Les oiseaux de rivages de l’Inde

Les oiseaux de rivages de l’Inde

Les mouettes et goélands appartiennent à l’une des familles d’oiseaux les plus prospères. Plus de 100 espèces se trouvent dans le monde, sur tous les continents ; on les trouve même aux confins de l’Antarctique et de l’Arctique. En Inde, ils sont principalement migrateurs, descendant en hiver de leurs aires de reproduction au Ladakh et plus au nord, jusqu’en Mongolie intérieure. Ils se dispersent et s’installent sur de grandes étendues d’eau et des côtes à travers le sous-continent en grands groupes querelleurs.

GOÉLANDS

Le Goéland de Hemprich (Larus hemprichi) est originaire de la mer Rouge, du golfe d’Aden, du golfe d’Oman, du golfe Persique et son aire de répartition s’étend jusqu’au Pakistan. Il est également originaire de la côte est de l’Afrique jusqu’au sud de la Tanzanie et du Mozambique. Il est plutôt rare en Inde, au Sri Lanka, aux Maldives, en Jordanie, au Liban, en Israël et à Bahreïn. C’est un oiseau côtier, allant rarement plus loin en mer qu’à environ 10 km au-delà des récifs côtiers, bien qu’il ait parfois été vu à 140 km de la terre. Il fréquente les ports et les rades, la côte, les îles côtières et la zone intertidale. Il se déplace rarement à l’intérieur des terres ou visite des sites d’eau douce. Il est nomade ou partiellement migrateur et de nombreuses populations se déplacent vers le sud après la reproduction, bien que les populations de la mer Rouge semblent être relativement sédentaires.

Son nom commémore le naturaliste allemand Wilhelm Hemprich décédé en 1825 lors d’une expédition scientifique en Égypte et au Moyen-Orient avec son ami Christian Gottfried Ehrenberg.

C’est un prédateur et un charognard. Il se nourrit de poissons rejetés et d’abats de poisson, d’autres petits poissons qu’il attrape lui-même, de crevettes, de jeunes tortues et des œufs et poussins d’autres oiseaux marins.

La reproduction a lieu pendant l’été. Il niche généralement en petites colonies sur les îles coralliennes côtières, en particulier les îles extérieures protégées par des récifs avec des roches, du sable et une végétation clairsemée. Les nids sont parfois solitaires, en particulier en Afrique, ou peuvent être dispersés parmi les nids d’autres oiseaux marins coloniaux. Le nid peut consister en une éraflure nue dans le corail dans une position exposée ou peut être protégé par un surplomb de corail ou abrité sous une mangrove à croissance basse ou un buisson d’algues.

Le Goéland Cendré, Larus canus est un goéland de taille moyenne qui se reproduit dans le nord-ouest de l’Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Il migre plus au sud en hiver.

Il comprend trois populations, parfois considérées comme des espèces distinctes : Larus canus canus, le Goéland cendré, d’Eurasie occidentale ; L. c. kamschatschensis, le “Kamchatka Gull”, de l’Eurasie orientale; et L. c. brachyrhynchus, le « Goéland à bec court », qui niche en Alaska et dans l’ouest du Canada. La race européenne est un rare visiteur hivernal sur la côte est du Canada et un vagabond dans le nord-est des États-Unis.

Cette espèce se reproduit en colonie près de l’eau ou dans les marais, faisant un nid tapissé au sol ou dans un arbre. Avec une longueur de 43 cm et une envergure de 120 cm, il est considérablement plus petit que le Goéland Argenté. Il n’est que légèrement plus petit que le Goéland à Bec Cerclé, mais son bec est plus court, plus effilé et d’une teinte jaune plus verdâtre, en plus d’être non marqué pendant la saison de reproduction.

Les adultes sont gris dessus et blancs dessous. Leurs pattes sont verdâtres. Ils ont des extrémités d’ailes noires avec de grands “miroirs” blancs, en particulier chez les oiseaux américains. Les jeunes oiseaux ont les parties supérieures écailleuses brun noir et un motif d’aile soigné. Ils mettent trois ans pour arriver à maturité. L’appel est un cri de «rire» aigu.

Ce sont des omnivores comme la plupart des goélands Larus, et ils se nourrissent tout en cherchant de petites proies appropriées.

Le Goéland Pontique (Larus cachinnans) est un oiseau marin (59–67 cm, 680–1330 g) avec un long bec mince, accentué par le front incliné.

Les pattes, les ailes et le cou sont plus longs que ceux du Goéland argenté et du Goéland leucophée. L’œil est petit et souvent foncé, les pattes varient du rose pâle au jaune pâle. Le dos et les ailes sont d’un gris légèrement plus foncé que le goéland argenté, mais légèrement plus pâle que le goéland leucophée. La plume primaire la plus externe a une grande pointe blanche et une langue blanche qui remonte le long de la toile interne.

Les oiseaux du premier hiver ont une tête pâle avec des stries sombres à l’arrière du cou. Les parties inférieures sont pâles et le dos est grisâtre. Les couvertures alaires supérieures et médianes ont des extrémités blanchâtres formant deux lignes pâles sur l’aile.

Il se reproduit autour des mers Noire et Caspienne, s’étendant vers l’est à travers l’Asie centrale jusqu’au nord-ouest de la Chine.

En Europe, il s’est propagé au nord et à l’ouest et se reproduit maintenant en Pologne et en Allemagne de l’Est. Certains oiseaux migrent vers le sud jusqu’à la mer Rouge et le golfe Persique tandis que d’autres se dispersent en Europe occidentale, dans des pays comme la Suède, la Norvège et le Danemark.

De petits nombres sont maintenant observés régulièrement en Grande-Bretagne, en particulier dans le sud-est de l’Angleterre, l’East Anglia et les Midlands.

Il niche généralement sur un sol plat et bas au bord de l’eau, contrairement au Goéland leucophée qui niche principalement sur les falaises dans les zones où les deux se chevauchent. La saison de reproduction commence début avril. Deux ou trois œufs sont pondus et incubés pendant 27 à 31 jours.

Ce sont des charognards et des prédateurs avec une alimentation très variée. Pendant la saison de reproduction, ils mangent souvent des rongeurs tels que des écureuils terrestres, volant à une certaine distance dans les steppes pour les trouver.

Le Goéland de Sibérie, Larus heuglini, est un oiseau marin du genre Larus. Il est étroitement lié au Goéland Brun, Larus fuscus, et en est souvent classé comme une sous-espèce. Il a également été inclus dans la taxonomie du Goéland argenté, Larus argentatus.

C’est un grand goéland avec une tête arrondie, un bec fort et de longues pattes et ailes. Le dos et les ailes sont gris foncé, de teinte variable mais souvent similaires à l’espèce graelsii du Goéland Brun. En hiver, la tête n’est que légèrement striée de brun, mais il y a des stries plus importantes sur l’arrière du cou. Les pattes sont généralement jaunes mais peuvent être roses.

La mue du Goéland de Sibérie a lieu plus tard que chez la plupart de leurs parents, de sorte que les oiseaux ont toujours la tête non striée et les primaires usées (plumes des ailes les plus longues) en septembre et octobre. Les plumes primaires peuvent ne pas être complètement développées avant février ou mars, lorsque la tête est encore striée.

Il se reproduit dans la toundra du nord de la Russie, de la péninsule de Kola à l’est jusqu’à la péninsule de Taymyr. Il est régulièrement signalé en Finlande et peut s’y reproduire. Il migre vers le sud pour hiverner dans le sud-ouest, l’Asie du Sud et de l’Est et l’Afrique de l’Est.

Un petit nombre est observé en Asie du Sud-Est, il a été signalé en Afrique du Sud et il peut se produire comme vagabond en Europe occidentale.

Il se nourrit principalement de mollusques, de vers et de crustacés.

Le Goéland Railleur, Chroicocephalus genei, est un petit goéland qui se reproduit très localement autour de la Méditerranée et du nord-ouest de l’océan Indien (par exemple au Pakistan) sur les îles et les lagunes côtières. Le nom scientifique de cet oiseau commémore le naturaliste italien Giuseppe Gené.

La plupart de la population est quelque peu migratrice, hivernant plus au sud vers l’Afrique du Nord et l’Inde, et quelques oiseaux ont erré vers l’Europe occidentale sont résidents.

Ce goéland rare se reproduit en colonies, niche au sol et pond jusqu’à trois œufs. Comme la plupart des goélands, il est grégaire en hiver, aussi bien pour se nourrir que pour se percher le soir. Ce n’est pas une espèce pélagique, et on l’observe rarement en mer loin des côtes.

