GANGAS

Les gangas sont des oiseaux terrestres, ressemblant superficiellement aux perdrix et les tétras (Galliformes); comme eux, ils présentent des tarses emplumés. Cependant, de récentes recherches sur l’ADN ont écarté cette possibilité, et ils ont désormais un ordre qui leur soit propre, celui des Ptérocliformes, situé immédiatement entre les Charadriiformes et les Columbiformes.

Les gangas ont un corps compact, mais une tête et un cou petits. Les différentes espèces ont une longueur de 24 à 40 cm et un poids de 150 à 500 g. Les mâles et les femelles se ressemblent, sauf que les mâles sont légèrement plus gros.

Il existe 16 espèces de gangas dans le monde. Ils sont répartis dans le nord, le sud et l’est de l’Afrique ainsi qu’à Madagascar; le Moyen-Orient, l’Inde jusqu’en Asie centrale ; et la péninsule ibérique ; où ils sont limités aux zones ouvertes sans arbres, telles que les plaines et les semi-déserts. Sur les 16 espèces, 7 espèces ont été signalées en Inde et 3 espèces se reproduisent dans les limites territoriales du pays.

Ils ont de longues ailes pointues et des pattes courtes qui sont emplumées jusqu’aux orteils, et les membres du genre Syrrhaptes ont également des orteils emplumés.

Les gangas se nourrissent principalement de graines et sont souvent observés dans de grands groupes d’alimentation comptant jusqu’à 100 oiseaux.

Les gangas sont monogames. Ils font leur nid sur une légère dépression dans le sol. La couvée moyenne se compose de 2 œufs, parfois jusqu’à 4. Le mâle et la femelle se partagent les tâches d’incubation; le mâle couve pendant la nuit et tôt le matin, et la femelle prend le relais pendant la journée.

Les jeunes éclosent après environ 20 à 25 jours; et sont rapidement capables de quitter le nid. Ils sont capables de se nourrir dès le jour de leur éclosion, mais doivent apprendre les techniques de recherche de nourriture de leurs parents pendant plusieurs mois.

Le Ganga à Ventre Brun (Pterocles exustus) est une espèce sédentaire et nomade qui s’étend du nord et du centre de l’Afrique et plus à l’est vers l’ouest et le sud de l’Asie. Il existe six sous-espèces reconnues. Il est présent dans toutes les régions arides de l’Inde, du Pakistan, jusqu’en Iran et au-delà.

Il est sexuellement dimorphe dans la coloration du plumage et varie dans la coloration globale du plumage entre les six sous-espèces. C’est un oiseau des semi-déserts arides. Il dépend fortement de l’eau, bien qu’il vive dans des climats chauds et arides et est connu pour parcourir jusqu’à 80 kilomètres par jour pour chercher de l’eau.

C’est un mangeur sélectif qui se nourrit principalement de graines, préférant souvent consommer de petites graines en grande quantité.

Le Ganga Indien (Pterocles indicus) est endémique à l’Inde, avec une petite population trouvée au Pakistan. En Inde, on le trouve au Maharashtra, Rajasthan, Karnataka et au Madhya Pradesh. C’est l’un des Gangas les plus prolifiques du sous-continent

Son habitat typique est constitué de prairies ouvertes, de pentes herbeuses avec des rochers et de forêts de broussailles sèches avec des plaques rocheuses. Il n’est pas commun dans un endroit particulier en raison de ses exigences en matière d’habitat de garrigue pierreuse.

C’est un expert dans l’art de rester immobile. L’oiseau a tendance à rester camouflé à un endroit, bien caché parmi la surface granuleuse et rocheuse, jusqu’à ce qu’une menace perçue, comme un véhicule, s’approche.

Il est sexuellement dimorphe. Le mâle a une tache blanche sur le front et une barre noire le traverse. Il a également une bande de poitrine noire que la femelle n’a pas.

Sa coloration montre une adaptation à son habitat, qui est généralement sec, poussiéreux et stérile. On les trouve par paires, contrairement aux autres gangas, qui sont réputés pour affluer en grand nombre autour des plans d’eau à des moments particuliers de la journée pour boire de l’eau. La plupart des gangas ne boivent qu’une fois par jour, même à des températures extrêmement élevées.

C’est sans doute le plus joli parmi les différentes espèces. Il est de couleur relativement vive, du moins par rapport au ganga à ventre brun qui a une teinte plus terne.

Il picore autour du paysage rempli de sable et de pierres, se nourrissant principalement de graines et parfois d’insectes. Il est extrêmement sélectif lorsqu’ils se nourrit et ne sortira pas à l’air libre, peut-être conscients d’être la proie d’oiseaux prédateurs comme l’aigle de Bonelli, l’épervier, le faucon pèlerin ou la buse aux yeux blancs. Les varans peuvent être une menace pour ses œufs et les poussins nouvellement éclos qui n’ont pas appris à voler.

Son camouflage aide à tromper les prédateurs. « Le plumage des poussins est semblable à celui de l’herbe sèche. Leur couleur brun jaune s’intègre parfaitement à son environnement. De plus, ses courtes pattes l’aide à rester près du sol, ce qui lui permet de se déplacer rapidement sans être vus au niveau du sol et de se fondre dans le gravier et les rochers si un prédateur est proche.

Une qualité fascinante est la façon dont il utilise son corps pour transporter de l’eau à ses poussins, qui peuvent être loin des points d’eau. Les plumes de son ventre servent à absorber l’eau et à la rapporter aux plus petits, qui se rassemblent ensuite autour du parent, principalement du papa, pour boire. Le camouflage intégré garantit que les poussins puissent être laissés seuls parmi les rochers et les pierres. Les parents leur rendent visite avec de la nourriture et de l’eau jusqu’à ce qu’ils soient capables de se déplacer de façon autonome.

Le Ganga Tacheté (Pterocles senegallus) est réparti dans le nord et l’est de l’Afrique, au Moyen-Orient, au Pakistan et dans le nord-ouest de l’Inde. C’est un oiseau terrestre. C’est une espèce monotypique.

Il est de taille moyenne, mesurant de 30 à 35 cm de long et pesant de 250 à 350 grammes. L’envergure est de 50 à 65 cm. La tête, le bec et la poitrine sont gris bleuâtre pâle. Le menton, le cou et la gorge sont orange curcuma. Les parties supérieures sont gris rosâtre avec des taches sombres. Les rectrices centrales des deux sexes sont allongées. Les iris sont noirs. Leur appel est un « queeto-queeto » musical ou un son répété et aigu « queet – queet – queet ».

Il habite diverses zones arides ouvertes comme les déserts chauds, les semi-déserts à végétation clairsemée, les sources d’eau douce, les oasis, les marais et les mares d’eau douce permanents et saisonniers. Ces espèces se trouvent à des altitudes de 0 à 100 m.

Son régime alimentaire est principalement constitué de graines et de matériel végétal. Leur nourriture principale est constituée de graines de plantes sauvages du désert. Il montre une préférence particulière pour le feuillage d’Euphorbia guyoniana, une espèce d’euphorbe ésule. Ces oiseaux font des voyages quotidiens vers les points d’eau tôt le matin et le soir. Les gangas mâles trempent leurs plumes abdominales avec de l’eau pour abreuver les nouveau-nés.

La saison de reproduction s’étend de mars à juillet. Son nid est une éraflure ou une dépression naturelle au sol. Deux ou trois œufs sont pondus dans le nid sans doublure. L’œuf de couleur chamois est allongé et de forme ovale et présente des taches grises et brunes.

Les deux parents couvent les œufs et les œufs éclosent en 20 jours environ. Les nouveau-nés suivent leur mère et se nourrissent de graines. Ils s’envolent en quatre semaines environ. Le mâle fournit l’eau pour les jeunes à partir des plumes absorbantes de son ventre.

C’est un oiseau non migrateur et surtout sédentaire. Après la reproduction, les jeunes peuvent se disperser et s’établir dans de nouveaux endroits de l’aire de répartition. Ils peuvent effectuer des déplacements locaux pour se nourrir et se reproduire dans leur aire de répartition. Parfois, ils deviennent nomades en cas de pénurie de nourriture.

La taille de sa population mondiale n’a pas été quantifiée. La taille globale de la population de ces espèces est considérée comme stable. Dans toute son aire de répartition, il est signalé comme étant répandu et commun. Sa durée de vie est de 5,6 ans. Leur taille de distribution est d’environ 20 100 000 km².

Il n’approche pas les seuils de Vulnérable ni sous le critère de taille de l’aire de répartition ni sous le critère de tendance de population ou sous le critère de taille de population. La chasse est la principale menace pouvant mettre en danger la survie de cette espèce.

Le Ganga Cata (Pterocles alchata) se reproduit en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, en Turquie, en Iran, en Irak et au Kazakhstan. En Europe, il se reproduit en Espagne, au Portugal et dans le sud de la France. Les populations orientales, en particulier celles du Kazakhstan, migrent en hiver vers le Pakistan et certaines parties du nord de l’Inde en hiver.

Il habite des zones ouvertes de terres pierreuses, des zones semi-arides au bord des déserts, des plaines sans arbres et des vasières parfois asséchées. En hiver, il peut visiter des terres labourées ou en jachère, mais préfère les sols sableux et dépend beaucoup moins de la couverture végétale que le Ganga à ventre noir (Pterocles orientalis) qui a une aire de répartition similaire. Il ne se produit pas à des altitudes supérieures à environ 1 000 m.

C’est un oiseau de taille moyenne. Il a une petite tête et un cou de pigeon et un corps robuste et compact. Il a de longues ailes pointues, qui sont blanches en dessous, une longue queue et un vol direct rapide. Les troupeaux volent vers les points d’eau à l’aube. L’appel est un fort kattar-kattar. Cette espèce grégaire se reproduit dans les plaines sèches et dépourvues d’arbres et dans des habitats similaires. Son nid est une éraflure au sol dans laquelle sont déposés deux ou trois œufs de couleur crème avec des marques cryptiques. Les deux sexes couvent les œufs.

Le Ganga Unibande (Pterocles orientalis) est migrateur et uniquement observés en hiver dans le nord-ouest de l’Inde. Il se reproduit dans les plaines ouvertes sèches et les habitats similaires, mais évite les zones totalement dépourvues de végétation. Son nid est une éraflure au sol dans laquelle sont déposés trois œufs verdâtres avec des marques cryptiques. Les deux sexes incubent, mais seul le mâle apporte de l’eau.

Il mesure 40 cm de long et pèse 600 g. Le mâle a la tête, le cou et la poitrine gris. Les parties inférieures sont noires et les parties supérieures sont brun doré avec des marques plus foncées. Il y a une fine bordure noire autour du bas de la poitrine et une tache châtain sur la gorge. La femelle a les parties supérieures plus brunes et plus finement marquées, y compris la tête et la poitrine. Les parties inférieures et la bande pectorale sont identiques à celles du mâle.

