLAIMES

Les Eurylaimes, de la famille des Eurylaimidae, comptent 20 espèces dont 2 sont présentes en Inde. Ce sont des oiseaux aux couleurs vives qui mesurent de 13 à 28 cm de long et vivent dans les canopées denses des forêts humides, ce qui leur permet de se cacher malgré leur plumage aux couleurs vives. Le plumage des trois espèces africaines du genre Smithornis est en revanche terne et strié. Les becs sont larges, plats et crochus.

L’Eurylaime Psittacin (Psarisomus dalhousiae) se trouve dans l’Himalaya et au Myanmar et de manière discontinue à travers l’Asie du Sud-Est et la péninsule malaise jusqu’à Sumatra et Bornéo. Ils sont distribués dans divers pays : Inde, Népal, Bhoutan, Myanmar, Thaïlande, Cambodge, Laos, Vietnam, Chine, Malaisie et Indonésie.

On le trouve couramment dans les forêts de feuillus sempervirents, à des altitudes allant de 150 à 2500 m. Ses habitats naturels comprennent : les forêts, les ruisseaux et les criques, les forêts tropicales et subtropicales humides de plaine, les forêts tropicales et subtropicales humides de montagne. Il semble avoir une préférence pour l’habitat à proximité de petits plans d’eau tels que les ruisseaux, l’eau douce et les zones humides. C’est une espèce résidente non migratrice. Les populations qui vivent dans les hautes altitudes de l’Himalaya descendent souvent à des altitudes plus basses pendant les mois froids d’hiver.

C’est un oiseau chanteur (Passeriformes) qui appartient à la famille des Eurylaimidae, un groupe d’oiseaux qui ont une tête large et un bec plat et large. C’est le seul oiseau qui appartient au genre Psarisomus. Le nom scientifique commémore Christina Broun, comtesse de Dalhousie (1786-1839), épouse de George Ramsay, 9e comte de Dalhousie en Inde.

Il a une gorge et un visage jaune vif, où la tache jaune s’étend de chaque côté de la tête. Les plumes jaunes continuent jusqu’à former une fine bande autour du cou. Il a une fine couche de plumes jaune pâle/blanchâtre qui enveloppe la tache jaune sous leur gorge. Certains ont même un soupçon de jaune-vert pâle sur le menton. Il a une calotte noire en forme de casque avec une tache bleu sur la couronne et à l’arrière du cou. Les plumes le long du dos, du ventre et du dessus des ailes sont d’un vert vif produit par une combinaison de couleurs pigmentaires et structurelles. Les parties inférieures des ailes sont d’un vert plus clair ou d’un vert bleuâtre. Les plumes primaires sont noires, avec une marge bleu métallique à la base de la toile externe et une tache blanche à la base de la toile interne. Il a une longue queue bleue, mais le dessous de la queue est noir. Ils a un bec fort et large de couleur vert jaunâtre avec des bords plus clairs. Il a des orteils vert pois et des pattes brunes. Les jeunes ont une queue plus courte, une tête verte avec un plumage plus terne. Un adulte mesure environ 25 cm de long et pèse entre 50 et 60 grammes.

C’est un oiseau social que l’on voit généralement en train de se nourrir en petits groupes. Il a également été observé dans des groupes d’espèces mixtes. Malgré son cri aigu et puissant, c’est un oiseau relativement timide qui se cache généralement dans le feuillage des arbres. Il est particulièrement vocal pendant la saison de reproduction.

Il est insectivore et se trouve généralement en quête de petits insectes dans les forêts. On peut le voir se nourrir en petits groupes de jusqu’à 15 individus pendant les saisons de non-reproduction. Il se nourrit principalement de sauterelles, grillons, criquets, coléoptères, pucerons, diptères, punaises, mites et araignées. Il peut occasionnellement se nourrir de petites grenouilles, de baies et d’autres fruits.

Sa saison de reproduction peut varier selon la région. Les populations qui vivent dans le sous-continent indien se reproduisent de mars à avril, tandis que les populations résidant au/près du Myanmar commencent à se reproduire à partir d’avril. La femelle pond entre 5 et 6 œufs, qui sont blancs et de forme ovale. Les deux sexes incubent et nourrissent les poussins. Il est même suggéré quils peuvent être des reproducteurs coopératifs, puisque plus de deux individus ont été observés autour du nid.

Ils construisent un grand nid en forme de poire qui est attaché à la branche d’un grand arbre. Le nid a une petite entrée circulaire de sur le côté de la structure, qui est généralement protégée par un coussin de feuilles. Le nid est composé de fines racines, feuilles mortes, lianes, mousses et autres matières végétales filandreuses. Une fois que les jeunes poussins deviennent indépendants, ils se dispersent souvent et s’installent dans de nouveaux endroits dans l’aire de répartition de l’habitat.