Cette espèce est légèrement plus grande que la Mouette Rieuse, à laquelle elle ressemble. Il n’a pas de capuche noire. La tête et le bec rouge foncé ont une apparence allongée et effilée, et cet oiseau semble également avoir un long cou. Les pattes sont rouge foncé et l’iris est jaune. En été, la poitrine a une coloration rose.

Il met deux ans pour atteindre sa maturité. Les oiseaux de première année ont une bande de queue terminale noire et des zones sombres sur les ailes.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Goéland Ichthyaète (Ichthyaetus ichthyaetus) est un très gros goéland, qui est la troisième plus grande espèce de goéland au monde, après le goéland marin et le goéland bourgmestre. C’est une espèce commune sur les côtes du Kerala. Il mesure 55-72 cm et a une envergure de 142 à 170 cm. L’adulte a les ailes et le dos gris, avec des « miroirs » blancs bien visibles au bout des ailes. Les pattes sont jaunes et le bec est rouge. Dans tous les autres plumages, un masque sombre à travers l’œil indique les vestiges du capuchon. Les jeunes obtiennent des parties supérieures largement grises assez rapidement, mais ils mettent quatre ans pour atteindre la maturité.

Il se nourrit principalement de poissons (en particulier de poissons morts), de crustacés, d’insectes et de petits mammifères, prenant moins souvent des oiseaux et leurs œufs, des reptiles et des graines.

MOUETTES

Deux espèces dominent la scène en Inde: la Mouette du Tibet, de la taille d’un pigeon et la Mouette Rieuse légèrement plus petite. En hiver, les têtes des deux espèces, brunes pour la première et noire pour la deuxième, deviennent blanches. La tête brune peut être identifiée par les taches blanches éclatantes sur ses ailes à pointe noire, et la tête noire par la bordure blanche le long du bord avant de ses ailes. Les deux sont par ailleurs gris perle et ont curieusement des expressions de dauphin sur le visage, des becs rouges et des pieds palmés.

La Mouette du Tibet (Chroicocephalus brunnicephalus) est une petite mouette asiatique que l’on observe fréquemment dans les colonies bruyantes. Elle se reproduit dans les hauts plateaux d’Asie centrale du Turkménistan à la Mongolie.

Cet oiseau migrateur hiverne sur les côtes et les grands lacs intérieurs du sud de l’Asie tropicale.

Elle se reproduit en colonies dans les grandes roselières ou les marais, ou sur les îles des lacs, nichant au sol. On la voit rarement en mer loin des côtes.

C’est un chargnard ou capture des invertébrés dans les champs labourés.

L’adulte d’été a la tête brun pâle, plus claire que celle de la tête noire, le corps gris pâle et le bec et les pattes rouges. Les extrémités noires des rémiges primaires ont des “miroirs” blancs bien visibles. Le dessous des ailes est gris avec des rémiges noires. La capuche brune se perd en hiver, ne laissant que des stries verticales sombres.

Cet oiseau met deux ans pour atteindre sa maturité. Les oiseaux de première année ont une bande caudale terminale noire, des zones plus sombres sur les ailes et, en été, un capuchon moins homogène.

Elle est légèrement plus grosse que la Mouette Rieuse.

La Mouette Rieuse (Chroicocephalus ridibundus) est une petite mouette qui se reproduit dans une grande partie de l’Europe et de l’Asie, ainsi que sur la côte est du Canada.

La plupart de la population est migratrice, hivernant plus au sud, mais certains oiseaux des régions les plus douces de l’ouest de l’Europe y sont résidents. Certains oiseaux passeront également l’hiver dans le nord-est des États-Unis.

C’est l’oiseau de la préfecture de Tokyo et le système de transport en commun Yurikamome porte son nom.

Cette mouette mesure 38-44 cm de long avec une envergure de 94-105 cm. Elle se reproduit en colonies dans les grandes roselières ou les marais, ou sur les îles des lacs, nichant au sol. Comme la plupart des mouettes, elle est très grégaire en hiver, à la fois lorsqu’elle se nourrit ou dans les nichoirs. Ce n’est pas une espèce pélagique, et on l’observe rarement en mer loin des côtes.

La mouette rieuse est un mangeur audacieux et opportuniste et se nourrit dans les villes ou capture les invertébrés dans les champs labourés.

En vol, le bord d’attaque blanc de l’aile est une bonne indication. L’adulte d’été a la tête brun chocolat (pas noire, malgré son nom), le corps gris pâle, les pointes noires des plumes des ailes primaires et le bec et les pattes rouges. La capuche se perd en hiver, ne laissant que des stries verticales sombres.

Cette espèce met deux ans pour atteindre la maturité. Les oiseaux de première année ont une bande caudale terminale noire, des zones plus sombres sur les ailes et, en été, un capuchon sombre moins développé.

C’est une espèce bruyante, surtout dans les colonies, avec un cri familier “kree-ar”.

STERNES

La Sterne Hansel, Gelochelidon nilotica, est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae. Elle était autrefois regroupé dans le genre Sterna mais est maintenant placé seul dans le genre Gelochelidon.

Elle se reproduit dans les régions plus chaudes du monde en Europe méridionale (et une très petite population isolée dans le nord de l’Allemagne et du Danemark), en Asie tempérée et orientale, sur les deux côtes de l’Amérique du Nord, à l’est de l’Amérique du Sud et en Australie.

Toutes les formes montrent une dispersion post-nuptiale, mais les reproducteurs du nord sont les plus migrateurs, hivernant au sud vers l’Afrique, les Caraïbes et le nord de l’Amérique du Sud, l’Asie du Sud et la Nouvelle-Zélande.

C’est une sterne assez grande (38 cm) et puissante, de taille et d’apparence générale similaires à une Sterne Caugek, mais son bec court et épais semblable à celui d’une mouette, ses ailes larges, ses longues pattes et son corps robuste sont caractéristiques. L’adulte d’été a les parties supérieures grises, les parties inférieures blanches, une calotte noire, un bec noir robuste et des pattes noires. L’appel est un ker-wik caractéristique.

En hiver, la calote disparaît et une tache sombre à travers l’œil comme une sterne de Forster ou une mouette méditerranéenne la remplace. Les jeunes ont un masque plus pâle, mais ressemblent par ailleurs beaucoup aux adultes hivernaux.

Les jeunes Sternes Caugek ont un bec court et sont souvent confondues avec la Sterne Hansel où cette dernière espèce est rare, comme les côtes de la mer du Nord.

Elle a un certain nombre de sous-espèces géographiques, différant principalement par la taille et les détails mineurs du plumage.

Cette espèce se reproduit en colonies sur les lacs, les marais et les côtes. Elle niche dans une éraflure du sol et pond de deux à cinq œufs.

Il s’agit d’une sterne quelque peu atypique, en apparence semblable à une sterne sterna, mais avec des habitudes alimentaires plus semblables à celles de la sterne des marais Chlidonias, de la Guifette Noire et de la Guiffette Leucoptère.

Elle ne plonge normalement pas à la recherche de poissons comme les autres sternes blanches, mais se nourrit d’insectes pris en vol, et chasse aussi souvent dans des champs humides, pour capturer des amphibiens et de petits mammifères, ainsi que de petits oiseaux.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Sterne Caspienne (Hydroprogne caspia) est la plus grande des sternes, mesurant entre 48 et 56 cm, queue comprise. Elle a une envergure de 127 à 140 cm et pèse 574 à 782 g.

Les adultes en plumage nuptial (plumes d’été) ont un long bec rouge-orange avec une pointe noire et des pattes noires.

En plumage d’hiver, la calotte noire est toujours présente, mais il y a quelques stries blanches sur le front.

La tête est blanche à l’exception de la calotte noire (éventuellement striée) et du cou, du ventre et de la queue blancs. Le dessus des ailes et le dos sont gris pâle. Les ailes ci-dessous sont pâles avec des plumes primaires (de vol) foncées. En vol, la queue de la Sterne caspienne semble moins fourchue que celle des autres sternes.

Elle est naturellement présente dans les grands lacs et les côtes océaniques d’Amérique du Nord (y compris les Grands Lacs) et localement en Europe (principalement autour de la mer Baltique et de la mer Noire), en Asie, en Afrique et en Australasie (Australie et Nouvelle-Zélande).

Celles trouvées en Amérique du Nord migrent vers le sud vers les Antilles et l’Amérique du Sud la plus septentrionale pour l’hiver. Les oiseaux européens et asiatiques migrent vers les zones tropicales. Celles trouvés en Afrique et en Australasie sont pour la plupart des oiseaux résidents (non migrateurs).

Son alimentation de base se compose de poisson, mais elle consomme aussi occasionnellement de gros insectes, ainsi que des œufs et des poussins d’autres oiseaux.

Lorsqu’elle cherche de la nourriture, elle peut planer au-dessus de l’eau, puis y plonger pour attraper la proie.