SYRRHAPTES

Le Syrrhapte du Tibet (Syrrhaptes tibetanus), comme son nom l’indique, se rencontre au Tibet et jusqu’en Mongolie, avec une petite population se reproduisant en Inde (Ladakh, Jammu & Kashmir, Himachal Pradesh et Sikkim).

C’est un oiseau terrestre qui habite une aire ouverte sans arbres, comme les hautes-plaines et les hautes terres semi-désertiques dans et à proximité du plateau tibétain et des montagnes du Pamir. C’est une espèce monotypique.

C’est un oiseau de taille moyenne mesurant de 30 à 45 cm de long et pesant de 300 à 400 grammes. La tête est petite et semblable à celle d’un pigeon. Les ailes sont longues. Il a une queue en épingle, car les plumes centrales de la queue sont longues et en forme d’épingle. La tête et une partie du cou sont orange. La poitrine, la calotte et une partie du cou sont finement barrées de gris. Le ventre est blanc et le dessous des ailes est noir.

Les ailes du mâle ne sont pas tachetées et sont brun jaune pâle, tandis que chez la femelle, les ailes sont finement barrées et vermiculées de gris. Les jeunes n’ont pas la queue d’épingle. Les pattes sont courtes et n’ont pas l’orteil postérieur. Les trois orteils avant sont fusionnés et ont un coussinet charnu en dessous. La surface supérieure des orteils est recouverte de plumes.

Il préfère les plaines d’altitude et les plaines sablonneuses stériles près d’un plan d’eau. Il se nourrit le matin et l’après-midi sur le terrain vallonné, sans arbres et semi-désertique. Il se déplace en groupes vers les points d’eau le matin et le soir.

Son régime alimentaire se compose principalement de graines, de céréales, d’herbe, de pousses, de bourgeons, de fleurs, de baies et de légumineuses.

La saison de reproduction s’étend d’avril à juillet au Tibet. La saison de reproduction au Tadjikistan est en juin. Il gratte une petite dépression dans le sol et pond trois œufs. Peu de temps après l’éclosion, les nouveau-nés se déplacent avec les adultes.

C’est un oiseau migrateur altitudinal. Une dispersion post-reproduction des jeunes a lieu. Il peut effectuer des déplacements locaux pour se nourrir et se reproduire. On a constaté qu’il descendait à des altitudes plus basses des plaines des hautes terres en hiver.

La taille de sa population mondiale n’a pas été quantifiée. La taille globale de la population est considérée comme en déclin. Bien que la population de la région du Tibet soit stable, il y a une diminution drastique de la population du Tadjikistan. Ces espèces ont une aire de répartition et une population étendues.

Le Syrrhapte Paradoxal (Syrrhaptes paradoxus) se trouve au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Ouzbékistan, au Turkménistan, au Tadjikistan, en Russie, en Mongolie et en Chine. C’est un visiteur rare dans plusieurs pays européens et le sous-continent indien. Il fut decrit pour la premiere fois par le zoologiste et botaniste allemand Peter Simon Pallas. C’est une espèce monotypique.

C’est un oiseau de taille moyenne mesurant environ 40 cm de long. Ces sexes sont dimorphes. Le mâle est plus gros que la femelle et pèse environ 250 à 300 grammes, tandis que la femelle pèse environ 200 à 250 grammes. Les longues ailes sont pointues et l’envergure est de 60 à 70 cm.

Il a une tête et un cou petits, semblables à un pigeon. Le corps est compact et robuste. Le plumage est chamois et la partie supérieure est barrée. Chez la femelle, le plumage est plus pâle et les barres de la partie supérieure sont plus intenses. Les rectrices centrales de la queue sont longues et en forme d’épingle. La tête, la gorge et les côtés du cou sont orange. Le bec est court et de couleur jaune crème. Les iris sont noirs.

Il a de petites pattes qui n’ont pas d’orteil postérieur. Les trois orteils avant ont des plumes sur le dessus et un coussinet charnu en dessous. Ces orteils avant sont fusionnés, une caractéristique du genre Syrrhaptes (du grec ancien surrhaptos, « cousu ensemble »). Le pied ressemble plus à une de mammifère qu’à un pied d’oiseau. Le cri en vol est un son répété de « chup ».

L’aire de répartition des deux espèces du genre Syrrhaptes se chevauche et il se peut qu’elles ne soient pas facilement distinguées lors de la recherche de nourriture. Cependant, ils peuvent être facilement distingués en vol. Le Syrrhapte Tibétain a le ventre blanc et le dessous des ailes noir tandis que le Syrrhapte paradoxal a le ventre noir et le dessous des ailes blanchâtre. Ces espèces sont grégaires et volent en grands groupes vers les points d’eau à l’aube et au crépuscule.

10-06-2021 10-06-2021

Les mouettes et goélands appartiennent à l’une des familles d’oiseaux les plus prospères. Plus de 100 espèces se trouvent dans le monde, sur tous les continents ; on les trouve même aux confins de l’Antarctique et de l’Arctique. En Inde, ils sont principalement migrateurs, descendant en hiver de leurs aires de reproduction au Ladakh et plus au nord, jusqu’en Mongolie intérieure. Ils se dispersent et s’installent sur de grandes étendues d’eau et des côtes à travers le sous-continent en grands groupes querelleurs.

GOÉLANDS

Le Goéland de Hemprich (Larus hemprichi) est originaire de la mer Rouge, du golfe d’Aden, du golfe d’Oman, du golfe Persique et son aire de répartition s’étend jusqu’au Pakistan. Il est également originaire de la côte est de l’Afrique jusqu’au sud de la Tanzanie et du Mozambique. Il est plutôt rare en Inde, au Sri Lanka, aux Maldives, en Jordanie, au Liban, en Israël et à Bahreïn. C’est un oiseau côtier, allant rarement plus loin en mer qu’à environ 10 km au-delà des récifs côtiers, bien qu’il ait parfois été vu à 140 km de la terre. Il fréquente les ports et les rades, la côte, les îles côtières et la zone intertidale. Il se déplace rarement à l’intérieur des terres ou visite des sites d’eau douce. Il est nomade ou partiellement migrateur et de nombreuses populations se déplacent vers le sud après la reproduction, bien que les populations de la mer Rouge semblent être relativement sédentaires.

Son nom commémore le naturaliste allemand Wilhelm Hemprich décédé en 1825 lors d’une expédition scientifique en Égypte et au Moyen-Orient avec son ami Christian Gottfried Ehrenberg.

C’est un prédateur et un charognard. Il se nourrit de poissons rejetés et d’abats de poisson, d’autres petits poissons qu’il attrape lui-même, de crevettes, de jeunes tortues et des œufs et poussins d’autres oiseaux marins.

La reproduction a lieu pendant l’été. Il niche généralement en petites colonies sur les îles coralliennes côtières, en particulier les îles extérieures protégées par des récifs avec des roches, du sable et une végétation clairsemée. Les nids sont parfois solitaires, en particulier en Afrique, ou peuvent être dispersés parmi les nids d’autres oiseaux marins coloniaux. Le nid peut consister en une éraflure nue dans le corail dans une position exposée ou peut être protégé par un surplomb de corail ou abrité sous une mangrove à croissance basse ou un buisson d’algues.

Le Goéland Cendré, Larus canus est un goéland de taille moyenne qui se reproduit dans le nord-ouest de l’Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Il migre plus au sud en hiver.

Il comprend trois populations, parfois considérées comme des espèces distinctes : Larus canus canus, le Goéland cendré, d’Eurasie occidentale ; L. c. kamschatschensis, le “Kamchatka Gull”, de l’Eurasie orientale; et L. c. brachyrhynchus, le « Goéland à bec court », qui niche en Alaska et dans l’ouest du Canada. La race européenne est un rare visiteur hivernal sur la côte est du Canada et un vagabond dans le nord-est des États-Unis.

Cette espèce se reproduit en colonie près de l’eau ou dans les marais, faisant un nid tapissé au sol ou dans un arbre. Avec une longueur de 43 cm et une envergure de 120 cm, il est considérablement plus petit que le Goéland Argenté. Il n’est que légèrement plus petit que le Goéland à Bec Cerclé, mais son bec est plus court, plus effilé et d’une teinte jaune plus verdâtre, en plus d’être non marqué pendant la saison de reproduction.

Les adultes sont gris dessus et blancs dessous. Leurs pattes sont verdâtres. Ils ont des extrémités d’ailes noires avec de grands “miroirs” blancs, en particulier chez les oiseaux américains. Les jeunes oiseaux ont les parties supérieures écailleuses brun noir et un motif d’aile soigné. Ils mettent trois ans pour arriver à maturité. L’appel est un cri de «rire» aigu.

Ce sont des omnivores comme la plupart des goélands Larus, et ils se nourrissent tout en cherchant de petites proies appropriées.

Le Goéland Pontique (Larus cachinnans) est un oiseau marin (59–67 cm, 680–1330 g) avec un long bec mince, accentué par le front incliné.

Les pattes, les ailes et le cou sont plus longs que ceux du Goéland argenté et du Goéland leucophée. L’œil est petit et souvent foncé, les pattes varient du rose pâle au jaune pâle. Le dos et les ailes sont d’un gris légèrement plus foncé que le goéland argenté, mais légèrement plus pâle que le goéland leucophée. La plume primaire la plus externe a une grande pointe blanche et une langue blanche qui remonte le long de la toile interne.

Les oiseaux du premier hiver ont une tête pâle avec des stries sombres à l’arrière du cou. Les parties inférieures sont pâles et le dos est grisâtre. Les couvertures alaires supérieures et médianes ont des extrémités blanchâtres formant deux lignes pâles sur l’aile.

Il se reproduit autour des mers Noire et Caspienne, s’étendant vers l’est à travers l’Asie centrale jusqu’au nord-ouest de la Chine.

En Europe, il s’est propagé au nord et à l’ouest et se reproduit maintenant en Pologne et en Allemagne de l’Est. Certains oiseaux migrent vers le sud jusqu’à la mer Rouge et le golfe Persique tandis que d’autres se dispersent en Europe occidentale, dans des pays comme la Suède, la Norvège et le Danemark.

De petits nombres sont maintenant observés régulièrement en Grande-Bretagne, en particulier dans le sud-est de l’Angleterre, l’East Anglia et les Midlands.

Il niche généralement sur un sol plat et bas au bord de l’eau, contrairement au Goéland leucophée qui niche principalement sur les falaises dans les zones où les deux se chevauchent. La saison de reproduction commence début avril. Deux ou trois œufs sont pondus et incubés pendant 27 à 31 jours.

