Tourisme durable, responsable, écotourisme… Comment s’y retrouver ?

Tourisme durable, responsable, écotourisme… Comment s’y retrouver ?

Et que faire dans la pratique ?

La pandémie de 2020 aura été pour le tourisme une sacrée remise en question. Au-delà des nouvelles mesures sanitaires qui sont et vont devoir être mises en place par les autorités, les hôtels et sites historiques, de nombreux acteurs vont devoir revoir leur mode de fonctionnement et leur façon de faire voyager. Afin de rendre au voyage sons sens authentique : de partir à la rencontre de nouvelles cultures, de découvrir les merveilles naturelles et d’échanger avec les locaux.

Durant le confinement, de nombreux endroits a forte fréquentation touristique comme Venise se sont retrouvées vides du jour au lendemain passant d’un extrême a l’autre. Profondément bouleversés par l’épidémie de coronavirus Covid-19, la population et le maire de la ville souhaitent passer d’un tourisme de masse à une économie plus douce (France TV info), quitte à accepter un quota maximum de visiteurs quotidiens. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Pourquoi le tourisme de masse est-il néfaste ?

D’un point de vue environnemental, le tourisme de masse entraîne une surconsommation des ressources naturelles et un surcroît de déchets à gérer. Par exemple, la consommation d’eau douce par les grands complexes hôteliers ne cesse de croître dangereusement. De plus, outre les déchets à traiter, les pollutions sont de multiples natures : émission de gaz à effet de serre, pollution de l’air, de l’eau … la nature souffre de nos agissements, parfois irréfléchis.

D’un point de vue social, il impose la construction de grandes infrastructures (routes, hôtels…) ce qui favorise l’exode rural, et l’abandon par les populations locales de régions entières au profit des centres touristiques.

Le tourisme durable ne peut pas être un nouveau slogan, il doit être l’ADN de la société civilisée. Il devrait être la norme et non l’option de voyage. Voyager moins, voyager mieux, voyager plus longtemps

Depuis une décennie, on voit apparaître différents concepts se ralliant au Tourisme Responsable. Certaines agences de voyage ont suivi ce mouvement dans un but purement marketing et économique. D’autres au contraire ont lancé des circuits responsables dans un réel esprit de développement durable et d’ouverture. De changer les choses.

Voyage responsable, écotourisme, tourisme équitable, solidaire, éthique, durable… difficile parfois pour les voyageurs de s’y retrouver. Voici quelques définitions et exemples afin d’y voir plus clair :

Tourisme Durable

Le tourisme durable inclut toutes les formes de tourisme alternatif – on entend ici alternatif au tourisme de masse. L’écotourisme en est par exemple une de ses sous-catégories.

Il s’agit d’une philosophie proche des fondamentaux du développement durable que l’on applique au tourisme. Terme davantage utilisé par les institutionnels ou encore les agences de voyages, le tourisme durable se différencie du tourisme responsable car il est un code de conduite et non un comportement. Le tourisme durable est un concept large qui regroupe plusieurs pratiques touristiques respectueuses de l’environnement et des communautés locales.

Tourisme Responsable

Souvent présenté comme un synonyme de tourisme durable, le tourisme responsable présente certaines spécificités.

Le tourisme responsable se repose sur plusieurs fondamentaux :

  • Avoir un impact positif sur les populations locales tout en ayant une incidence minime sur l’environnement
  • Préservation de la nature, respect des populations rencontrées, écoute, partage …

Loin du tourisme de masse et des circuits de grande consommation, ces valeurs sont qualifiées de durables, éthiques, équitables, participatives.

Écotourisme

Terme fourre-tout, l’écotourisme est une démarche touristique engagée en faveur du développement durable visant à préserver la biodiversité et les ressources culturelles d’une zone naturelle. La sensibilisation aux enjeux sociaux et environnementaux de toutes les parties prenantes, est primordiale. Ainsi, faire une randonnée dans un parc, accompagné d’un guide local, revient à faire de l’écotourisme car elle génère des revenus non négligeables pour les communautés d’accueil.

Nos circuits accompagnés et nos voyages à la carte gardent pour référence la préservation et le respect de l’environnement et des communautés locales.

Conscientes de l’impact du transport aérien, nous encourageons tous les voyageurs à compenser leurs émissions carbones. Calculer votre empreinte carbone sur Goodplanet.org.

Une idée peut être d’amortir son impact carbone tout en soutenant les efforts de conservation locale. Afin de planter des arbres en Arunachal Pradesh par exemple, vous pouvez contacter:

Agrotourisme ou Farm Stay

C’est une forme de tourisme visant à découvrir et à partager les savoir-faire d’un milieu à vocation agricole. Elle se pratique de plusieurs manières: visite de l’exploitation, cours de permaculture, hébergement, restauration et ventes de produits agroalimentaires. C’est aussi une occasion unique pour les agriculteurs de transmettre leurs savoirs et leurs expériences avec le voyageur, associée à une volonté de s’éloigner des circuits touristiques traditionnels.

Slow Tourisme

Petit frère du mouvement Slow Food, il s’agit de découvrir des paysages enchanteurs tout en prenant son temps, s’imprégner pleinement de la nature qui nous entoure, privilégier les rencontres et savourer les plaisirs de la table. Ces principes ont gagné en popularité auprès des touristes ces dernières années et les voyages proposés en lien avec ce type de tourisme, sont en nette augmentation. Preuve en est que prendre son temps en vacances n’a jamais été autant d’actualité.