Son appel est une série de sifflements forts, aigus et infléchis vers le bas, les sons « pseeu..pseeu..pseeu » et « tseeay..tseeay » sur une échelle descendante. Ils peuvent également émettre un son rauque « pseeup ».

Selon la liste rouge des espèces menacées de l’ICUN, il est assez commun dans toute son aire de répartition et se trouve dans de nombreux parcs nationaux où il est protégé.

L’Eurylaime de Gould (Serilophus lunatus), également appelé Eurylaime Argenté, est une espèce d’oiseau de la famille des Eurylaimidae. Il est monotypique (la seule espèce) au sein du genre Serilophus. Il existe dix sous-espèces actuellement reconnues, dont l’une, rubropygius, était autrefois traitée comme une espèce distincte.

On le trouve au Bangladesh, au Bhoutan, au Cambodge, en Chine, en Inde, en Indonésie, au Laos, en Malaisie, au Myanmar, au Népal, en Thaïlande et au Vietnam.

Il occupe une gamme d’habitats forestiers. Il est présent dans les forêts tropicales et semi-tropicales, ainsi que dans les forêts semi-décidues et les forêts dominées par le pin, le chêne et le bambou. Il peut se produire dans les forêts exploitées de manière sélective et même pénétrer dans les terres agricoles et les jardins. Il se produit à une gamme d’altitudes à travers son aire de répartition; entre 800 – 2000 m à Sumatra mais 300 – 700 m en Chine. L’espèce a quelque peu diminué en raison de la perte de son habitat, mais n’est pas considérée comme menacée d’extinction.

C’est un oiseau de taille moyenne, de 16 à 17 cm de long et pesant de 25 à 35 g. Le plumage de l’espèce nominale a une tête de couleur rouille avec un front gris cendré et un large sourcil noir. La poitrine et le ventre sont blancs et le croupion et les couvertures alaires supérieures sont roux vif. Les rémiges sont bleues et noires frappantes et la queue est noire. Il y a un léger dimorphisme sexuel dans le plumage, la femelle ayant une étroite bande argentée sur la poitrine. Les jeunes ressemblent aux adultes mais avec des ailes et des queues plus courtes et un plumage légèrement plus foncé dans l’ensemble. Il existe également des variations entre les différentes sous-espèces.

Il se nourrit d’invertébrés, principalement d’insectes : sauterelles, mantes, chenilles, larves, petits escargots terrestres, coléoptères et plus rarement des lézards. Les insectes sont capturés depuis un perchoir ou en glanant sur les branches et le feuillage.

Meilleur endroit pour voir l’Eurylaime de Gould en Inde: Manas National Park en Assam

BRÈVES

Les brèves (famille des Pittidae) se trouvent principalement en Asie tropicale et en Australasie, à l’exception de quelques espèces endémiques en Afrique. Ces oiseaux terrestres se trouvent généralement sur le sol des forêts humides. Elles sont pour la plupart solitaires. De nombreuses espèces de brèves sont migratrices.

Ce sont des oiseaux de taille moyenne et trapus qui mesurent de 15 à 25 cm de longueur (y compris la queue très courte). Elles ont de longues pattes fortes et de longs orteils; et des becs robustes et légèrement courbés vers le bas.

De nombreuses sous-espèces ont des plumages aux couleurs vives. Il existe 5 espèces de brèves trouvées en Inde.

La Brève du Bengale (Pitta brachyura) se trouve dans pratiquement toute l’Inde, à l’exception de la partie sèche du nord-ouest, de l’Assam et de Ceylan. Elle est résidente dans le nord et le centre de l’Inde, mais visiteur d’hiver en Inde du Sud et à Ceylan.

Elle se reproduit principalement dans les contreforts de l’Himalaya, des collines de Margalla au nord du Pakistan à l’ouest jusqu’au moins au Népal et peut-être jusqu’au Sikkim à l’est. Elle se reproduit également dans les collines du centre de l’Inde et dans les Ghâts occidentaux au sud du Karnataka. Elle migre vers toutes les régions de l’Inde péninsulaire et le Sri Lanka en hiver.

En été, elle se reproduit jusqu’à 1200 m dans les contreforts de l’Himalaya (les plus proches de Delhi étant Morni, Kalka et Kalesar dans l’Haryana, Dehradun et Corbett dans l’Uttarakhand, Sariska au Rajasthan), du Pakistan, de l’Inde, du Népal au sud du Rajasthan et au nord du Karnataka. Elle a récemment été aperçue à Nai-Ka-Nath, dans le Bassi Rajasthan.

Elle est principalement observé sur le sol des forêts ou sous un sous-bois dense, se nourrissant d’insectes, d’araignées, de petits vers, de limaces et même de petits escargots dans la litière de feuilles. Elle se nourrit également de graines et de fruits tombés.