Ce sont des charognards et des prédateurs avec une alimentation très variée. Pendant la saison de reproduction, ils mangent souvent des rongeurs tels que des écureuils terrestres, volant à une certaine distance dans les steppes pour les trouver.

Le Goéland de Sibérie, Larus heuglini, est un oiseau marin du genre Larus. Il est étroitement lié au Goéland Brun, Larus fuscus, et en est souvent classé comme une sous-espèce. Il a également été inclus dans la taxonomie du Goéland argenté, Larus argentatus.

C’est un grand goéland avec une tête arrondie, un bec fort et de longues pattes et ailes. Le dos et les ailes sont gris foncé, de teinte variable mais souvent similaires à l’espèce graelsii du Goéland Brun. En hiver, la tête n’est que légèrement striée de brun, mais il y a des stries plus importantes sur l’arrière du cou. Les pattes sont généralement jaunes mais peuvent être roses.

La mue du Goéland de Sibérie a lieu plus tard que chez la plupart de leurs parents, de sorte que les oiseaux ont toujours la tête non striée et les primaires usées (plumes des ailes les plus longues) en septembre et octobre. Les plumes primaires peuvent ne pas être complètement développées avant février ou mars, lorsque la tête est encore striée.

Il se reproduit dans la toundra du nord de la Russie, de la péninsule de Kola à l’est jusqu’à la péninsule de Taymyr. Il est régulièrement signalé en Finlande et peut s’y reproduire. Il migre vers le sud pour hiverner dans le sud-ouest, l’Asie du Sud et de l’Est et l’Afrique de l’Est.

Un petit nombre est observé en Asie du Sud-Est, il a été signalé en Afrique du Sud et il peut se produire comme vagabond en Europe occidentale.

Il se nourrit principalement de mollusques, de vers et de crustacés.

Le Goéland Railleur, Chroicocephalus genei, est un petit goéland qui se reproduit très localement autour de la Méditerranée et du nord-ouest de l’océan Indien (par exemple au Pakistan) sur les îles et les lagunes côtières. Le nom scientifique de cet oiseau commémore le naturaliste italien Giuseppe Gené.

La plupart de la population est quelque peu migratrice, hivernant plus au sud vers l’Afrique du Nord et l’Inde, et quelques oiseaux ont erré vers l’Europe occidentale sont résidents.

Ce goéland rare se reproduit en colonies, niche au sol et pond jusqu’à trois œufs. Comme la plupart des goélands, il est grégaire en hiver, aussi bien pour se nourrir que pour se percher le soir. Ce n’est pas une espèce pélagique, et on l’observe rarement en mer loin des côtes.

Cette espèce est légèrement plus grande que la Mouette Rieuse, à laquelle elle ressemble. Il n’a pas de capuche noire. La tête et le bec rouge foncé ont une apparence allongée et effilée, et cet oiseau semble également avoir un long cou. Les pattes sont rouge foncé et l’iris est jaune. En été, la poitrine a une coloration rose.

Il met deux ans pour atteindre sa maturité. Les oiseaux de première année ont une bande de queue terminale noire et des zones sombres sur les ailes.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Goéland Ichthyaète (Ichthyaetus ichthyaetus) est un très gros goéland, qui est la troisième plus grande espèce de goéland au monde, après le goéland marin et le goéland bourgmestre. C’est une espèce commune sur les côtes du Kerala. Il mesure 55-72 cm et a une envergure de 142 à 170 cm. L’adulte a les ailes et le dos gris, avec des « miroirs » blancs bien visibles au bout des ailes. Les pattes sont jaunes et le bec est rouge. Dans tous les autres plumages, un masque sombre à travers l’œil indique les vestiges du capuchon. Les jeunes obtiennent des parties supérieures largement grises assez rapidement, mais ils mettent quatre ans pour atteindre la maturité.

Il se nourrit principalement de poissons (en particulier de poissons morts), de crustacés, d’insectes et de petits mammifères, prenant moins souvent des oiseaux et leurs œufs, des reptiles et des graines.

MOUETTES

Deux espèces dominent la scène en Inde: la Mouette du Tibet, de la taille d’un pigeon et la Mouette Rieuse légèrement plus petite. En hiver, les têtes des deux espèces, brunes pour la première et noire pour la deuxième, deviennent blanches. La tête brune peut être identifiée par les taches blanches éclatantes sur ses ailes à pointe noire, et la tête noire par la bordure blanche le long du bord avant de ses ailes. Les deux sont par ailleurs gris perle et ont curieusement des expressions de dauphin sur le visage, des becs rouges et des pieds palmés.

La Mouette du Tibet (Chroicocephalus brunnicephalus) est une petite mouette asiatique que l’on observe fréquemment dans les colonies bruyantes. Elle se reproduit dans les hauts plateaux d’Asie centrale du Turkménistan à la Mongolie.

Cet oiseau migrateur hiverne sur les côtes et les grands lacs intérieurs du sud de l’Asie tropicale.

Elle se reproduit en colonies dans les grandes roselières ou les marais, ou sur les îles des lacs, nichant au sol. On la voit rarement en mer loin des côtes.

C’est un chargnard ou capture des invertébrés dans les champs labourés.

L’adulte d’été a la tête brun pâle, plus claire que celle de la tête noire, le corps gris pâle et le bec et les pattes rouges. Les extrémités noires des rémiges primaires ont des “miroirs” blancs bien visibles. Le dessous des ailes est gris avec des rémiges noires. La capuche brune se perd en hiver, ne laissant que des stries verticales sombres.

Cet oiseau met deux ans pour atteindre sa maturité. Les oiseaux de première année ont une bande caudale terminale noire, des zones plus sombres sur les ailes et, en été, un capuchon moins homogène.

Elle est légèrement plus grosse que la Mouette Rieuse.

La Mouette Rieuse (Chroicocephalus ridibundus) est une petite mouette qui se reproduit dans une grande partie de l’Europe et de l’Asie, ainsi que sur la côte est du Canada.

La plupart de la population est migratrice, hivernant plus au sud, mais certains oiseaux des régions les plus douces de l’ouest de l’Europe y sont résidents. Certains oiseaux passeront également l’hiver dans le nord-est des États-Unis.

C’est l’oiseau de la préfecture de Tokyo et le système de transport en commun Yurikamome porte son nom.

Cette mouette mesure 38-44 cm de long avec une envergure de 94-105 cm. Elle se reproduit en colonies dans les grandes roselières ou les marais, ou sur les îles des lacs, nichant au sol. Comme la plupart des mouettes, elle est très grégaire en hiver, à la fois lorsqu’elle se nourrit ou dans les nichoirs. Ce n’est pas une espèce pélagique, et on l’observe rarement en mer loin des côtes.

La mouette rieuse est un mangeur audacieux et opportuniste et se nourrit dans les villes ou capture les invertébrés dans les champs labourés.

En vol, le bord d’attaque blanc de l’aile est une bonne indication. L’adulte d’été a la tête brun chocolat (pas noire, malgré son nom), le corps gris pâle, les pointes noires des plumes des ailes primaires et le bec et les pattes rouges. La capuche se perd en hiver, ne laissant que des stries verticales sombres.

Cette espèce met deux ans pour atteindre la maturité. Les oiseaux de première année ont une bande caudale terminale noire, des zones plus sombres sur les ailes et, en été, un capuchon sombre moins développé.

C’est une espèce bruyante, surtout dans les colonies, avec un cri familier “kree-ar”.

STERNES

La Sterne Hansel, Gelochelidon nilotica, est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae. Elle était autrefois regroupé dans le genre Sterna mais est maintenant placé seul dans le genre Gelochelidon.

Elle se reproduit dans les régions plus chaudes du monde en Europe méridionale (et une très petite population isolée dans le nord de l’Allemagne et du Danemark), en Asie tempérée et orientale, sur les deux côtes de l’Amérique du Nord, à l’est de l’Amérique du Sud et en Australie.

Toutes les formes montrent une dispersion post-nuptiale, mais les reproducteurs du nord sont les plus migrateurs, hivernant au sud vers l’Afrique, les Caraïbes et le nord de l’Amérique du Sud, l’Asie du Sud et la Nouvelle-Zélande.

C’est une sterne assez grande (38 cm) et puissante, de taille et d’apparence générale similaires à une Sterne Caugek, mais son bec court et épais semblable à celui d’une mouette, ses ailes larges, ses longues pattes et son corps robuste sont caractéristiques. L’adulte d’été a les parties supérieures grises, les parties inférieures blanches, une calotte noire, un bec noir robuste et des pattes noires. L’appel est un ker-wik caractéristique.

En hiver, la calote disparaît et une tache sombre à travers l’œil comme une sterne de Forster ou une mouette méditerranéenne la remplace. Les jeunes ont un masque plus pâle, mais ressemblent par ailleurs beaucoup aux adultes hivernaux.

Les jeunes Sternes Caugek ont un bec court et sont souvent confondues avec la Sterne Hansel où cette dernière espèce est rare, comme les côtes de la mer du Nord.

Elle a un certain nombre de sous-espèces géographiques, différant principalement par la taille et les détails mineurs du plumage.

Cette espèce se reproduit en colonies sur les lacs, les marais et les côtes. Elle niche dans une éraflure du sol et pond de deux à cinq œufs.

Il s’agit d’une sterne quelque peu atypique, en apparence semblable à une sterne sterna, mais avec des habitudes alimentaires plus semblables à celles de la sterne des marais Chlidonias, de la Guifette Noire et de la Guiffette Leucoptère.

Elle ne plonge normalement pas à la recherche de poissons comme les autres sternes blanches, mais se nourrit d’insectes pris en vol, et chasse aussi souvent dans des champs humides, pour capturer des amphibiens et de petits mammifères, ainsi que de petits oiseaux.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Sterne Caspienne (Hydroprogne caspia) est la plus grande des sternes, mesurant entre 48 et 56 cm, queue comprise. Elle a une envergure de 127 à 140 cm et pèse 574 à 782 g.

Les adultes en plumage nuptial (plumes d’été) ont un long bec rouge-orange avec une pointe noire et des pattes noires.

En plumage d’hiver, la calotte noire est toujours présente, mais il y a quelques stries blanches sur le front.

La tête est blanche à l’exception de la calotte noire (éventuellement striée) et du cou, du ventre et de la queue blancs. Le dessus des ailes et le dos sont gris pâle. Les ailes ci-dessous sont pâles avec des plumes primaires (de vol) foncées. En vol, la queue de la Sterne caspienne semble moins fourchue que celle des autres sternes.

Elle est naturellement présente dans les grands lacs et les côtes océaniques d’Amérique du Nord (y compris les Grands Lacs) et localement en Europe (principalement autour de la mer Baltique et de la mer Noire), en Asie, en Afrique et en Australasie (Australie et Nouvelle-Zélande).