Tourisme Équitable

Petit frère du commerce équitable, il relève d’une éthique professionnelle permettant aux communautés locales de pleinement profiter des retombées économiques du tourisme. Les intermédiaires sont réduits au maximum pour une rémunération plus juste et l’amélioration de leurs conditions de vie.

Tourisme Communautaire

C’est une forme de tourisme par le peuple pour le peuple. Il implique qu’un nombre significatif de personnes vivant sur un territoire ait un contrôle substantiel de sa propre gestion et de son propre développement touristique. Ainsi les membres de la communauté, tout comme les personnes n’exerçant pas directement dans l’industrie touristique, devraient également bénéficier des retombées économiques. Il est conçu pour que les populations locales puissent prendre en charge des projets de développement touristique. En plus d’être extrêmement utile pour la croissance de certaines régions, le tourisme communautaire amène au développement des communautés hôtes ainsi que leur autogestion.

Tourisme Humanitaire ou Volontourisme

Le volontourisme, aussi appelé « tourisme humanitaire », promet à des individus désireux de s’engager pour une cause, la découverte de nouvelles cultures et de pays tout en « faisant de l’humanitaire » sans être professionnels du secteur. Même si les intentions de départ paraissent louables, dans les faits les dérives sont nombreuses et certains acteurs n’hésitent pas à exploiter le « business de l’humanitaire » pour satisfaire leurs clients au détriment des populations locales.

Tourisme Participatif

Le tourisme participatif encourage la construction de relations entre les populations d’accueil et les touristes. L’objectif est de créer une véritable alchimie entre les deux faces « visibles » du tourisme, les visiteurs et les hôtes. C’est une manière de réinventer le sens de l’hospitalité. Ce type de tourisme peut se pratiquer absolument partout : milieu rural, urbain ou encore sur les littoraux, l’important est de faire participer les populations locales au développement touristique de leur région.

Tourisme Solidaire

Chaque année, des millions de touristes voyagent à travers le monde à la recherche de lieux, de rencontres toujours plus insolites et différentes les unes que les autres. Cela a entraîné dans le paysage touristique actuel, la création de plusieurs types de tourisme alternatif. Tourisme responsable, tourisme équitable, mais également le tourisme solidaire. Soutenir les projets de développement local, respecter les populations d’accueil, voici les principales règles à respecter lors d’un voyage sous la forme de tourisme solidaire. Bien évidemment, cela regroupe bien d’autres choses.

Qu’est ce que fait Eastern Routes pour promouvoir le tourisme responsable ?

Eastern Routes propose une autre vision du voyage. En effet, parcourir le monde est devenu un produit de consommation nocif et polluant, sa vision du voyage s’inscrit alors comme telle : en groupe restreint, plus humain, plus ouvert à l’autre, moins consommateur et plus respectueux de la Terre. Nous sommes engagés depuis notre création dans une démarche durable par conviction et pour les valeurs intrinsèques qu’elle encourage.

Découvrez les principes de notre philosophie du voyage.

Nous ne proposons que des circuits et séjours à la carte basés sur le tourisme responsable. Nos voyages vous feront découvrir l’incroyable écosystème du Nord-Est de l’Inde. Vous aurez également l’occasion de rencontrer la population locale, notamment des artisans qui auront à cœur de partager leur savoir-faire.

A travers nos voyages, nous encourageons le travail d’entreprises locales porteuses de principes socio-environnementaux. Car nous avons toujours eu la volonté de mettre en avant les hommes et les femmes qui contribuent au développement durable et écologique de leur environnement. Ils sont l’âme d’un territoire, les ambassadeurs de sa richesse, les gardiens de nos traditions. Nous souhaitons plus que tout, mettre en avant ces personnes qui œuvrent chaque jour, à leur échelle, à la sauvegarde de la Terre. Vos hôtes seront des producteurs, désireux de vous transmettre leur passion et leur savoir-faire.

Les héros de la conservation du nord-est : des gens ordinaires d’apparence qui dévouent leur vie à la préservation des écosystèmes et des héritages culturels

Blog Eastern Routes

Nous sommes également très sensibles au concept du Slow Tourisme, car nous l’avons expérimenté et savons que c’est le meilleur moyen de vivre une réelle immersion. Parce que le voyage doit être un moment de découverte tout en restant à l’écoute de son prochain, nous proposons dans certains de nos circuits, une démarche de slow tourisme.

Voyager avec Eastern Routes, c’est s’assurer la création d’emplois et la redistribution équitable des revenus, la diversification économique, la protection et la mise en valeur du patrimoine et des traditions artisanales.

Nous pouvons également vous orienter GRATUITEMENT, et très volontiers, vers les différentes ONG du Nord-Est de l’Inde qui concourent réellement à l’épanouissement des sociétés et des individus. N’hésitez pas à nous contacter.


Pour aller plus loin :

Voyage : « c’est une crise ? Non, c’est une révolution ! » (l’Echo touristique)

Le tourisme est mort ? Vive le tourisme ! (Nouvel Obs)

Covid-19 : à la recherche d’un tourisme durable (France Culture)

Après la pandémie, le tourisme sera plus lent, plus propre, plus curieux (France Culture)

Leave a Comment

vingt − dix-huit =