L’appel est un croassement fort semblable à celui d’un héron.

Elle se reproduit au printemps et en été. Elle niche en colonies, parfois en mélange avec d’autres espèces de sternes et de goélands. Le nid est placé sur le sol parmi le gravier et le sable, ou parfois sur la végétation. Le nid moyen se compose d’un à trois œufs vert bleu pâle, avec des taches brunes épaisses. Les œufs sont incubés pendant 26 à 28 jours. Les poussins ont un plumage qui va du crème pâle au gris-brun. Les jeunes prennent leur envol vers l’âge de 35 à 45 jours.

La Sterne Voyageuse (Thalasseus bengalensis) est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae qui se reproduit dans les régions côtières subtropicales du monde, principalement de la mer Rouge à travers l’océan Indien jusqu’au Pacifique occidental et en Australie, avec une population importante sur la côte sud de la Méditerranée sur les îles au large de la côte libyenne. Les oiseaux australiens sont probablement sédentaires, mais d’autres populations sont migratrices, hivernant vers le sud jusqu’en Afrique du Sud.

Cette espèce se reproduit en colonies denses sur les côtes et les îles.

Il s’agit d’une sterne de taille moyenne à grande (35-37 cm), très similaire en taille et en apparence générale à ses trois parents très proches la Sterne Caugek, la Sterne Élégante et la Sterne d’Orient. L’adulte d’été a une calotte noire, des pattes noires et un long bec orange pointu. Le dessus des ailes, le croupion et les rectrices centrales sont gris et les parties inférieures blanches. Les rémiges primaires s’assombrissent pendant l’été. En hiver, le front devient blanc.

Le croupion gris est une caractéristique d’identification de vol utile qui le distingue des espèces apparentées. La Sterne Élégante se distingue également par un bec légèrement plus long et plus mince, tandis que la Sterne d’Orient diffère par une pointe noire du bec et la Sterne Caugek par un bec noir avec une pointe jaune.

Les jeunes ressemblent à des Sternes Caugek du même âge, mais avec un bec jaune-orange et un ensemble plus pâle, avec seulement de faibles croissants foncés sur les plumes du manteau.

Il y a deux autres sternes à bec orange dans l’aire de répartition de cette espèce, la Sterne Royale et la Sterne Huppée. Les deux sont beaucoup plus grosses ; La Sterne Royale a également un croupion et une queue blancs, tandis que la Sterne Huppée (qui partage le croupion gris) est globalement plus foncé au-dessus et a un bec plus jaune.

Elle niche sur une éraflure du sol et pond un à deux (rarement trois) œufs. Le comportement de nidification est très similaire à celui de la Sterne Caugek, avec une parade contre les prédateurs en nichant dans des colonies très denses, et aussi en nichant à la fin de l’été lorsque les Goélands leucophées ont fini de se reproduire et ont quitté le territoire.

Comme toutes les sternes Thalasseus, elle se nourrit en plongeant à la recherche de poissons, généralement dans des environnements salins. Elle plonge généralement directement, et non en « vol stationnaire à gradins » privilégié par la Sterne Arctique.

L’offrande de poisson par le mâle à la femelle fait partie de la parade nuptiale.

L’appel est un bruit de grincement fort comme la Sterne caugek.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Sterne Caugek (Thalasseus sandvicensis) a été nommée d’après le terme « caugek », une référence au cri de cet oiseau ; sandvicensis est le nom latinisé d’une ville du Kent, Sandwich, l’endroit où elles ont été identifiées pour la première fois. Elle est aussi communément appelée plovre criard, privaret (ou puveret), tavernot.

Dans son aire de répartition naturelle, elle est facilement identifiable par son bec noir à pointe jaune et sa crête hirsute.

Elle est étroitement liée à la Sterne Naine, à la Sterne d’Orient et à la Sterne Élégante – à qui elle ressemble et avec lesquelles elle est facilement confondue. Certaines autorités suggèrent que les trois peuvent être conspécifiques (une seule espèce).

Elle se trouve naturellement sur les côtes marines du Nouveau Monde – en particulier le sud-est des États-Unis, l’Amérique centrale, l’Est de l’Amérique du Sud, le nord-ouest de l’Amérique du Sud et les Caraïbes. Dans l’Ancien Monde, on les trouve en Afrique de l’Ouest, dans la région méditerranéenne et Grande Bretagne.

Elle habite les côtes, les baies, les estuaires et les vasières; mais peut également être trouvé sur l’océan.

C’est une sterne de taille moyenne qui mesurent entre 36 à 41 cm et a une envergure de 84 à 97 cm. Elle pèse entre 180 à 300 g.

Le bec long et mince est noir avec une pointe jaune pâle – sauf chez la race sud-américaine, qui a un bec jaune ou orange. Les pattes courtes sont noires.

Le plumage du dos est principalement gris pâle. Elle a des plumes allongées à l’arrière de la tête qui ont l’apparence d’une crête hirsute. Pendant la saison de reproduction, Elle a une calotte noire sur la tête ; qui est pâle dans le plumage d’hiver. En vol, les coins gris sur les extrémités des ailes et la courte queue fourchue sont les plus apparents.

Elle est en âge de se reproduire lorsqu’elle a environ 3 à 4 ans.

Pendant le rituel de parade nuptiale, le mâle donne à la femelle un poisson qu’elle avale souvent immédiatement. Cependant, elle peut parfois garder le poisson dans son bec tout au long de la parade. Le mâle et la femelle sont observés volant dans les airs en tandem avec des glissades alternées.

Le mâle continue de nourrir la femelle pendant toute la saison de reproduction.

Elle est connue pour se croiser avec la sterne Voyageuse.

Elle se reproduit en colonies larges et denses composées de 100 à 4 000 couples reproducteurs, les nids étant espacés d’environ 20 à 30 cm.

Ces reproducteurs relativement peu agressifs nichent souvent à proximité d’espèces plus agressives, telles que la Mouette Atricille, la Sterne Royale, la Sterne Arctique et la Mouette Rieuse pour éviter la prédation.

Elle niche généralement sur les côtes et les îles, mais peut également nicher à l’intérieur des terres, généralement dans de grands lacs d’eau douce situés près de la côte.

Elle se reproduit au sol et creuse un nid sur le sol. En Floride, elle peut aussi faire son nid sur les toits. Pour éviter que son nid ne s’envole, elle défèque directement sur le bord de son nid. Une fois que les excréments sèchent, ils « cimentent » le nid et le protège en cas d’inondation ou de fortes pluies.

La femelle ne pond généralement qu’un seul œuf; bien que certains (1 – 10 %) puissent pondre un deuxième œuf ; rarement un 3e œuf est pondu. Les parents partagent l’incubation des œufs, qui prend environ 25 à 31 jours.

Les nouveau-nés sont couverts d’un duvet grisâtre; leurs yeux sont ouverts et même s’ils sont capables de marcher, ils ne quitteront pas le nid le premier jour. Au bout d’une journée, les jeunes rejoignent généralement une crèche communale, où se rassemblent des centaines voire des milliers de poussins. Étonnamment, les parents sont capables de trouver leurs petits dans la foule – probablement en les identifiant par leurs voix – et de les nourrir.

Les jeunes prennent leur envol (apprennent à voler) vers l’âge d’un mois ; cependant, les parents continuent de s’occuper d’eux pendant 5 à 8 mois. Les parents migrent vers les territoires d’hiver avec leurs petits.

Les œufs sont souvent détruits par les crabes des sables ; ou prises par la Mouette Atricille et le Tournepierre à Collier. Les Mouettes Rieuses s’attaquent aux œufs et aux poussins.

Le régime alimentaire de la Sterne Caugek se compose principalement de petits poissons, tels que les lançons, les sprats et les merlans que l’on trouve autour des estuaires, des lagunes et des mangroves. Ils peuvent également prendre des calmars, des crevettes et des crabes.

Elle vole à plusieurs mètres au-dessus de la surface de l’eau, planant peut-être au-dessus de l’eau, avant de plonger à la recherche d’une proie. Elle vole également de la nourriture aux autres sternes.

Elle se nourrit habituellement seules ou – en particulier dans les zones d’alimentation favorisées – sont observées en train de se nourrir en groupes.

Au 19ème siècle, son nombre a considérablement diminué en raison du commerce des plumes et de la collecte de ses œufs.

Dans l’histoire plus récente, sa population s’est rétablie et les nombres augmentent maintenant dans la plupart de leur aire de répartition.

La Sterne Huppée (Thalasseus bergii) est un oiseau marin de la famille des sternes qui niche en colonies denses sur les côtes et les îles du Vieux Monde tropical et subtropical. Ses cinq sous-espèces se reproduisent dans la zone allant de l’Afrique du Sud autour de l’océan Indien au Pacifique central et à l’Australie, toutes les populations se dispersant largement de l’aire de reproduction après la nidification. Cette grande sterne est étroitement apparentée à la Sterne Royale et à la Sterne Voyageuse, mais se distingue par sa taille et la couleur de son bec.