Celles trouvées en Amérique du Nord migrent vers le sud vers les Antilles et l’Amérique du Sud la plus septentrionale pour l’hiver. Les oiseaux européens et asiatiques migrent vers les zones tropicales. Celles trouvés en Afrique et en Australasie sont pour la plupart des oiseaux résidents (non migrateurs).

Son alimentation de base se compose de poisson, mais elle consomme aussi occasionnellement de gros insectes, ainsi que des œufs et des poussins d’autres oiseaux.

Lorsqu’elle cherche de la nourriture, elle peut planer au-dessus de l’eau, puis y plonger pour attraper la proie.

L’appel est un croassement fort semblable à celui d’un héron.

Elle se reproduit au printemps et en été. Elle niche en colonies, parfois en mélange avec d’autres espèces de sternes et de goélands. Le nid est placé sur le sol parmi le gravier et le sable, ou parfois sur la végétation. Le nid moyen se compose d’un à trois œufs vert bleu pâle, avec des taches brunes épaisses. Les œufs sont incubés pendant 26 à 28 jours. Les poussins ont un plumage qui va du crème pâle au gris-brun. Les jeunes prennent leur envol vers l’âge de 35 à 45 jours.

La Sterne Voyageuse (Thalasseus bengalensis) est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae qui se reproduit dans les régions côtières subtropicales du monde, principalement de la mer Rouge à travers l’océan Indien jusqu’au Pacifique occidental et en Australie, avec une population importante sur la côte sud de la Méditerranée sur les îles au large de la côte libyenne. Les oiseaux australiens sont probablement sédentaires, mais d’autres populations sont migratrices, hivernant vers le sud jusqu’en Afrique du Sud.

Cette espèce se reproduit en colonies denses sur les côtes et les îles.

Il s’agit d’une sterne de taille moyenne à grande (35-37 cm), très similaire en taille et en apparence générale à ses trois parents très proches la Sterne Caugek, la Sterne Élégante et la Sterne d’Orient. L’adulte d’été a une calotte noire, des pattes noires et un long bec orange pointu. Le dessus des ailes, le croupion et les rectrices centrales sont gris et les parties inférieures blanches. Les rémiges primaires s’assombrissent pendant l’été. En hiver, le front devient blanc.

Le croupion gris est une caractéristique d’identification de vol utile qui le distingue des espèces apparentées. La Sterne Élégante se distingue également par un bec légèrement plus long et plus mince, tandis que la Sterne d’Orient diffère par une pointe noire du bec et la Sterne Caugek par un bec noir avec une pointe jaune.

Les jeunes ressemblent à des Sternes Caugek du même âge, mais avec un bec jaune-orange et un ensemble plus pâle, avec seulement de faibles croissants foncés sur les plumes du manteau.

Il y a deux autres sternes à bec orange dans l’aire de répartition de cette espèce, la Sterne Royale et la Sterne Huppée. Les deux sont beaucoup plus grosses ; La Sterne Royale a également un croupion et une queue blancs, tandis que la Sterne Huppée (qui partage le croupion gris) est globalement plus foncé au-dessus et a un bec plus jaune.

Elle niche sur une éraflure du sol et pond un à deux (rarement trois) œufs. Le comportement de nidification est très similaire à celui de la Sterne Caugek, avec une parade contre les prédateurs en nichant dans des colonies très denses, et aussi en nichant à la fin de l’été lorsque les Goélands leucophées ont fini de se reproduire et ont quitté le territoire.

Comme toutes les sternes Thalasseus, elle se nourrit en plongeant à la recherche de poissons, généralement dans des environnements salins. Elle plonge généralement directement, et non en « vol stationnaire à gradins » privilégié par la Sterne Arctique.

L’offrande de poisson par le mâle à la femelle fait partie de la parade nuptiale.

L’appel est un bruit de grincement fort comme la Sterne caugek.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Sterne Caugek (Thalasseus sandvicensis) a été nommée d’après le terme « caugek », une référence au cri de cet oiseau ; sandvicensis est le nom latinisé d’une ville du Kent, Sandwich, l’endroit où elles ont été identifiées pour la première fois. Elle est aussi communément appelée plovre criard, privaret (ou puveret), tavernot.

Dans son aire de répartition naturelle, elle est facilement identifiable par son bec noir à pointe jaune et sa crête hirsute.

Elle est étroitement liée à la Sterne Naine, à la Sterne d’Orient et à la Sterne Élégante – à qui elle ressemble et avec lesquelles elle est facilement confondue. Certaines autorités suggèrent que les trois peuvent être conspécifiques (une seule espèce).

Elle se trouve naturellement sur les côtes marines du Nouveau Monde – en particulier le sud-est des États-Unis, l’Amérique centrale, l’Est de l’Amérique du Sud, le nord-ouest de l’Amérique du Sud et les Caraïbes. Dans l’Ancien Monde, on les trouve en Afrique de l’Ouest, dans la région méditerranéenne et Grande Bretagne.

Elle habite les côtes, les baies, les estuaires et les vasières; mais peut également être trouvé sur l’océan.

C’est une sterne de taille moyenne qui mesurent entre 36 à 41 cm et a une envergure de 84 à 97 cm. Elle pèse entre 180 à 300 g.

Le bec long et mince est noir avec une pointe jaune pâle – sauf chez la race sud-américaine, qui a un bec jaune ou orange. Les pattes courtes sont noires.

Le plumage du dos est principalement gris pâle. Elle a des plumes allongées à l’arrière de la tête qui ont l’apparence d’une crête hirsute. Pendant la saison de reproduction, Elle a une calotte noire sur la tête ; qui est pâle dans le plumage d’hiver. En vol, les coins gris sur les extrémités des ailes et la courte queue fourchue sont les plus apparents.

Elle est en âge de se reproduire lorsqu’elle a environ 3 à 4 ans.

Pendant le rituel de parade nuptiale, le mâle donne à la femelle un poisson qu’elle avale souvent immédiatement. Cependant, elle peut parfois garder le poisson dans son bec tout au long de la parade. Le mâle et la femelle sont observés volant dans les airs en tandem avec des glissades alternées.

Le mâle continue de nourrir la femelle pendant toute la saison de reproduction.

Elle est connue pour se croiser avec la sterne Voyageuse.

Elle se reproduit en colonies larges et denses composées de 100 à 4 000 couples reproducteurs, les nids étant espacés d’environ 20 à 30 cm.

Ces reproducteurs relativement peu agressifs nichent souvent à proximité d’espèces plus agressives, telles que la Mouette Atricille, la Sterne Royale, la Sterne Arctique et la Mouette Rieuse pour éviter la prédation.

Elle niche généralement sur les côtes et les îles, mais peut également nicher à l’intérieur des terres, généralement dans de grands lacs d’eau douce situés près de la côte.

Elle se reproduit au sol et creuse un nid sur le sol. En Floride, elle peut aussi faire son nid sur les toits. Pour éviter que son nid ne s’envole, elle défèque directement sur le bord de son nid. Une fois que les excréments sèchent, ils « cimentent » le nid et le protège en cas d’inondation ou de fortes pluies.

La femelle ne pond généralement qu’un seul œuf; bien que certains (1 – 10 %) puissent pondre un deuxième œuf ; rarement un 3e œuf est pondu. Les parents partagent l’incubation des œufs, qui prend environ 25 à 31 jours.

Les nouveau-nés sont couverts d’un duvet grisâtre; leurs yeux sont ouverts et même s’ils sont capables de marcher, ils ne quitteront pas le nid le premier jour. Au bout d’une journée, les jeunes rejoignent généralement une crèche communale, où se rassemblent des centaines voire des milliers de poussins. Étonnamment, les parents sont capables de trouver leurs petits dans la foule – probablement en les identifiant par leurs voix – et de les nourrir.

Les jeunes prennent leur envol (apprennent à voler) vers l’âge d’un mois ; cependant, les parents continuent de s’occuper d’eux pendant 5 à 8 mois. Les parents migrent vers les territoires d’hiver avec leurs petits.

Les œufs sont souvent détruits par les crabes des sables ; ou prises par la Mouette Atricille et le Tournepierre à Collier. Les Mouettes Rieuses s’attaquent aux œufs et aux poussins.

Le régime alimentaire de la Sterne Caugek se compose principalement de petits poissons, tels que les lançons, les sprats et les merlans que l’on trouve autour des estuaires, des lagunes et des mangroves. Ils peuvent également prendre des calmars, des crevettes et des crabes.

Elle vole à plusieurs mètres au-dessus de la surface de l’eau, planant peut-être au-dessus de l’eau, avant de plonger à la recherche d’une proie. Elle vole également de la nourriture aux autres sternes.

Elle se nourrit habituellement seules ou – en particulier dans les zones d’alimentation favorisées – sont observées en train de se nourrir en groupes.

Au 19ème siècle, son nombre a considérablement diminué en raison du commerce des plumes et de la collecte de ses œufs.

Dans l’histoire plus récente, sa population s’est rétablie et les nombres augmentent maintenant dans la plupart de leur aire de répartition.

La Sterne Huppée (Thalasseus bergii) est un oiseau marin de la famille des sternes qui niche en colonies denses sur les côtes et les îles du Vieux Monde tropical et subtropical. Ses cinq sous-espèces se reproduisent dans la zone allant de l’Afrique du Sud autour de l’océan Indien au Pacifique central et à l’Australie, toutes les populations se dispersant largement de l’aire de reproduction après la nidification. Cette grande sterne est étroitement apparentée à la Sterne Royale et à la Sterne Voyageuse, mais se distingue par sa taille et la couleur de son bec.

Elle a les parties supérieures grises, les parties inférieures blanches, un bec jaune et une crête noire hirsute qui régresse en hiver. Ses jeunes ont une apparence distinctive, avec un plumage gris, brun et blanc fortement modelé, et dépendent de leurs parents pour se nourrir pendant plusieurs mois après avoir pris leur envol. Comme tous les membres du genre Thalasseus, la Sterne huppée se nourrit en plongeant à la recherche de poissons, généralement en milieu marin ; le mâle offre du poisson à la femelle dans le cadre du rituel de parade nuptiale.

Il s’agit d’une espèce adaptable qui a appris à suivre les bateaux de pêche pour les prises accessoires rejetées et à utiliser des sites de nidification inhabituels tels que les toits des bâtiments et les îles artificielles dans les marais salants et les stations d’épuration. Ses œufs et ses jeunes sont capturés par les goélands et les ibis, et les activités humaines telles que la pêche, le tir et la récolte d’œufs ont entraîné le déclin de la population locale. Il n’y a pas de problèmes de conservation mondiaux pour cet oiseau, qui a une population totale stable de plus de 500 000 individus.