C’est un oiseau très coloré qui mesure entre 18 et 20 cm. Le bec est orange ou brun orangé avec une pointe noire. La queue courte est bleu céruléen brillant avec un bord noir. La gorge et le cou sont blancs. Elle a des yeux marron foncé.

La poitrine et le ventre sont jaune orangé ou jaune brunâtre. Le bas du ventre et l’évent sont rouge écarlate. Les pattes et les pieds sont roses et les ongles sont bruns.

Les ailes et le dos sont d’un vert bleuâtre foncé et elle a une tache bleu cobalt vif sur les couvertures alaires. Les rémiges primaires noires ont une grande tache blanche au milieu qui n’est visible que lorsque les ailes sont déployées. Les ailes ne sont pas seulement bleues, mais aussi émeraude, blanches et noires.

Elle est également connu sous le nom de Navrang (oideau aux neuf couleurs) et les noms locaux en Inde sont basés sur son appel et ses couleurs.

L’appel est un sifflement en deux parties, une note «keee-kee» prononcée principalement le matin. La note d’appel la plus courante est un double sifflet clair et fort, entendu principalement le matin et le soir, ainsi que par temps couvert et nuageux. Elle a un sifflement à double note est un ‘pree-treer’, la première note plus nette et la seconde tombante.

En vol, qui est lent et faible, la tache blanche ronde près de l’extrémité des ailes déployées est bien visible. La saison de nidification se situe entre mai et août, avec des pics en juin dans le centre de l’Inde et en juillet dans le nord de l’Inde.

Le nid est une grande structure ronde d’environ 30 cm de diamètre, composée de fines brindilles, d’herbe, de racines, de feuilles sèches, avec un trou d’entrée circulaire sur le côté. La femelle pond 4 à 6 œufs blanc porcelaine brillant, avec des taches et de fines lignes de violet terne ou foncé.

La Brève des Palétuviers (Pitta megarhyncha) se trouve dans plusieurs régions d’Asie, notamment en Inde, au Bangladesh, en Indonésie, en Malaisie, à Singapour, en Thaïlande et au Myanmar. En Inde, limité aux parcelles de mangrove, on le trouve dans les Sundarbans au Bengale occidental, dans le parc national de Bhitarkanika en Odisha et dans certaines parties de l’Andhra Pradesh. Son nom scientifique vient de rhynchos signifiant bec, et mega signifiant grand.

Son habitat naturel est spécialisé et restreint aux forêts de mangroves subtropicales ou tropicales et aux plantations de palmiers Nipa. Elle est menacée par la perte de son habitat naturel.

Elle fut décrit pour la première fois par l’ornithologue allemand Hermann Schlegel en 1863. Son nom scientifique est dérivé des mots grecs anciens méga- “grand” et rhynchos “bec”.

Elle fait partie d’une super-espèce où il est placé avec la Brève du Bengale, la Brève Migratrice et la Brève à Ailes Bleues mais n’a pas de sous-espèce reconnue. Oiseau coloré, elle a une tête noire avec une calotte brune, une gorge blanche, des parties supérieures verdâtres, des parties inférieures chamois et une zone d’évent rougeâtre.

Mesurant 18 à 21 cm de long, elle a une tête noire avec une calotte chamois, un menton blanc et des parties inférieures chamois. Les épaules et le manteau sont verdâtres et l’évent est rougeâtre. Les jeunes ont un plumage à motifs similaires mais sont plus ternes. Elle ressemble à la Brève à ailes bleues mais se distingue par son bec beaucoup plus gand.

Son régime alimentaire se compose de crustacés, de mollusques et d’insectes terrestres.

Alors que tous les brèves sont connus pour être difficiles à étudier et à repérer dans la nature, la Brève des Palétuviers est l’un des plus faciles à repérer car elle se trouve en hauteur dans les palétuviers pour chanter. Elle a un appel à deux notes «wheew-wheew» qui résonne à travers les mangroves denses. Elle a tendance à être vocale tout en couvant mais plus calme à d’autres moments.

La Brève à Capuchon (Pitta sordida) est commune en Asie de l’Est et du Sud-Est et en Asie du Sud-Est maritime, où elle vit dans plusieurs types de forêts ainsi que dans les plantations et autres zones cultivées. Les îles Nicobar sont le meilleur endroit pour repérer cette brève en Inde.

Elle fut décrite par le zoologiste allemand Philipp Statius Müller en 1776 et a reçu le nom binomial Turdus sordidus. La description de Statius Müller était basée sur une planche montrant la “Merle des Philippines” publiée par le comte de Buffon dans ses Planches Enluminées d’Histoire Naturelle. L’espèce est maintenant placée dans le genre Pitta qui a été érigé par l’ornithologue français Louis Jean Pierre Vieillot en 1816. L’épithète spécifique sordida est latine pour « sale ».