Elle a les parties supérieures grises, les parties inférieures blanches, un bec jaune et une crête noire hirsute qui régresse en hiver. Ses jeunes ont une apparence distinctive, avec un plumage gris, brun et blanc fortement modelé, et dépendent de leurs parents pour se nourrir pendant plusieurs mois après avoir pris leur envol. Comme tous les membres du genre Thalasseus, la Sterne huppée se nourrit en plongeant à la recherche de poissons, généralement en milieu marin ; le mâle offre du poisson à la femelle dans le cadre du rituel de parade nuptiale.

Il s’agit d’une espèce adaptable qui a appris à suivre les bateaux de pêche pour les prises accessoires rejetées et à utiliser des sites de nidification inhabituels tels que les toits des bâtiments et les îles artificielles dans les marais salants et les stations d’épuration. Ses œufs et ses jeunes sont capturés par les goélands et les ibis, et les activités humaines telles que la pêche, le tir et la récolte d’œufs ont entraîné le déclin de la population locale. Il n’y a pas de problèmes de conservation mondiaux pour cet oiseau, qui a une population totale stable de plus de 500 000 individus.

Elle est présente dans les régions côtières tropicales et tempérées chaudes de l’Ancien Monde, de l’Afrique du Sud autour de l’océan Indien jusqu’au Pacifique et à l’Australie. La sous-espèce T. b. bergii et T. b. enigma se reproduit en Afrique australe, de la Namibie à la Tanzanie, et peut-être sur les îles autour de Madagascar. Il y a donc une rupture dans l’aire de reproduction de cette espèce jusqu’en Somalie et la mer Rouge, et une autre discontinuité plus à l’est dans le sud de l’Inde.

Les nids sont situés sur des îles sablonneuses, rocheuses ou coralliennes basses, parfois au milieu d’arbustes rabougris, souvent sans aucun abri. Lorsqu’elle ne se reproduit pas, elle se perchera ou se reposera sur les rivages ouverts, moins souvent sur des bateaux, des pilotis, des bâtiments portuaires et des monticules de sel surélevés dans les lagunes. Elle est rarement observée dans les ruisseaux de marée ou les eaux intérieures.

Toutes les populations se dispersent après la reproduction. Lorsque les oiseaux d’Afrique australe quittent les colonies de Namibie et de la province du Cap occidental, la plupart des adultes se déplacent vers l’est jusqu’à la côte de l’océan Indien en Afrique du Sud. De nombreux jeunes oiseaux voyagent également vers l’est, parfois sur plus de 2 000 km, mais d’autres se déplacent vers le nord le long de la côte ouest. T. b. thalassina hiverne sur la côte est-africaine au nord du Kenya et de la Somalie et peut se déplacer aussi loin au sud que Durban. Les populations de T. b. Les velox se reproduisant depuis le golfe Persique vers l’est semblent être sédentaires ou dispersifs plutôt que véritablement migrateurs, mais ceux qui se reproduisent dans la mer Rouge hivernent vers le sud le long de la côte est-africaine jusqu’au Kenya. T. b. cristata reste principalement à moins de 400 km (260 mi) de ses colonies, mais certains oiseaux errent jusqu’à environ 1 000 km.

Elle se reproduit en colonies, souvent en association avec d’autres oiseaux marins. Elle est monogame et le lien du couple est maintenu tout au long de l’année et parfois au cours de saisons de reproduction consécutives. La taille de la colonie est liée à l’abondance des proies de poissons pélagiques, et la plus grande colonie documentée, avec 13 000 à 15 000 couples, se trouve dans le golfe de Carpentaria dans le nord de l’Australie, une région qui abrite également d’importantes colonies d’autres oiseaux marins. Étant donné que la nidification dans cette zone suit les inondations de la mousson estivale, il s’agit vraisemblablement d’une réponse à l’augmentation des stocks de poissons, probablement en raison du ruissellement des rivières fournissant des nutriments supplémentaires au golfe. Cette sterne ne montre pas de fidélité au site, changeant fréquemment son site de nidification d’année en année, parfois de plus de 200 km.

La Sterne de Rivière (Sterna aurantia) est une sterne de la famille des Laridés. C’est un oiseau résident le long des rivières intérieures depuis l’Iran jusqu’au sous-continent indien et plus loin jusqu’au Myanmar jusqu’en Thaïlande, où il est peu commun. Contrairement à la plupart des sternes Sterna, on la trouve presque exclusivement en eau douce, s’aventurant rarement même dans les ruisseaux de marée.

Cette espèce se reproduit de mars à mai en colonies dans des zones moins accessibles comme les bancs de sable des rivières. Elle niche dans une éraflure du sol, souvent sur de la roche nue ou du sable, et dépose trois œufs gris verdâtre à chamois, qui sont tachetés et striés de brun.

C’est une sterne de taille moyenne, de 38 à 43 cm de long avec les parties supérieures gris foncé, les parties inférieures blanches, une queue fourchue avec de longues banderoles flexibles et de longues ailes pointues. Le bec est jaune et les pattes rouges. Elle a une calotte noire en plumage nuptial. En hiver, la calotte est blanc grisâtre, mouchetée et striée de noir, elle a un masque sombre à travers l’œil et le bout du bec devient sombre.

Les sexes sont similaires mais les jeunes ont la tête brune, les parties supérieures grises marquées de brun, les côtés de la poitrine gris et les parties inférieures blanches. Le bec est jaunâtre avec une pointe sombre.

Comme les autres sternes sterna, la sterne de rivière se nourrit en plongeant pour chercher des poissons, des crustacés, des têtards et des insectes aquatiques dans les rivières, les lacs et les réservoirs. Son nombre diminue en raison de la pollution de son habitat.

La Sterne Pierregarin (Sterna hirundo) est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae. On l’appelle parfois l’hirondelle de mer, Estorlet ou Goélette.

Elle a une répartition circumpolaire et se reproduit dans les régions tempérées et subarctiques d’Europe, d’Asie et de l’est et du centre de l’Amérique du Nord. Elle est fortement migratrice, hivernant dans les régions côtières tropicales et subtropicales.

Cette sterne de taille moyenne mesure 34-37 cm de long avec une envergure de 70-80 cm. Elle est plus facilement confondue dans son aire de répartition avec la Sterne Arctique (Sterna paradisaea), la Sterne de Dougall (S. dougalli), la Sterne Antarctique (S. vittata) et la Sterne Sud-américaine (S. hirundinacea) similaires.

Son bec fin et pointu est rouge avec une pointe sombre. Ses longues pattes sont également rouges. Ses ailes supérieures présentent un coin primaire sombre, contrairement à la Sterne Arctique, où elles sont uniformément grises. Sa longue queue ne s’étend que jusqu’au bout des ailes de l’oiseau debout, contrairement aux Sternes Arctiques et de Dougall, qui s’étendent au-delà du bout des ailes. Elle n’est pas aussi pâle que la Sterne de Dougall et a des ailes plus longues.

En hiver, le front et les parties inférieures sont blancs. Les jeunes présentent une coloration rousse étendue et n’ont pas l’apparence « écailleuse » des Sternes de Dougall jeunes.

Le cri est un sifflement clair, comme celui de la Sterne Arctique, mais plus grave et moins strident.

Elle atteint parfois l’âge de 23 ans ou plus.

Cette espèce se reproduit en colonies sur les côtes et les îles et souvent à l’intérieur des terres sur des lacs d’eau douce appropriés. Cette dernière pratique est facilitée par la mise à disposition de « radeaux de sternes » flottants pour offrir une zone de reproduction sûre.

Elle pond de deux à quatre œufs. Comme beaucoup de sternes blanches, elle est très défensive de son nid et de ses petits et attaquera les humains et d’autres grands prédateurs, mais contrairement à la sterne arctique plus agressive, elle frappe rarement l’intrus, s’écartant généralement au dernier moment.

L’offrande de poisson par le mâle à la femelle fait partie de la parade nuptiale.

Comme toutes les sternes sterna, elle se nourrit en plongeant à la recherche de poissons, que ce soit en mer ou dans des lacs d’eau douce et de grandes rivières. Elle plonge généralement directement, et non en « vol stationnaire à gradins » privilégié par la Sterne Arctique.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Sterne à Joues Blanches (Sterna repressa) se trouve à Bahreïn, Djibouti, Égypte, Érythrée, Inde, Iran, Irak, Israël, Jordanie, Kenya, Koweït, Maldives, Oman, Pakistan, Qatar, Arabie saoudite, Seychelles, Somalie, Sud Afrique, Soudan, Tanzanie, Émirats arabes unis et Yémen.