Elle est présente dans les régions côtières tropicales et tempérées chaudes de l’Ancien Monde, de l’Afrique du Sud autour de l’océan Indien jusqu’au Pacifique et à l’Australie. La sous-espèce T. b. bergii et T. b. enigma se reproduit en Afrique australe, de la Namibie à la Tanzanie, et peut-être sur les îles autour de Madagascar. Il y a donc une rupture dans l’aire de reproduction de cette espèce jusqu’en Somalie et la mer Rouge, et une autre discontinuité plus à l’est dans le sud de l’Inde.

Les nids sont situés sur des îles sablonneuses, rocheuses ou coralliennes basses, parfois au milieu d’arbustes rabougris, souvent sans aucun abri. Lorsqu’elle ne se reproduit pas, elle se perchera ou se reposera sur les rivages ouverts, moins souvent sur des bateaux, des pilotis, des bâtiments portuaires et des monticules de sel surélevés dans les lagunes. Elle est rarement observée dans les ruisseaux de marée ou les eaux intérieures.

Toutes les populations se dispersent après la reproduction. Lorsque les oiseaux d’Afrique australe quittent les colonies de Namibie et de la province du Cap occidental, la plupart des adultes se déplacent vers l’est jusqu’à la côte de l’océan Indien en Afrique du Sud. De nombreux jeunes oiseaux voyagent également vers l’est, parfois sur plus de 2 000 km, mais d’autres se déplacent vers le nord le long de la côte ouest. T. b. thalassina hiverne sur la côte est-africaine au nord du Kenya et de la Somalie et peut se déplacer aussi loin au sud que Durban. Les populations de T. b. Les velox se reproduisant depuis le golfe Persique vers l’est semblent être sédentaires ou dispersifs plutôt que véritablement migrateurs, mais ceux qui se reproduisent dans la mer Rouge hivernent vers le sud le long de la côte est-africaine jusqu’au Kenya. T. b. cristata reste principalement à moins de 400 km (260 mi) de ses colonies, mais certains oiseaux errent jusqu’à environ 1 000 km.

Elle se reproduit en colonies, souvent en association avec d’autres oiseaux marins. Elle est monogame et le lien du couple est maintenu tout au long de l’année et parfois au cours de saisons de reproduction consécutives. La taille de la colonie est liée à l’abondance des proies de poissons pélagiques, et la plus grande colonie documentée, avec 13 000 à 15 000 couples, se trouve dans le golfe de Carpentaria dans le nord de l’Australie, une région qui abrite également d’importantes colonies d’autres oiseaux marins. Étant donné que la nidification dans cette zone suit les inondations de la mousson estivale, il s’agit vraisemblablement d’une réponse à l’augmentation des stocks de poissons, probablement en raison du ruissellement des rivières fournissant des nutriments supplémentaires au golfe. Cette sterne ne montre pas de fidélité au site, changeant fréquemment son site de nidification d’année en année, parfois de plus de 200 km.

La Sterne de Rivière (Sterna aurantia) est une sterne de la famille des Laridés. C’est un oiseau résident le long des rivières intérieures depuis l’Iran jusqu’au sous-continent indien et plus loin jusqu’au Myanmar jusqu’en Thaïlande, où il est peu commun. Contrairement à la plupart des sternes Sterna, on la trouve presque exclusivement en eau douce, s’aventurant rarement même dans les ruisseaux de marée.

Cette espèce se reproduit de mars à mai en colonies dans des zones moins accessibles comme les bancs de sable des rivières. Elle niche dans une éraflure du sol, souvent sur de la roche nue ou du sable, et dépose trois œufs gris verdâtre à chamois, qui sont tachetés et striés de brun.

C’est une sterne de taille moyenne, de 38 à 43 cm de long avec les parties supérieures gris foncé, les parties inférieures blanches, une queue fourchue avec de longues banderoles flexibles et de longues ailes pointues. Le bec est jaune et les pattes rouges. Elle a une calotte noire en plumage nuptial. En hiver, la calotte est blanc grisâtre, mouchetée et striée de noir, elle a un masque sombre à travers l’œil et le bout du bec devient sombre.

Les sexes sont similaires mais les jeunes ont la tête brune, les parties supérieures grises marquées de brun, les côtés de la poitrine gris et les parties inférieures blanches. Le bec est jaunâtre avec une pointe sombre.

Comme les autres sternes sterna, la sterne de rivière se nourrit en plongeant pour chercher des poissons, des crustacés, des têtards et des insectes aquatiques dans les rivières, les lacs et les réservoirs. Son nombre diminue en raison de la pollution de son habitat.

La Sterne Pierregarin (Sterna hirundo) est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae. On l’appelle parfois l’hirondelle de mer, Estorlet ou Goélette.

Elle a une répartition circumpolaire et se reproduit dans les régions tempérées et subarctiques d’Europe, d’Asie et de l’est et du centre de l’Amérique du Nord. Elle est fortement migratrice, hivernant dans les régions côtières tropicales et subtropicales.

Cette sterne de taille moyenne mesure 34-37 cm de long avec une envergure de 70-80 cm. Elle est plus facilement confondue dans son aire de répartition avec la Sterne Arctique (Sterna paradisaea), la Sterne de Dougall (S. dougalli), la Sterne Antarctique (S. vittata) et la Sterne Sud-américaine (S. hirundinacea) similaires.

Son bec fin et pointu est rouge avec une pointe sombre. Ses longues pattes sont également rouges. Ses ailes supérieures présentent un coin primaire sombre, contrairement à la Sterne Arctique, où elles sont uniformément grises. Sa longue queue ne s’étend que jusqu’au bout des ailes de l’oiseau debout, contrairement aux Sternes Arctiques et de Dougall, qui s’étendent au-delà du bout des ailes. Elle n’est pas aussi pâle que la Sterne de Dougall et a des ailes plus longues.

En hiver, le front et les parties inférieures sont blancs. Les jeunes présentent une coloration rousse étendue et n’ont pas l’apparence « écailleuse » des Sternes de Dougall jeunes.

Le cri est un sifflement clair, comme celui de la Sterne Arctique, mais plus grave et moins strident.

Elle atteint parfois l’âge de 23 ans ou plus.

Cette espèce se reproduit en colonies sur les côtes et les îles et souvent à l’intérieur des terres sur des lacs d’eau douce appropriés. Cette dernière pratique est facilitée par la mise à disposition de « radeaux de sternes » flottants pour offrir une zone de reproduction sûre.

Elle pond de deux à quatre œufs. Comme beaucoup de sternes blanches, elle est très défensive de son nid et de ses petits et attaquera les humains et d’autres grands prédateurs, mais contrairement à la sterne arctique plus agressive, elle frappe rarement l’intrus, s’écartant généralement au dernier moment.

L’offrande de poisson par le mâle à la femelle fait partie de la parade nuptiale.

Comme toutes les sternes sterna, elle se nourrit en plongeant à la recherche de poissons, que ce soit en mer ou dans des lacs d’eau douce et de grandes rivières. Elle plonge généralement directement, et non en « vol stationnaire à gradins » privilégié par la Sterne Arctique.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Sterne à Joues Blanches (Sterna repressa) se trouve à Bahreïn, Djibouti, Égypte, Érythrée, Inde, Iran, Irak, Israël, Jordanie, Kenya, Koweït, Maldives, Oman, Pakistan, Qatar, Arabie saoudite, Seychelles, Somalie, Sud Afrique, Soudan, Tanzanie, Émirats arabes unis et Yémen.

Elle est semblable à la sterne pierregarin mais avec des ailes plus grises, une queue et des parties inférieures plus foncées, et un bec légèrement plus long et plus mince, mais il peut néanmoins y avoir confusion avec les «races sombres» de la Sterne Pierregarin.

La Sterne de Saunders (Sternula saundersi) est originaire de Bahreïn, d’Iran, d’Israël, du Kenya, de Madagascar, du Pakistan, d’Oman, d’Arabie saoudite, de Tanzanie, des Émirats arabes unis et du Yémen.

Malgré une large distribution, peu d’informations sont disponibles sur la biologie de reproduction de cette espèce. Cette étude a été réalisée sur les îles Farasan, en Arabie saoudite, pour documenter certains aspects de la biologie de reproduction de cette espèce à l’aide d’une petite caméra de surveillance. De tels systèmes de caméras peuvent révéler la routine d’incubation de cette espèce dans un environnement aussi hostile. La température du sol à midi en mars peut atteindre jusqu’à 50 °C, tandis que la température du sol à minuit peut n’atteindre que 20 °C, laissant ainsi les œufs sans surveillance même pendant quelques minutes, en particulier pendant les parties les plus chaudes et les plus froides de la journée, peut faire échouer l’incubation. Cette énorme variation des températures au sol entre le jour et la nuit a donné une excellente occasion de tester le mécanisme comportemental utilisé par les parents pour maintenir la température optimale des œufs afin de protéger leurs œufs. Il a pu être constaté que la fréquentation des nids augmente lorsque les températures s’écartent de la température optimale des œufs, et les nids sont incubés pendant plus de 90% du temps pendant les périodes les plus chaudes et les plus froides de la journée pour empêcher les œufs de subir des températures extrêmes.

La Sterne Naine (Sternula albifrons) est un oiseau marin de la famille des Sternidae. Elle était autrefois placée dans le genre Sterna, qui est maintenant limité aux grandes sternes blanches.

Elle se reproduit sur les côtes et les voies navigables intérieures d’Europe tempérée et tropicale et d’Asie. Elle est fortement migratrice, hivernant dans les océans subtropicaux et tropicaux aussi loin au sud que l’Afrique du Sud et l’Australie.

Il existe trois sous-espèces, les albifrons nominaux présents en Europe jusqu’en Afrique du Nord et en Asie occidentale ; guineae d’Afrique occidentale et centrale; et sinensis de l’Asie de l’Est et des côtes nord et est de l’Australie.

C’est une petite sterne de 21-25 cm de long avec une envergure de 41-47 cm.

Il est peu probable qu’elle soit confondue avec d’autres espèces, à l’exception de la Sterne Néréis et la Sterne de Saunders, en raison de sa taille et de son front blanc en plumage nuptial.

Son bec fin et pointu est jaune avec une pointe noire et ses pattes sont également jaunes. En hiver, le front est plus largement blanc, le bec est noir et les pattes plus ternes.

L’appel est un croassement fort et distinctif.

La Sterne naine se reproduit en colonies sur les côtes et les îles de gravier ou de galets. Il pond deux à quatre œufs au sol.

Comme toutes les sternes blanches, elle défend son nid et de ses petits et attaquera les intrus.

Comme la plupart des autres sternes blanches, la Sterne naine se nourrit en plongeant à la recherche de poissons, généralement dans des environnements salins.

L’offrande de poisson par le mâle à la femelle fait partie de la parade nuptiale.