Elle peut atteindre une longueur de 16 à 19 cm et un poids de 42 à 70 g. Elle a une tête noire, une couronne châtain et un corps et des ailes verts.

Son régime alimentaire se compose de divers insectes (dont leurs larves), qu’elle chasse au sol, et de baies.

Pendant la période de reproduction, qui dure de février à août, elle construit un nid au sol ; les deux parents s’occupent des œufs et des oisillons. Ils sont très territoriaux et leurs sifflets flûtés à double note (“qweeek-qweeek”) peuvent être constamment entendus depuis leurs territoires, parfois tout au long de la nuit.

L’Union internationale pour la conservation de la nature est particulièrement préoccupée par la perte continue d’habitat dont souffre cet oiseau, qui réduit son nombre, mais l’a classé comme étant une “espèce moins préoccupante” car le taux de déclin de la population est insuffisant pour justifier une catégorie menacée.

La Brève Bleue (Hydrornis cyaneus) se trouve dans le nord-est du sous-continent indien, le sud de la Chine et l’Indochine. C’est un oiseau forestier, dont l’habitat typique est la forêt sempervirente humide des basses terres et des montagnes avec des bambous, souvent près des ruisseaux et dans les ravins, mais il est également présent dans les forêts tropicales plus sèches.

Il existe trois sous-espèces : H. c. cyaneus est présent dans le nord-est de l’Inde et l’est du Bangladesh, le Myanmar, le nord du Laos, le Vietnam, le sud de la Thaïlande et le sud de la Chine ; H. c. aurantiacus est présent dans l’est de la Thaïlande et le sud-ouest du Cambodge ; H. c. willoughbyi est présent dans le centre du Laos et le sud du Vietnam. L’aire de répartition altitudinale de l’oiseau va du niveau de la mer jusqu’à environ 2000 m.

Elle atteint une longueur d’environ 23 cm. Elle a un front et une calotte jaunes et une nuque orange vif. Une bande noire audacieuse traverse l’œil et elle a une bande courte moins bien définie sur le menton. Le mâle a le dos et la queue bleus et la poitrine bleu pâle tachetée de noir. La femelle a le dos gris et la poitrine gris pâle, tachetée de noir. Le bec est gris foncé et les pattes sont rose pâle. L’appel est un long “pleoow-whit” ou “choocoo-whip” qui se termine soudainement.

Comme les autres membres de leur genre, c’est un oiseau timide et discret et se trouve généralement seule, même les jeunes se nourrissent seuls, sauf lorsqu’ils sont visités par leurs parents. C’est un oiseau diurne, ce qui lui permet de voir ses proies souvent cryptiques, mais elle se nourrit souvent dans les zones les plus sombres de la forêt. Elle cherche dans la litière végétale sur le sol forestier des insectes (en particulier des coléoptères) et leurs larves, des araignées, des escargots, des vers et des larves, en chassant les feuilles et en sondant le sol avec son bec.

La reproduction a lieu en mai et juin en Inde et au Myanmar, et entre juin et octobre en Thaïlande. Le nid est une grande structure volumineuse en forme de dôme avec une entrée latérale, cachée parmi la croissance des plantes enchevêtrées.

Elle a une très large aire de répartition et bien que rare en Inde et en Chine, elle est commune dans un habitat convenable sur une grande partie de son aire de répartition, étant particulièrement abondante sur le plateau des Bolovens au Laos. Elle est présente dans certaines zones protégées, et l’Union internationale pour la conservation de la nature a évalué son état de conservation comme étant « de moindre préoccupation ».

Meilleur endroit en Inde pour voir la Brève Bleue est le Dampa Tiger Reserve au Mizoram

Le Brève à Nuque Bleue (Hydrornis nipalensis) se trouve au Bangladesh, au Bhoutan, en Chine, en Inde, au Laos, au Myanmar, au Népal et au Vietnam. Ses habitats naturels sont les forêts de plaine humides subtropicales ou tropicales et les forêts de montagne humides subtropicales ou tropicales. On le trouve dans les jungles de bambous.

C’est un oiseau aux couleurs vives, avec une queue courte. Elle est bleue et verte dessus, avec une coloration jaune rougeâtre dessous. La nuque et l’arrière du cou sont bleu vif et la queue est brune avec un peu de vert. Le mâle et la femelle se ressemblent, mais la couronne arrière de la femelle est brun rougeâtre, et non bleue, et son arrière-cou est vert.

C’est un oiseau terrestre. Elle ne s’aventure généralement dans les clairières que tôt le matin et tard le soir. Son cri est un double sifflement et peut être entendu lorsqu’elle est au sol et depuis un arbre à l’aube et au crépuscule. La saison de nidification s’étend d’avril à août, au cours de laquelle les oiseaux mâles et femelles partagent les tâches parentales.

Elle se nourrit d’insectes terrestres et autres petits invertébrés.