Elle est semblable à la sterne pierregarin mais avec des ailes plus grises, une queue et des parties inférieures plus foncées, et un bec légèrement plus long et plus mince, mais il peut néanmoins y avoir confusion avec les «races sombres» de la Sterne Pierregarin.

La Sterne de Saunders (Sternula saundersi) est originaire de Bahreïn, d’Iran, d’Israël, du Kenya, de Madagascar, du Pakistan, d’Oman, d’Arabie saoudite, de Tanzanie, des Émirats arabes unis et du Yémen.

Malgré une large distribution, peu d’informations sont disponibles sur la biologie de reproduction de cette espèce. Cette étude a été réalisée sur les îles Farasan, en Arabie saoudite, pour documenter certains aspects de la biologie de reproduction de cette espèce à l’aide d’une petite caméra de surveillance. De tels systèmes de caméras peuvent révéler la routine d’incubation de cette espèce dans un environnement aussi hostile. La température du sol à midi en mars peut atteindre jusqu’à 50 °C, tandis que la température du sol à minuit peut n’atteindre que 20 °C, laissant ainsi les œufs sans surveillance même pendant quelques minutes, en particulier pendant les parties les plus chaudes et les plus froides de la journée, peut faire échouer l’incubation. Cette énorme variation des températures au sol entre le jour et la nuit a donné une excellente occasion de tester le mécanisme comportemental utilisé par les parents pour maintenir la température optimale des œufs afin de protéger leurs œufs. Il a pu être constaté que la fréquentation des nids augmente lorsque les températures s’écartent de la température optimale des œufs, et les nids sont incubés pendant plus de 90% du temps pendant les périodes les plus chaudes et les plus froides de la journée pour empêcher les œufs de subir des températures extrêmes.

La Sterne Naine (Sternula albifrons) est un oiseau marin de la famille des Sternidae. Elle était autrefois placée dans le genre Sterna, qui est maintenant limité aux grandes sternes blanches.

Elle se reproduit sur les côtes et les voies navigables intérieures d’Europe tempérée et tropicale et d’Asie. Elle est fortement migratrice, hivernant dans les océans subtropicaux et tropicaux aussi loin au sud que l’Afrique du Sud et l’Australie.

Il existe trois sous-espèces, les albifrons nominaux présents en Europe jusqu’en Afrique du Nord et en Asie occidentale ; guineae d’Afrique occidentale et centrale; et sinensis de l’Asie de l’Est et des côtes nord et est de l’Australie.

C’est une petite sterne de 21-25 cm de long avec une envergure de 41-47 cm.

Il est peu probable qu’elle soit confondue avec d’autres espèces, à l’exception de la Sterne Néréis et la Sterne de Saunders, en raison de sa taille et de son front blanc en plumage nuptial.

Son bec fin et pointu est jaune avec une pointe noire et ses pattes sont également jaunes. En hiver, le front est plus largement blanc, le bec est noir et les pattes plus ternes.

L’appel est un croassement fort et distinctif.

La Sterne naine se reproduit en colonies sur les côtes et les îles de gravier ou de galets. Il pond deux à quatre œufs au sol.

Comme toutes les sternes blanches, elle défend son nid et de ses petits et attaquera les intrus.

Comme la plupart des autres sternes blanches, la Sterne naine se nourrit en plongeant à la recherche de poissons, généralement dans des environnements salins.

L’offrande de poisson par le mâle à la femelle fait partie de la parade nuptiale.

La Sterne Arctique (Sterna paradisaea) est un oiseau marin de la famille des Sternidae. Cet oiseau a une répartition circumpolaire, se reproduisant de manière coloniale dans les régions arctiques et subarctiques d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord (aussi loin au sud que la Bretagne et le Massachusetts). L’espèce est fortement migratrice, voyant deux étés chaque année alors qu’elle migre de ses aires de reproduction du nord vers les océans autour de l’Antarctique et retour chaque année. Il s’agit de la plus longue migration régulière de tous les animaux connus.

C’est une sterne de taille moyenne, d’une longueur de 33 à 39 centimètres et d’une envergure de 76 à 85 cm. Le plumage est principalement gris et blanc, le bec est rouge (aussi long que la tête, droit, avec des gonys prononcés) et des pieds, un front blanc, une nuque (arrière du cou) et une calotte (striée de blanc) et des joues blanches. Le manteau gris (dos) mesure 305 mm et les scapulaires (plumes des épaules) sont frangées de brun, certaines à bout blanc. Le dessus de l’aile est gris avec un bord d’attaque blanc, et le col est complètement blanc, tout comme le croupion. La queue profondément fourchue est blanchâtre, avec des toiles externes grises. La couronne postérieure aux couvertures auriculaires est de retour.

Elle défend agressivement son nid et ses jeunes. Les parents les nourrissent de poissons pendant un temps considérable et les aident à voler vers le sud jusqu’en hiver.

Elle a une longue durée de vie ; beaucoup atteignent l’âge de vingt ans. Elle se nourrit principalement de poissons et de petits invertébrés marins. L’espèce est abondante, avec environ un million d’individus. Bien que la tendance du nombre d’individus dans l’ensemble de l’espèce ne soit pas connue, l’exploitation dans le passé a réduit le nombre de cet oiseau dans les parties méridionales de son aire de répartition.

La Sterne à Ventre Noir (Sterna acuticauda) se trouve le long des principaux systèmes fluviaux de l’Inde, se reproduisant généralement sur des flèches de sable ou une île sablonneuse. L’espèce vit entièrement à l’intérieur des terres et ne se rencontre pas sur les côtes.

Elle atteint une longueur de 32 à 35 cm. Les adultes reproducteurs ont un bec orange, une calotte et une nuque noires, une poitrine gris foncé et un ventre noirâtres. Les oiseaux non reproducteurs ont un ventre blanchâtre et n’ont pas de banderoles caudales et ont un bec orange avec une pointe sombre. Son habitat typique se compose de rivières et de marais de plaine, parfois de petits bassins et fossés, à des altitudes allant jusqu’à 730 m.

Malgré ses longues ailes, son vol est lent et implique beaucoup de battements. Elle effleure la surface de l’eau et du sol pour ramasser des insectes et plonge en biais dans l’eau pour se nourrir de crustacés, de têtards et de poissons. La reproduction a lieu de février à avril. Elle ne niche pas en colonie mais peut nicher avec d’autres oiseaux tels que les sternes de rivière (Sterna aurantia), les glaréoles (Glareola spp.) et les Bec-en-ciseaux à collier (Rynchops albicollis). Il émet un cri clair “peuo”.

Les principales menaces de cette espèces sont :

– Destruction de l’habitat de reproduction, car les îles et les flèches de sable des grands fleuves sont de plus en plus cultivées.

– Augmentation des perturbations et de la pollution provenant de l’industrie et de l’agriculture.

– Prédation par les chiens, chats et corvidés et collecte d’œufs pour l’alimentation.

– Surexploitation des produits des zones humides, comme l’extraction d’eau, l’extraction de sable et de gravier pour le développement et la pêche.

– Inondation des nids, souvent causée par les barrages.

La Sterne Bridée (Onychoprion anaethetus, anciennement Sterna anaethetus) est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae. C’est un oiseau des océans tropicaux.

La sous-espèce atlantique melanopters se reproduit au Mexique, dans les Caraïbes et en Afrique de l’Ouest; d’autres races se produisent autour de l’Arabie et en Asie du Sud-Est et en Australasie, mais le nombre exact de sous-espèces valides est contesté.

Cet oiseau est migrateur et dispersif, hivernant plus largement dans les océans tropicaux. Elle a des habitudes nettement marines par rapport à la plupart des sternes. Cette espèce est rare en Europe occidentale.

Elle se reproduit en colonies sur des îles rocheuses et niche dans une éraflure ou un trou au sol et pond un œuf.

Elle se nourrit en plongeant à la recherche de poissons en milieu marin, mais elle pêchera aussi en surface comme la Guifette Noire et la Sterne Hansel. Elle plonge généralement directement, et non à partir du « vol stationnaire » favorisé par la Sterne Arctique.

L’offrande de poisson par le mâle à la femelle fait partie de la parade nuptiale.

C’est une sterne de taille moyenne, mesurant 30 à 32 cm de long et avec une envergure de 77 à 81 cm semblable à celle de la Sterne Pierregarin, mais plus lourdement bâtie.

Les ailes et la queue profondément fourchue sont longues, et elle a les parties supérieures gris foncé et les parties inférieures blanches. Le front et les sourcils sont blancs, tout comme un collier frappant sur l’arrière du cou. Elle a les pattes et le bec noirs. Le jeune est d’un gris écailleux sur le dessus et pâle sur le dessous.