La Sterne Arctique (Sterna paradisaea) est un oiseau marin de la famille des Sternidae. Cet oiseau a une répartition circumpolaire, se reproduisant de manière coloniale dans les régions arctiques et subarctiques d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord (aussi loin au sud que la Bretagne et le Massachusetts). L’espèce est fortement migratrice, voyant deux étés chaque année alors qu’elle migre de ses aires de reproduction du nord vers les océans autour de l’Antarctique et retour chaque année. Il s’agit de la plus longue migration régulière de tous les animaux connus.

C’est une sterne de taille moyenne, d’une longueur de 33 à 39 centimètres et d’une envergure de 76 à 85 cm. Le plumage est principalement gris et blanc, le bec est rouge (aussi long que la tête, droit, avec des gonys prononcés) et des pieds, un front blanc, une nuque (arrière du cou) et une calotte (striée de blanc) et des joues blanches. Le manteau gris (dos) mesure 305 mm et les scapulaires (plumes des épaules) sont frangées de brun, certaines à bout blanc. Le dessus de l’aile est gris avec un bord d’attaque blanc, et le col est complètement blanc, tout comme le croupion. La queue profondément fourchue est blanchâtre, avec des toiles externes grises. La couronne postérieure aux couvertures auriculaires est de retour.

Elle défend agressivement son nid et ses jeunes. Les parents les nourrissent de poissons pendant un temps considérable et les aident à voler vers le sud jusqu’en hiver.

Elle a une longue durée de vie ; beaucoup atteignent l’âge de vingt ans. Elle se nourrit principalement de poissons et de petits invertébrés marins. L’espèce est abondante, avec environ un million d’individus. Bien que la tendance du nombre d’individus dans l’ensemble de l’espèce ne soit pas connue, l’exploitation dans le passé a réduit le nombre de cet oiseau dans les parties méridionales de son aire de répartition.

La Sterne à Ventre Noir (Sterna acuticauda) se trouve le long des principaux systèmes fluviaux de l’Inde, se reproduisant généralement sur des flèches de sable ou une île sablonneuse. L’espèce vit entièrement à l’intérieur des terres et ne se rencontre pas sur les côtes.

Elle atteint une longueur de 32 à 35 cm. Les adultes reproducteurs ont un bec orange, une calotte et une nuque noires, une poitrine gris foncé et un ventre noirâtres. Les oiseaux non reproducteurs ont un ventre blanchâtre et n’ont pas de banderoles caudales et ont un bec orange avec une pointe sombre. Son habitat typique se compose de rivières et de marais de plaine, parfois de petits bassins et fossés, à des altitudes allant jusqu’à 730 m.

Malgré ses longues ailes, son vol est lent et implique beaucoup de battements. Elle effleure la surface de l’eau et du sol pour ramasser des insectes et plonge en biais dans l’eau pour se nourrir de crustacés, de têtards et de poissons. La reproduction a lieu de février à avril. Elle ne niche pas en colonie mais peut nicher avec d’autres oiseaux tels que les sternes de rivière (Sterna aurantia), les glaréoles (Glareola spp.) et les Bec-en-ciseaux à collier (Rynchops albicollis). Il émet un cri clair “peuo”.

Les principales menaces de cette espèces sont :

– Destruction de l’habitat de reproduction, car les îles et les flèches de sable des grands fleuves sont de plus en plus cultivées.

– Augmentation des perturbations et de la pollution provenant de l’industrie et de l’agriculture.

– Prédation par les chiens, chats et corvidés et collecte d’œufs pour l’alimentation.

– Surexploitation des produits des zones humides, comme l’extraction d’eau, l’extraction de sable et de gravier pour le développement et la pêche.

– Inondation des nids, souvent causée par les barrages.

La Sterne Bridée (Onychoprion anaethetus, anciennement Sterna anaethetus) est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae. C’est un oiseau des océans tropicaux.

La sous-espèce atlantique melanopters se reproduit au Mexique, dans les Caraïbes et en Afrique de l’Ouest; d’autres races se produisent autour de l’Arabie et en Asie du Sud-Est et en Australasie, mais le nombre exact de sous-espèces valides est contesté.

Cet oiseau est migrateur et dispersif, hivernant plus largement dans les océans tropicaux. Elle a des habitudes nettement marines par rapport à la plupart des sternes. Cette espèce est rare en Europe occidentale.

Elle se reproduit en colonies sur des îles rocheuses et niche dans une éraflure ou un trou au sol et pond un œuf.

Elle se nourrit en plongeant à la recherche de poissons en milieu marin, mais elle pêchera aussi en surface comme la Guifette Noire et la Sterne Hansel. Elle plonge généralement directement, et non à partir du « vol stationnaire » favorisé par la Sterne Arctique.

L’offrande de poisson par le mâle à la femelle fait partie de la parade nuptiale.

C’est une sterne de taille moyenne, mesurant 30 à 32 cm de long et avec une envergure de 77 à 81 cm semblable à celle de la Sterne Pierregarin, mais plus lourdement bâtie.

Les ailes et la queue profondément fourchue sont longues, et elle a les parties supérieures gris foncé et les parties inférieures blanches. Le front et les sourcils sont blancs, tout comme un collier frappant sur l’arrière du cou. Elle a les pattes et le bec noirs. Le jeune est d’un gris écailleux sur le dessus et pâle sur le dessous.

Il est peu probable que cette espèce soit confondue avec une autre sterne, à l’exception de la Sterne Fuligineuse à dos noir similaire et de la Sterne à dos gris du Pacifique tropical. Elle a le dos plus pâle que celui à dos fuligineux (mais pas aussi pâle que le dos gris) et a un front blanc plus étroit et un col pâle.

La Sterne Fuligineuse, Onychoprion fuscatus (anciennement Sterna fuscata, est un oiseau de mer de la famille des sternes (Sternidae). C’est un oiseau des océans tropicaux, se reproduisant sur les îles de toute la zone équatoriale. Elle est également appelées hirondelle de mer.

Il s’agit d’une grande sterne, de taille similaire à la sterne caugek, mesurant 33-36 cm de long avec une envergure de 82-94 cm. Les ailes et la queue profondément fourchue sont longues, et elle a les parties supérieures gris foncé et les parties inférieures blanches. Elle a les pattes et le bec noirs. Les jeunes sont d’un gris écailleux au-dessus et au-dessous. Il est peu probable que la sterne fuligineuse soit confondue avec une autre sterne, à l’exception de la sterne Bridée légèrement plus petite. Elle a le dos plus foncé que cette espèce et a un front blanc plus large et aucun collier de cou pâle.

L’appel est un fort et perçant ker-wack-a-wack ou kvaark.

Cet oiseau est migrateur et dispersif, hivernant plus largement dans les océans tropicaux. Il a des habitudes très marines par rapport à la plupart des sternes. Cette espèce est rare en Europe occidentale, bien qu’un oiseau ait été présent dans la baie de Cemlyn, au Pays de Galles pendant 11 jours en juillet 2005. Elle ne se trouve pas non plus normalement sur les côtes du Pacifique des Amériques en raison de ses habitudes pélagiques.

Elle se reproduit en colonies sur des îles rocheuses ou coralliennes. Elle niche dans un trou ou une éraflure du sol et pond un à trois œufs. Elle se nourrit en pêchant des poissons à la surface dans des environnements marins, souvent en grands groupes, et vient rarement à terre sauf pour se reproduire, et peut rester en mer (planer ou flotter sur l’eau) pendant 3 à 10 ans.

Sur l’île de Pâques, cette espèce et la Sterne à dos gris sont collectivement connues sous le nom de manutara. Le manutara jouait un rôle important dans le rituel du tangata manu (« homme-oiseau ») : celui qui était hopu (champion) pouvait récupérer le premier œuf de manutara de l’îlot Motu Nui deviendrait le tangata manu de cette année-là ; son clan bénéficierait d’un accès privilégié aux ressources, en particulier aux œufs d’oiseaux marins.

GUIFETTES

La Guifette Moustac (Chlidonias hybridus) est un oiseau marin de la famille des sternes Sternidae. Cet oiseau a un certain nombre de races géographiques, différant principalement par la taille et les détails mineurs du plumage. Le nom scientifique vient du fait que cette sterne des marais, la plus grande, présente des similitudes d’apparence à la fois avec les sternes blanches et avec la Guifette Noire.

Elle se reproduit dans les régions plus chaudes d’Europe et d’Asie. Les formes tropicales sont résidentes, mais les oiseaux européens et asiatiques hivernent au sud jusqu’en Afrique et en Asie du Sud.

Cette espèce se reproduit en colonies dans les marais intérieurs, parfois parmi les mouettes rieuses, qui offrent une certaine protection.

C’est la plus grande des guiffettes (25 cm). La taille, la calotte noire, le bec fort (29-34 mm chez les mâles, 25-27 mm et plus trapu chez les femelles, avec un gonys prononcé) et un vol qui rappelle celui de la Sterne Pierregarin ou Arctique, mais la queue courte, fourchue et foncée le plumage nuptial gris au-dessus et au-dessous sont typiquement des caractéristiques de la sterne des marais.

L’adulte d’été a les joues blanches et les pattes et le bec rouges. La calotte est mouchetée de blanc chez le jeune, et la calotte postérieure est plus uniformément noirâtre, bien que chez l’adulte en hiver elle soit également mouchetée de blanc. Les couvertures auriculaires noires sont jointes au noir de la couronne postérieure, et l’espace au-dessus est tacheté de blanc, faisant apparaître le noir comme une bande en forme de C. Les côtés du cou sont blancs; cela continue parfois à travers la nuque. Le col est moins nettement défini. Tout au long de l’année, le croupion est gris pâle.

Chez le jeune, le manteau (279 mm) présente un motif panaché. Les plumes du dos et des scapulaires (plumes des épaules) sont brun foncé, avec de larges bordures chamois et souvent des barres ou des centres chamois subterminal. Il y a généralement un mélange de nouvelles plumes grises, en particulier sur le manteau, assez tôt à l’automne. Le manteau est gris argenté chez l’adulte.

En hiver, le front devient blanc et le plumage du corps d’un gris beaucoup plus pâle. Les jeunes ont un dos écailleux de gingembre et ressemblent par ailleurs beaucoup aux adultes hivernaux. Le premier plumage d’hiver est intermédiaire entre l’hiver juvénile et l’hiver adulte, avec du gingembre inégal sur le dos.

L’appel est un krekk caractéristique.

Elle se nourrit de petits poissons, d’amphibiens, d’insectes et de crustacés.

La Guifette Leucoptère (Chlidonias leucopterus) est une petite sterne avec une vaste aire de répartition qui s’étend sur de grandes parties de l’Europe jusqu’à l’Asie et l’Australie.

On la trouve généralement dans ou à proximité de plans d’eau douce.

Il existe des différences considérables entre leurs plumages d’hiver et d’été, étant principalement de corps noir avec des ailes supérieures pâles pendant la saison estivale et principalement de corps blanc avec des ailes plus foncées pendant l’hiver.