Il est peu probable que cette espèce soit confondue avec une autre sterne, à l’exception de la Sterne Fuligineuse à dos noir similaire et de la Sterne à dos gris du Pacifique tropical. Elle a le dos plus pâle que celui à dos fuligineux (mais pas aussi pâle que le dos gris) et a un front blanc plus étroit et un col pâle.

La Sterne Fuligineuse, Onychoprion fuscatus (anciennement Sterna fuscata, est un oiseau de mer de la famille des sternes (Sternidae). C’est un oiseau des océans tropicaux, se reproduisant sur les îles de toute la zone équatoriale. Elle est également appelées hirondelle de mer.

Il s’agit d’une grande sterne, de taille similaire à la sterne caugek, mesurant 33-36 cm de long avec une envergure de 82-94 cm. Les ailes et la queue profondément fourchue sont longues, et elle a les parties supérieures gris foncé et les parties inférieures blanches. Elle a les pattes et le bec noirs. Les jeunes sont d’un gris écailleux au-dessus et au-dessous. Il est peu probable que la sterne fuligineuse soit confondue avec une autre sterne, à l’exception de la sterne Bridée légèrement plus petite. Elle a le dos plus foncé que cette espèce et a un front blanc plus large et aucun collier de cou pâle.

L’appel est un fort et perçant ker-wack-a-wack ou kvaark.

Cet oiseau est migrateur et dispersif, hivernant plus largement dans les océans tropicaux. Il a des habitudes très marines par rapport à la plupart des sternes. Cette espèce est rare en Europe occidentale, bien qu’un oiseau ait été présent dans la baie de Cemlyn, au Pays de Galles pendant 11 jours en juillet 2005. Elle ne se trouve pas non plus normalement sur les côtes du Pacifique des Amériques en raison de ses habitudes pélagiques.

Elle se reproduit en colonies sur des îles rocheuses ou coralliennes. Elle niche dans un trou ou une éraflure du sol et pond un à trois œufs. Elle se nourrit en pêchant des poissons à la surface dans des environnements marins, souvent en grands groupes, et vient rarement à terre sauf pour se reproduire, et peut rester en mer (planer ou flotter sur l’eau) pendant 3 à 10 ans.

Sur l’île de Pâques, cette espèce et la Sterne à dos gris sont collectivement connues sous le nom de manutara. Le manutara jouait un rôle important dans le rituel du tangata manu (« homme-oiseau ») : celui qui était hopu (champion) pouvait récupérer le premier œuf de manutara de l’îlot Motu Nui deviendrait le tangata manu de cette année-là ; son clan bénéficierait d’un accès privilégié aux ressources, en particulier aux œufs d’oiseaux marins.

GUIFETTES

La Guifette Moustac (Chlidonias hybridus) est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae. Cet oiseau a un certain nombre de races géographiques, différant principalement par la taille et les détails mineurs du plumage. Le nom scientifique vient du fait que cette sterne des marais, la plus grande, présente des similitudes d’apparence à la fois avec les sternes blanches et avec la Guifette Noire.

Elle se reproduit dans les régions plus chaudes d’Europe et d’Asie. Les formes tropicales sont résidentes, mais les oiseaux européens et asiatiques hivernent au sud jusqu’en Afrique et en Asie du Sud.

Cette espèce se reproduit en colonies dans les marais intérieurs, parfois parmi les mouettes rieuses, qui offrent une certaine protection.

C’est la plus grande des guiffettes (25 cm). La taille, la calotte noire, le bec fort (29-34 mm chez les mâles, 25-27 mm et plus trapu chez les femelles, avec un gonys prononcé) et un vol qui rappelle celui de la Sterne Pierregarin ou Arctique, mais la queue courte, fourchue et foncée le plumage nuptial gris au-dessus et au-dessous sont typiquement des caractéristiques de la sterne des marais.

L’adulte d’été a les joues blanches et les pattes et le bec rouges. La calotte est mouchetée de blanc chez le jeune, et la calotte postérieure est plus uniformément noirâtre, bien que chez l’adulte en hiver elle soit également mouchetée de blanc. Les couvertures auriculaires noires sont jointes au noir de la couronne postérieure, et l’espace au-dessus est tacheté de blanc, faisant apparaître le noir comme une bande en forme de C. Les côtés du cou sont blancs; cela continue parfois à travers la nuque. Le col est moins nettement défini. Tout au long de l’année, le croupion est gris pâle.

Chez le jeune, le manteau (279 mm) présente un motif panaché. Les plumes du dos et des scapulaires (plumes des épaules) sont brun foncé, avec de larges bordures chamois et souvent des barres ou des centres chamois subterminal. Il y a généralement un mélange de nouvelles plumes grises, en particulier sur le manteau, assez tôt à l’automne. Le manteau est gris argenté chez l’adulte.

En hiver, le front devient blanc et le plumage du corps d’un gris beaucoup plus pâle. Les jeunes ont un dos écailleux de gingembre et ressemblent par ailleurs beaucoup aux adultes hivernaux. Le premier plumage d’hiver est intermédiaire entre l’hiver juvénile et l’hiver adulte, avec du gingembre inégal sur le dos.

L’appel est un krekk caractéristique.

Elle se nourrit de petits poissons, d’amphibiens, d’insectes et de crustacés.

La Guifette Leucoptère (Chlidonias leucopterus) est une petite sterne avec une vaste aire de répartition qui s’étend sur de grandes parties de l’Europe jusqu’à l’Asie et l’Australie.

On la trouve généralement dans ou à proximité de plans d’eau douce.

Il existe des différences considérables entre leurs plumages d’hiver et d’été, étant principalement de corps noir avec des ailes supérieures pâles pendant la saison estivale et principalement de corps blanc avec des ailes plus foncées pendant l’hiver.

Sa vaste aire de reproduction s’étend de l’Europe centrale et orientale (y compris le nord-ouest de l’Italie) à la Sibérie, le Transbaïkal et le nord de la Mongolie jusqu’au pays de l’Amour dans l’Extrême-Orient russe. Elle se reproduit également en Nouvelle-Zélande.

Les populations d’Europe du Nord migrent en grands groupes vers le sud vers l’Afrique pour l’hiver et celles plus à l’est migrent pour hiverner en Chine, au Myanmar, à travers la péninsule malaise, Singapour, le détroit de Malacca, Bornéo, Java, Sulawesi, les Philippines, la Nouvelle-Guinée, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Zélande (où l’on trouve également des oiseaux nicheurs).

Ce sont des oiseaux rares en Amérique du Nord, où elle se trouve principalement le long de la côte atlantique, mais quelques enregistrements existent sur la côte du Pacifique et à l’intérieur des terres dans la région des Grands Lacs.

Elle se trouve dans les marais et les lacs frais du niveau de la mer jusqu’à environ 2 000 m. Pendant la migration, on la trouve dans les eaux côtières. Pendant l’hiver, elle habite les côtes rocheuses, les rivières, les rizières, les lagunes et les terres agricoles sèches.

Elle mesure entre 20 à 27 cm et pèse environ 63 grammes.

Le bec noir court et trapu mesure environ 22 à 25 mm de long. Les pattes sont rougeâtres.

Plumage nuptial : Corps principalement noir, ailes blanches, queue et croupion presque blancs.

Plumage d’hiver : Principalement des parties supérieures blanc grisâtre, avec une strie noire et blanche coiffée, des ailes extérieures sombres et des parties inférieures blanches.

Vol : Leurs battements d’ailes sont superficiels et tranquilles.

Les jeunes ressemblent en apparence aux adultes non reproducteurs, mais peuvent être identifiés par leur calotte entièrement noire.

Les oiseaux en plumage d’hiver ressemblent à la Guifette moustac plus grande et plus longue; mais elle peut être identifiée par le croupion blanc qui contraste avec le reste du corps.

Les oiseaux nicheurs ressemblent à la sterne noire, mais elle a principalement des ailes supérieures blanches et des doublures d’ailes noires. En hiver, elle est plus pâle que la Guifette Noire et n’a pas de taches sombres sur les épaules.

Elle s’hybride avec la Guifette Noire en Suède, aux Pays-Bas et peut-être en Angleterre (Chew Valley Lake). Ces oiseaux présentent des caractères mixtes des deux espèces, en particulier une combinaison du dos sombre du Noir à ailes blanches et des taches sombres sur la poitrine de la Guifette noire.

Elle se nourrit principalement d’insectes et de petits poissons, ainsi que de grenouilles et d’autres créatures aquatiques. Elle vole généralement lentement au-dessus de l’eau pour ramasser des proies à la surface de l’eau ou en vol, ou ils les font prendre dans la végétation. Elle ne plonge pas pour se nourrir.