Sa vaste aire de reproduction s’étend de l’Europe centrale et orientale (y compris le nord-ouest de l’Italie) à la Sibérie, le Transbaïkal et le nord de la Mongolie jusqu’au pays de l’Amour dans l’Extrême-Orient russe. Elle se reproduit également en Nouvelle-Zélande.

Les populations d’Europe du Nord migrent en grands groupes vers le sud vers l’Afrique pour l’hiver et celles plus à l’est migrent pour hiverner en Chine, au Myanmar, à travers la péninsule malaise, Singapour, le détroit de Malacca, Bornéo, Java, Sulawesi, les Philippines, la Nouvelle-Guinée, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Zélande (où l’on trouve également des oiseaux nicheurs).

Ce sont des oiseaux rares en Amérique du Nord, où elle se trouve principalement le long de la côte atlantique, mais quelques enregistrements existent sur la côte du Pacifique et à l’intérieur des terres dans la région des Grands Lacs.

Elle se trouve dans les marais et les lacs frais du niveau de la mer jusqu’à environ 2 000 m. Pendant la migration, on la trouve dans les eaux côtières. Pendant l’hiver, elle habite les côtes rocheuses, les rivières, les rizières, les lagunes et les terres agricoles sèches.

Elle mesure entre 20 à 27 cm et pèse environ 63 grammes.

Le bec noir court et trapu mesure environ 22 à 25 mm de long. Les pattes sont rougeâtres.

Plumage nuptial : Corps principalement noir, ailes blanches, queue et croupion presque blancs.

Plumage d’hiver : Principalement des parties supérieures blanc grisâtre, avec une strie noire et blanche coiffée, des ailes extérieures sombres et des parties inférieures blanches.

Vol : Leurs battements d’ailes sont superficiels et tranquilles.

Les jeunes ressemblent en apparence aux adultes non reproducteurs, mais peuvent être identifiés par leur calotte entièrement noire.

Les oiseaux en plumage d’hiver ressemblent à la Guifette moustac plus grande et plus longue; mais elle peut être identifiée par le croupion blanc qui contraste avec le reste du corps.

Les oiseaux nicheurs ressemblent à la sterne noire, mais elle a principalement des ailes supérieures blanches et des doublures d’ailes noires. En hiver, elle est plus pâle que la Guifette Noire et n’a pas de taches sombres sur les épaules.

Elle s’hybride avec la Guifette Noire en Suède, aux Pays-Bas et peut-être en Angleterre (Chew Valley Lake). Ces oiseaux présentent des caractères mixtes des deux espèces, en particulier une combinaison du dos sombre du Noir à ailes blanches et des taches sombres sur la poitrine de la Guifette noire.

Elle se nourrit principalement d’insectes et de petits poissons, ainsi que de grenouilles et d’autres créatures aquatiques. Elle vole généralement lentement au-dessus de l’eau pour ramasser des proies à la surface de l’eau ou en vol, ou ils les font prendre dans la végétation. Elle ne plonge pas pour se nourrir.

Elle se reproduit généralement entre avril et août en petites colonies avec environ 20 à 40 autres couples. La nidification a généralement lieu dans les marais d’eau douce.

Le nid de coupe peu profond est construit à partir de petites tiges de roseau et d’autres matières végétales, et généralement placé sur une végétation flottante dans un marais ou sur le sol très près de l’eau.

La couvée moyenne se compose de 2 à 4 œufs lisses et légèrement brillants qui sont incubés pendant 18 à 22 jours jusqu’à l’éclosion.

La Guifette Noire, Chlidonias niger, est une petite sterne que l’on trouve généralement dans les eaux intérieures ou à proximité de celles-ci en Europe et en Amérique du Nord. Comme son nom l’indique, son plumage est majoritairement foncé.

L’adulte mesure 25 cm de long, avec une envergure de 61 cm et pèse 62 g.

Elle a de courtes pattes sombres et un bec court et noir d’apparence faible, mesurant 27-28 mm, presque aussi long que la tête. Le bec est long, mince et semble légèrement courbé. Elle a un dos gris foncé, un front blanc, une tête, un cou noirs (parfois imprégnés de gris chez l’adulte) et un ventre, une calotte noire ou brun noirâtre (qui s’unit en couleur avec les couvertures auriculaires, formant un capuchon presque complet) , et une queue “carrée” gris brunâtre clair. Le visage est blanc. Il y a une grande tache triangulaire foncée devant l’œil et un collier blanc assez large chez les jeunes. Il y a des taches brun grisâtre sur les côtés de la poitrine blanche, une extension vers le bas du plumage des parties supérieures. Ces marques varient en taille et ne sont pas visibles. En plumage non nuptial, la plupart du noir, à l’exception du chapeau, est remplacé par du gris. Le plumage des parties supérieures est terne, avec des liserés de plumes pâles. Le croupion est gris brunâtre.

L’espèce nord-américaine, C. n. surinamensis, se distingue de la forme européenne dans tous les plumages, et est considérée par certains comme une espèce distincte.

En vol, la carrure semble mince. Les battements d’ailes sont pleins et dynamiques, et le vol est souvent erratique car elle plonge à la surface pour se nourrir ; semblable à d’autres espèces de sternes.

L’hybridation entre cette espèce et la Guifette Leucoptère a été signalée en Suède et aux Pays-Bas. Deux jeunes à Chew Valley Lake, en Angleterre, en septembre 1978 et septembre 1981, étaient également considérés comme des hybrides; ils présentaient des caractères mixtes des deux espèces, en particulier une combinaison d’un manteau sombre (une caractéristique du noir à ailes blanches) avec des taches sombres sur la poitrine (une caractéristique de la sterne noire, non représentée par le noir à ailes blanches).

Son habitat de reproduction est constitué de marais d’eau douce dans la majeure partie du Canada, le nord des États-Unis et une grande partie de l’Europe et de l’Asie occidentale. Elle niche généralement soit sur du matériel flottant dans un marais, soit sur le sol très près de l’eau, pondant 2 à 4 œufs.

Les oiseaux d’Amérique du Nord migrent vers les côtes du nord de l’Amérique du Sud, certaines vers l’océan. Les oiseaux du Vieux Monde hivernent en Afrique.

Contrairement aux sternes « blanches » Sterna, elle ne plonge pas pour le poisson, mais se nourrit sur l’aile en ramassant des objets à la surface de l’eau ou près de celle-ci ou en attrapant des insectes en vol. Elle se nourrit principalement d’insectes et de poissons ainsi que d’amphibiens.

La population nord-américaine a diminué ces derniers temps en raison de la perte d’habitat.

Le parc national de la Pointe-Pelée au Canada abrite une solide population de Guifette Noire.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Hrušovská zdrž

GYGIS

La Gygis Blanche (Gygis alba) est un petit oiseau marin que l’on trouve dans les océans tropicaux du monde. Elle est entièrement blanche avec un long bec noir, apparentée aux Noddis. Son aire de répartition s’étend largement à travers les océans Pacifique et Indien, et niche également dans certaines îles de l’Atlantique. Elle niche sur des îles coralliennes, généralement sur des arbres aux branches fines mais aussi sur des corniches rocheuses et sur des structures artificielles. Elle se nourrit de petits poissons qu’elle capture en plongeant.

Cette petite sterne est réputée pour pondre son œuf sur de fines branches nues dans une petite fourche ou une dépression sans nid. Ce comportement est inhabituel pour les sternes, qui nichent généralement au sol, et même le Noddy noir qui niche dans les arbres construit un nid. On pense que la raison de l’absence de nids est la réduction des parasites des nids, qui chez certains oiseaux marins coloniaux peuvent entraîner l’abandon d’une colonie entière. Malgré ces avantages, des coûts sont associés à la nidification dans les arbres, car les œufs et les poussins sont susceptibles d’être délogés par les vents violents. Pour cette raison, la elle est également rapide à repondre si elle perd l’œuf.

Les poussins nouvellement éclos ont des pattes bien développées pour s’accrocher à leur site de nidification précaire. C’est un oiseau à longue durée de vie, ayant été enregistré vivant pendant 17 ans.

NODDIS

Le Noddi Brun (Anous stolidus) est un oiseau marin tropical avec une répartition mondiale.

Il se trouve d’Hawaï à l’archipel des Tuamotu et de l’Australie dans l’océan Pacifique, de la mer Rouge aux Seychelles et à l’Australie dans l’océan Indien et dans les Caraïbes jusqu’à Tristan da Cunha dans l’océan Atlantique.

C’est le plus grand des Noddis avec un plumage principalement brun et des marques blanchâtres sur le front.

On peut le distinguer du Noddi Noir étroitement apparenté par sa plus grande taille et son plumage, qui est brun foncé plutôt que noir.

Il niche en colonies généralement dans des situations élevées sur des falaises ou dans des arbres ou des arbustes courts. Il ne niche qu’occasionnellement au sol. La couvée moyenne se compose d’un seul œuf et une seule couvée est produite chaque saison.

Le Noddi Noir (Anous minutus) ou Noddi à Cape Blanche est un oiseau marin de la famille des sternes qui est parfois considéré comme conspécifique (une seule et même espèce) avec le Noddy Brun.

Il ressemble au Noddy brun (A. stolidus) étroitement apparenté, sauf qu’il est de plus petite taille et a un plumage plus foncé, une calotte plus blanche, un bec plus long et plus droit et une queue plus courte.

Il a une répartition mondiale dans les mers tropicales et subtropicales. Les colonies sont répandues dans l’océan Pacifique et plus dispersées dans les Caraïbes, l’Atlantique central et dans le nord-est de l’océan Indien.

En mer, on le voit généralement près de ses colonies de reproduction à moins de 80 km du rivage. Les oiseaux retournent dans les colonies ou sur d’autres îles pour se percher la nuit.

Leur nid est une plate-forme plate, souvent créée dans les branches d’arbres par une série de feuilles séchées recouvertes de fientes d’oiseaux. Les nids sont réutilisés les années suivantes. Ils ne pondent qu’un œuf par saison.

Le Noddi Marianne (Anous tenuirostris) ou Noddi à bec grêle est une sterne trouvée aux Comores – une nation insulaire de l’océan Indien, située au large de la côte orientale de l’Afrique, au Kenya (Afrique de l’Est), au Libéria (côte ouest de l’Afrique), à Maurice (nation insulaire au large côte du continent africain dans le sud-ouest de l’océan Indien), les Seychelles (océan Indien), l’Afrique du Sud et les Émirats arabes unis.

BEC-EN-CISEAUX

Le Bec-en-Ciseaux à Collier (Rynchops albicollis) est une espèce d’oiseau, l’un des trois membres de la famille des Bec-en-Ciseaux. On le trouve dans le sud de l’Asie où il est réparti de manière inégale et en déclin en nombre.