Elle se reproduit généralement entre avril et août en petites colonies avec environ 20 à 40 autres couples. La nidification a généralement lieu dans les marais d’eau douce.

Le nid de coupe peu profond est construit à partir de petites tiges de roseau et d’autres matières végétales, et généralement placé sur une végétation flottante dans un marais ou sur le sol très près de l’eau.

La couvée moyenne se compose de 2 à 4 œufs lisses et légèrement brillants qui sont incubés pendant 18 à 22 jours jusqu’à l’éclosion.

La Guifette Noire, Chlidonias niger, est une petite sterne que l’on trouve généralement dans les eaux intérieures ou à proximité de celles-ci en Europe et en Amérique du Nord. Comme son nom l’indique, son plumage est majoritairement foncé.

L’adulte mesure 25 cm de long, avec une envergure de 61 cm et pèse 62 g.

Elle a de courtes pattes sombres et un bec court et noir d’apparence faible, mesurant 27-28 mm, presque aussi long que la tête. Le bec est long, mince et semble légèrement courbé. Elle a un dos gris foncé, un front blanc, une tête, un cou noirs (parfois imprégnés de gris chez l’adulte) et un ventre, une calotte noire ou brun noirâtre (qui s’unit en couleur avec les couvertures auriculaires, formant un capuchon presque complet) , et une queue “carrée” gris brunâtre clair. Le visage est blanc. Il y a une grande tache triangulaire foncée devant l’œil et un collier blanc assez large chez les jeunes. Il y a des taches brun grisâtre sur les côtés de la poitrine blanche, une extension vers le bas du plumage des parties supérieures. Ces marques varient en taille et ne sont pas visibles. En plumage non nuptial, la plupart du noir, à l’exception du chapeau, est remplacé par du gris. Le plumage des parties supérieures est terne, avec des liserés de plumes pâles. Le croupion est gris brunâtre.

L’espèce nord-américaine, C. n. surinamensis, se distingue de la forme européenne dans tous les plumages, et est considérée par certains comme une espèce distincte.

En vol, la carrure semble mince. Les battements d’ailes sont pleins et dynamiques, et le vol est souvent erratique car elle plonge à la surface pour se nourrir ; semblable à d’autres espèces de sternes.

L’hybridation entre cette espèce et la Guifette Leucoptère a été signalée en Suède et aux Pays-Bas. Deux jeunes à Chew Valley Lake, en Angleterre, en septembre 1978 et septembre 1981, étaient également considérés comme des hybrides; ils présentaient des caractères mixtes des deux espèces, en particulier une combinaison d’un manteau sombre (une caractéristique du noir à ailes blanches) avec des taches sombres sur la poitrine (une caractéristique de la sterne noire, non représentée par le noir à ailes blanches).

Son habitat de reproduction est constitué de marais d’eau douce dans la majeure partie du Canada, le nord des États-Unis et une grande partie de l’Europe et de l’Asie occidentale. Elle niche généralement soit sur du matériel flottant dans un marais, soit sur le sol très près de l’eau, pondant 2 à 4 œufs.

Les oiseaux d’Amérique du Nord migrent vers les côtes du nord de l’Amérique du Sud, certaines vers l’océan. Les oiseaux du Vieux Monde hivernent en Afrique.

Contrairement aux sternes « blanches » Sterna, elle ne plonge pas pour le poisson, mais se nourrit sur l’aile en ramassant des objets à la surface de l’eau ou près de celle-ci ou en attrapant des insectes en vol. Elle se nourrit principalement d’insectes et de poissons ainsi que d’amphibiens.

La population nord-américaine a diminué ces derniers temps en raison de la perte d’habitat.

Le parc national de la Pointe-Pelée au Canada abrite une solide population de Guifette Noire.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Hrušovská zdrž

GYGIS

La Gygis Blanche (Gygis alba) est un petit oiseau marin que l’on trouve dans les océans tropicaux du monde. Elle est entièrement blanche avec un long bec noir, apparentée aux Noddis. Son aire de répartition s’étend largement à travers les océans Pacifique et Indien, et niche également dans certaines îles de l’Atlantique. Elle niche sur des îles coralliennes, généralement sur des arbres aux branches fines mais aussi sur des corniches rocheuses et sur des structures artificielles. Elle se nourrit de petits poissons qu’elle capture en plongeant.

Cette petite sterne est réputée pour pondre son œuf sur de fines branches nues dans une petite fourche ou une dépression sans nid. Ce comportement est inhabituel pour les sternes, qui nichent généralement au sol, et même le Noddy noir qui niche dans les arbres construit un nid. On pense que la raison de l’absence de nids est la réduction des parasites des nids, qui chez certains oiseaux marins coloniaux peuvent entraîner l’abandon d’une colonie entière. Malgré ces avantages, des coûts sont associés à la nidification dans les arbres, car les œufs et les poussins sont susceptibles d’être délogés par les vents violents. Pour cette raison, la elle est également rapide à repondre si elle perd l’œuf.

Les poussins nouvellement éclos ont des pattes bien développées pour s’accrocher à leur site de nidification précaire. C’est un oiseau à longue durée de vie, ayant été enregistré vivant pendant 17 ans.

NODDIS

Le Noddi Brun (Anous stolidus) est un oiseau marin tropical avec une répartition mondiale.

Il se trouve d’Hawaï à l’archipel des Tuamotu et de l’Australie dans l’océan Pacifique, de la mer Rouge aux Seychelles et à l’Australie dans l’océan Indien et dans les Caraïbes jusqu’à Tristan da Cunha dans l’océan Atlantique.

C’est le plus grand des Noddis avec un plumage principalement brun et des marques blanchâtres sur le front.

On peut le distinguer du Noddi Noir étroitement apparenté par sa plus grande taille et son plumage, qui est brun foncé plutôt que noir.

Il niche en colonies généralement dans des situations élevées sur des falaises ou dans des arbres ou des arbustes courts. Il ne niche qu’occasionnellement au sol. La couvée moyenne se compose d’un seul œuf et une seule couvée est produite chaque saison.

Le Noddi Noir (Anous minutus) ou Noddi à Cape Blanche est un oiseau marin de la famille des sternes qui est parfois considéré comme conspécifique (une seule et même espèce) avec le Noddy Brun.

Il ressemble au Noddy brun (A. stolidus) étroitement apparenté, sauf qu’il est de plus petite taille et a un plumage plus foncé, une calotte plus blanche, un bec plus long et plus droit et une queue plus courte.

Il a une répartition mondiale dans les mers tropicales et subtropicales. Les colonies sont répandues dans l’océan Pacifique et plus dispersées dans les Caraïbes, l’Atlantique central et dans le nord-est de l’océan Indien.

En mer, on le voit généralement près de ses colonies de reproduction à moins de 80 km du rivage. Les oiseaux retournent dans les colonies ou sur d’autres îles pour se percher la nuit.

Leur nid est une plate-forme plate, souvent créée dans les branches d’arbres par une série de feuilles séchées recouvertes de fientes d’oiseaux. Les nids sont réutilisés les années suivantes. Ils ne pondent qu’un œuf par saison.

Le Noddi Marianne (Anous tenuirostris) ou Noddi à bec grêle est une sterne trouvée aux Comores – une nation insulaire de l’océan Indien, située au large de la côte orientale de l’Afrique, au Kenya (Afrique de l’Est), au Libéria (côte ouest de l’Afrique), à Maurice (nation insulaire au large côte du continent africain dans le sud-ouest de l’océan Indien), les Seychelles (océan Indien), l’Afrique du Sud et les Émirats arabes unis.

BEC-EN-CISEAUX

Le Bec-en-Ciseaux à Collier (Rynchops albicollis) est une espèce d’oiseau, l’un des trois membres de la famille des Bec-en-Ciseaux. On le trouve dans le sud de l’Asie où il est réparti de manière inégale et en déclin en nombre.

Il mesure 40-43 cm de long avec une envergure de 108 cm. Il est noir dessus et blanc dessous avec un col et un front blancs. Les ailes sont longues et pointues avec un bord blanc. La queue courte et fourchue est blanche avec des plumes centrales noirâtres. Le bec long et épais est orange avec une pointe jaune et, comme les autres Bec-en-Ciseaux, a la mandibule inférieure qui est plus longue que la mandibule supérieure. Les pattes et les pieds sont rouges.

Les adultes non reproducteurs sont plus ternes et plus bruns que les oiseaux nicheurs. Les jeunes sont gris-brun dessus avec des franges pâles sur les plumes du dos et des ailes. La tête est plus blanche que chez les oiseaux adultes et le bec est brun orangé avec une pointe sombre.

Il a un cri aigu et nasillard mais il est plutôt silencieux.

On le trouve sur les grands fleuves et lacs, les marécages et les zones humides côtières comme les estuaires. Il est plus fréquent en eau douce, en particulier pendant la saison de reproduction. Les colonies de reproduction se trouvent sur des îles ou des flèches sablonneuses, généralement dans des rivières.

Son aire de répartition est devenue de plus en plus fragmentée au cours des dernières décennies. On le trouve encore dans certaines parties du Pakistan, du nord et du centre de l’Inde, du Bangladesh et de la Birmanie et était autrefois présent au Laos, au Cambodge et au Vietnam. C’est un visiteur non reproducteur rare au Népal.

Il cherche de la nourriture en volant bas au-dessus de l’eau avec le bec ouvert et la mandibule inférieure glissant dans l’eau. Il se nourrit principalement de poissons mais aussi de petits crustacés et de larves d’insectes. Il se nourrit souvent au crépuscule et toute la nuit.

Il se reproduit en colonies comptant jusqu’à 40 couples, souvent avec des sternes et d’autres oiseaux. Le nid est une simple éraflure au sol. Les œufs sont généralement pondus entre mars et mai. Ils sont chamois ou blancs avec des taches et des stries brunes. Il y a trois à cinq œufs dans une couvée.

L’espèce a une population décroissante de 6 000 à 10 000 individus et est classée vulnérable par l’UICN. Il est menacé par la perte et la dégradation de son habitat, la pollution et les perturbations causées par les humains. La plupart des colonies ne sont pas protégées, mais certaines se trouvent dans des réserves naturelles telles que le Sanctuaire de Chambal en Inde.

LABBES

Le Labbe Antarctique (Stercorarius antarctica) est un oiseau de mer qui se reproduit dans les zones subantarctiques et antarctiques et se déplace plus au nord lorsqu’il ne se reproduit pas.

Il s’hybride avec les Labbes de McCormick et du Chili.

Il se nourrit de poissons (souvent par cleptoparasitisme – en volant des proies à un autre), de petits mammifères, de restes, de poussins, d’œufs et de charognes.

Le Labbe de McCormick (Stercorarius maccormicki) ou Labbe Antarctique est une espèce d’oiseau de mer appartenant à la famille des stercorariidés. Elle commémore le chirurgien naval, l’explorateur et naturaliste britannique Robert McCormick. C’est un grand oiseau de 53 cm de long.

Cette espèce et les autres grands labbes de l’hémisphère sud, ainsi que le grand labbe, sont parfois placés dans un genre distinct Catharacta.

Il se reproduit sur les côtes de l’Antarctique, pondant généralement deux œufs en novembre et décembre. Comme les autres labbes, il n’hésitera pas à fondre sur la tête d’un humain ou d’un autre intrus s’approchant de son nid. C’est un migrateur qui hiverne en mer dans les océans Pacifique Indien et Atlantique. Dans l’est de l’Atlantique Nord, il est remplacé par le Grand Labbe.

Il se nourrit principalement de poisson, qu’il obtient souvent en volant les goélands, les sternes et même les fous de Bassan de leurs prises. Il attaquera et tuera également directement d’autres oiseaux marins.

Comme la plupart des autres espèces de labbes, il continue ce comportement de pirate tout au long de l’année, montrant moins d’agilité et plus de force brute que les plus petits labbes lorsqu’il harcèle ses victimes.

Il est relativement simple de distinguer ce labbe des labbes arctiques, pomarins et à longue queue de l’hémisphère nord. La grande taille, la poitrine massive et les ailes blanches de cet oiseau se distinguent même à distance. Le vol est direct et puissant.

L’identification de ce labbe est plus compliquée lorsqu’il est nécessaire de le distinguer des grands labbes étroitement apparentés de l’Atlantique Nord et des autres grands labbes de l’hémisphère sud.

Les adultes ont le dessus brun grisâtre et ont une tête et des parties inférieures blanchâtres (forme pâle) ou brun paille (forme intermédiaire).

Les jeunes et les adultes aux formes sombres sont plus difficiles à distinguer de leurs parents, et des critères plus subjectifs ou difficiles à observer, tels que le plumage brun plus froid et la base du bec bleu, doivent être utilisés.

Les problèmes d’identification rendent problématiques les allégations de labbes de l’hémisphère sud dans l’est de l’Atlantique Nord, et peu de mentions de labbes polaires du sud ont été acceptées en Europe occidentale. Des problèmes similaires se produisent, bien sûr, avec les revendications extra-limites du Grand Labbe.

Le Labbe Parasite (Stercorarius parasiticus) est un oiseau marin de la famille des labbes Stercorariidae.

Cette espèce se reproduit dans le nord de l’Eurasie et de l’Amérique du Nord, avec des populations importantes aussi loin au sud que le nord de l’Écosse. Il niche dans la toundra sèche, les collines plus élevées et les îles, pondant jusqu’à quatre œufs brun olive. Il est généralement silencieux, à l’exception des notes de nouvelles et de lamentations lorsqu’il est sur les aires de reproduction. Comme les autres labbes, il volera à la tête d’un humain ou d’un renard s’approchant de son nid. Bien qu’il ne puisse pas infliger de dommages sérieux, c’est généralement suffisant pour repousser l’ennemi.

C’est un migrateur, hivernant en mer dans les tropiques et les océans austral.

Dans les îles britanniques, il se reproduit dans les Shetland et les Orcades, dans les Hébrides extérieures, à Sutherland, à Caithness et dans certaines îles d’Argyll.

L’identification de ce labbe est compliquée par ses similitudes avec le Labbe à Longue Queue et le Labbe Pomarin, et l’existence de trois phases de couleur.

C’est l’un des plus petits labbes d’environ 41 cm de long, à l’exclusion des plumes centrales pointues de la queue de l’adulte d’été, qui peuvent ajouter environ 7 cm supplémentaires.

Les adultes en phase claire ont un dos brun, des parties inférieures principalement blanches et des rémiges primaires sombres avec une tache blanche. La tête et le cou sont blanc jaunâtre avec une calotte noire et il y a une projection centrale pointue de la queue.

Les adultes en phase sombre sont brun foncé et les oiseaux en phase intermédiaire sont sombres avec le dessous, la tête et le cou un peu plus pâles. Toutes les phases ont le flash d’aile blanche.

Les jeunes sont encore plus problématiques et sont difficiles à séparer des Labbes à Longue Queue au-dessus de la mer. Ils sont plus volumineux, ont des ailes plus courtes et ressemblent moins à des sternes que cette espèce, mais présentent le même large éventail de variations de plumage. Le vol ressemble plus à celui d’un faucon. Cependant, ils ont généralement des tons plus chauds que ceux à longue queue, avec des nuances plus brunes que grises.

Cet oiseau se nourrit de rongeurs, de petits oiseaux et d’insectes mais vole aussi les proies des goélands et des sternes. Comme les plus grandes espèces de labbes, il continue ce comportement de pirate tout au long de l’année, faisant preuve d’une grande agilité alors qu’il harcèle ses victimes.

Le Labbe Pomarin (Stercorarius pomarinus) se reproduit dans l’extrême nord de l’Eurasie et de l’Amérique du Nord; et migrent pour hiverner en mer dans les océans tropicaux.

Il a une tache blanche sur l’aile. Les deux plumes centrales des adultes reproducteurs sont allongées, en forme de cuillère et tordues par rapport à l’horizontale.

Il se présente sous trois formes de couleur (mutations génétiques):

– Les adultes de forme claire ont un dos brun, un dessous principalement blanc et des plumes primaires sombres, à l’exception d’une tache blanche. La tête et le cou sont blanc jaunâtre à l’exception de la calotte noire.

– Les adultes de forme sombre ont un plumage brun foncé.

– Les adultes de forme intermédiaire ont un plumage supérieur foncé et un plumage inférieur, la tête et le cou plus pâles.

Les jeunes ressemblent à des adultes. Ils ressemblent au labbe arctique.

Il ressemble aux labbes arctiques, mais sont plus gros, ont des ailes plus larges et ressemblent moins à des faucons. Il est plus gros que le Goéland Cendré.

Il niche dans la toundra et les îles de l’Arctique. La couvée moyenne se compose de 2 à 3 œufs brun olive qui sont placés dans une dépression tapissée d’herbe sur le sol.

Il est très protecteur de son site de nidification et initiera des attaques aériennes agressives contre les têtes des humains ou d’autres intrus qui s’approchent du nid.

Il se nourrit principalement de lemmings (petits rongeurs), d’autres rongeurs, d’abats, de restes et de petits oiseaux. Il tuera des oiseaux jusqu’à la taille du Goéland Cendré. Il volera également les goélands, les sternes et même les plus gros fous de Bassan de leurs proies.