Il mesure 40-43 cm de long avec une envergure de 108 cm. Il est noir dessus et blanc dessous avec un col et un front blancs. Les ailes sont longues et pointues avec un bord blanc. La queue courte et fourchue est blanche avec des plumes centrales noirâtres. Le bec long et épais est orange avec une pointe jaune et, comme les autres Bec-en-Ciseaux, a la mandibule inférieure qui est plus longue que la mandibule supérieure. Les pattes et les pieds sont rouges.

Les adultes non reproducteurs sont plus ternes et plus bruns que les oiseaux nicheurs. Les jeunes sont gris-brun dessus avec des franges pâles sur les plumes du dos et des ailes. La tête est plus blanche que chez les oiseaux adultes et le bec est brun orangé avec une pointe sombre.

Il a un cri aigu et nasillard mais il est plutôt silencieux.

On le trouve sur les grands fleuves et lacs, les marécages et les zones humides côtières comme les estuaires. Il est plus fréquent en eau douce, en particulier pendant la saison de reproduction. Les colonies de reproduction se trouvent sur des îles ou des flèches sablonneuses, généralement dans des rivières.

Son aire de répartition est devenue de plus en plus fragmentée au cours des dernières décennies. On le trouve encore dans certaines parties du Pakistan, du nord et du centre de l’Inde, du Bangladesh et de la Birmanie et était autrefois présent au Laos, au Cambodge et au Vietnam. C’est un visiteur non reproducteur rare au Népal.

Il cherche de la nourriture en volant bas au-dessus de l’eau avec le bec ouvert et la mandibule inférieure glissant dans l’eau. Il se nourrit principalement de poissons mais aussi de petits crustacés et de larves d’insectes. Il se nourrit souvent au crépuscule et toute la nuit.

Il se reproduit en colonies comptant jusqu’à 40 couples, souvent avec des sternes et d’autres oiseaux. Le nid est une simple éraflure au sol. Les œufs sont généralement pondus entre mars et mai. Ils sont chamois ou blancs avec des taches et des stries brunes. Il y a trois à cinq œufs dans une couvée.

L’espèce a une population décroissante de 6 000 à 10 000 individus et est classée vulnérable par l’UICN. Il est menacé par la perte et la dégradation de son habitat, la pollution et les perturbations causées par les humains. La plupart des colonies ne sont pas protégées, mais certaines se trouvent dans des réserves naturelles telles que le Sanctuaire de Chambal en Inde.

LABBES

Le Labbe Antarctique (Stercorarius antarctica) est un oiseau de mer qui se reproduit dans les zones subantarctiques et antarctiques et se déplace plus au nord lorsqu’il ne se reproduit pas.

Il s’hybride avec les Labbes de McCormick et du Chili.

Il se nourrit de poissons (souvent par cleptoparasitisme – en volant des proies à un autre), de petits mammifères, de restes, de poussins, d’œufs et de charognes.

Le Labbe de McCormick (Stercorarius maccormicki) ou Labbe Antarctique est une espèce d’oiseau de mer appartenant à la famille des stercorariidés. Elle commémore le chirurgien naval, l’explorateur et naturaliste britannique Robert McCormick. C’est un grand oiseau de 53 cm de long.

Cette espèce et les autres grands labbes de l’hémisphère sud, ainsi que le grand labbe, sont parfois placés dans un genre distinct Catharacta.

Il se reproduit sur les côtes de l’Antarctique, pondant généralement deux œufs en novembre et décembre. Comme les autres labbes, il n’hésitera pas à fondre sur la tête d’un humain ou d’un autre intrus s’approchant de son nid. C’est un migrateur qui hiverne en mer dans les océans Pacifique Indien et Atlantique. Dans l’est de l’Atlantique Nord, il est remplacé par le Grand Labbe.

Il se nourrit principalement de poisson, qu’il obtient souvent en volant les goélands, les sternes et même les fous de Bassan de leurs prises. Il attaquera et tuera également directement d’autres oiseaux marins.

Comme la plupart des autres espèces de labbes, il continue ce comportement de pirate tout au long de l’année, montrant moins d’agilité et plus de force brute que les plus petits labbes lorsqu’il harcèle ses victimes.

Il est relativement simple de distinguer ce labbe des labbes arctiques, pomarins et à longue queue de l’hémisphère nord. La grande taille, la poitrine massive et les ailes blanches de cet oiseau se distinguent même à distance. Le vol est direct et puissant.

L’identification de ce labbe est plus compliquée lorsqu’il est nécessaire de le distinguer des grands labbes étroitement apparentés de l’Atlantique Nord et des autres grands labbes de l’hémisphère sud.

Les adultes ont le dessus brun grisâtre et ont une tête et des parties inférieures blanchâtres (forme pâle) ou brun paille (forme intermédiaire).

Les jeunes et les adultes aux formes sombres sont plus difficiles à distinguer de leurs parents, et des critères plus subjectifs ou difficiles à observer, tels que le plumage brun plus froid et la base du bec bleu, doivent être utilisés.

Les problèmes d’identification rendent problématiques les allégations de labbes de l’hémisphère sud dans l’est de l’Atlantique Nord, et peu de mentions de labbes polaires du sud ont été acceptées en Europe occidentale. Des problèmes similaires se produisent, bien sûr, avec les revendications extra-limites du Grand Labbe.

Le Labbe Parasite (Stercorarius parasiticus) est un oiseau marin de la famille des labbes Stercorariidae.

Cette espèce se reproduit dans le nord de l’Eurasie et de l’Amérique du Nord, avec des populations importantes aussi loin au sud que le nord de l’Écosse. Il niche dans la toundra sèche, les collines plus élevées et les îles, pondant jusqu’à quatre œufs brun olive. Il est généralement silencieux, à l’exception des notes de nouvelles et de lamentations lorsqu’il est sur les aires de reproduction. Comme les autres labbes, il volera à la tête d’un humain ou d’un renard s’approchant de son nid. Bien qu’il ne puisse pas infliger de dommages sérieux, c’est généralement suffisant pour repousser l’ennemi.

C’est un migrateur, hivernant en mer dans les tropiques et les océans austral.

Dans les îles britanniques, il se reproduit dans les Shetland et les Orcades, dans les Hébrides extérieures, à Sutherland, à Caithness et dans certaines îles d’Argyll.

L’identification de ce labbe est compliquée par ses similitudes avec le Labbe à Longue Queue et le Labbe Pomarin, et l’existence de trois phases de couleur.

C’est l’un des plus petits labbes d’environ 41 cm de long, à l’exclusion des plumes centrales pointues de la queue de l’adulte d’été, qui peuvent ajouter environ 7 cm supplémentaires.

Les adultes en phase claire ont un dos brun, des parties inférieures principalement blanches et des rémiges primaires sombres avec une tache blanche. La tête et le cou sont blanc jaunâtre avec une calotte noire et il y a une projection centrale pointue de la queue.

Les adultes en phase sombre sont brun foncé et les oiseaux en phase intermédiaire sont sombres avec le dessous, la tête et le cou un peu plus pâles. Toutes les phases ont le flash d’aile blanche.

Les jeunes sont encore plus problématiques et sont difficiles à séparer des Labbes à Longue Queue au-dessus de la mer. Ils sont plus volumineux, ont des ailes plus courtes et ressemblent moins à des sternes que cette espèce, mais présentent le même large éventail de variations de plumage. Le vol ressemble plus à celui d’un faucon. Cependant, ils ont généralement des tons plus chauds que ceux à longue queue, avec des nuances plus brunes que grises.

Cet oiseau se nourrit de rongeurs, de petits oiseaux et d’insectes mais vole aussi les proies des goélands et des sternes. Comme les plus grandes espèces de labbes, il continue ce comportement de pirate tout au long de l’année, faisant preuve d’une grande agilité alors qu’il harcèle ses victimes.

Le Labbe Pomarin (Stercorarius pomarinus) se reproduit dans l’extrême nord de l’Eurasie et de l’Amérique du Nord; et migrent pour hiverner en mer dans les océans tropicaux.

Il a une tache blanche sur l’aile. Les deux plumes centrales des adultes reproducteurs sont allongées, en forme de cuillère et tordues par rapport à l’horizontale.

Il se présente sous trois formes de couleur (mutations génétiques):

– Les adultes de forme claire ont un dos brun, un dessous principalement blanc et des plumes primaires sombres, à l’exception d’une tache blanche. La tête et le cou sont blanc jaunâtre à l’exception de la calotte noire.

– Les adultes de forme sombre ont un plumage brun foncé.

– Les adultes de forme intermédiaire ont un plumage supérieur foncé et un plumage inférieur, la tête et le cou plus pâles.

Les jeunes ressemblent à des adultes. Ils ressemblent au labbe arctique.

Il ressemble aux labbes arctiques, mais sont plus gros, ont des ailes plus larges et ressemblent moins à des faucons. Il est plus gros que le Goéland Cendré.

Il niche dans la toundra et les îles de l’Arctique. La couvée moyenne se compose de 2 à 3 œufs brun olive qui sont placés dans une dépression tapissée d’herbe sur le sol.

Il est très protecteur de son site de nidification et initiera des attaques aériennes agressives contre les têtes des humains ou d’autres intrus qui s’approchent du nid.

Il se nourrit principalement de lemmings (petits rongeurs), d’autres rongeurs, d’abats, de restes et de petits oiseaux. Il tuera des oiseaux jusqu’à la taille du Goéland Cendré. Il volera également les goélands, les sternes et même les plus gros fous de Bassan de leurs proies.

09-06-2021 09-06-2021

COURVITES

Les courvites se reproduisent dans les régions plus chaudes de l’Afrique et de l’Asie du Sud. Ils ont de longues pattes, des ailes courtes et de longs becs pointus qui se courbent vers le bas. Bien que classés comme échassiers, ils habitent les déserts et les régions arides similaires. Ils chassent les insectes à vue et les poursuivent à pied.

Le Courvite Isabelle (Cursorius curseur), est une espèce d’échassiers de la famille des Glareolidae. Bien que classé comme échassier, c’est un oiseau de campagne sèche et ouverte, de préférence semi-désertique, où il chassent généralement des insectes en courant sur le sol.

On le trouve aux îles Canaries, au Cap-Vert, en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Ouest. Deux œufs sont pondus dans une éraflure au sol. La saison de reproduction s’étend de février à septembre, mais il peut également se reproduire en automne et en hiver lorsque les conditions locales (en particulier les précipitations) sont favorables. Il est partiellement migrateur, avec des oiseaux du nord et du nord-ouest hivernant en Inde, en Arabie et à travers la bordure sud du Sahara. Certains oiseaux se reproduisent également dans les régions désertiques du sud du nord-ouest de l’Inde et du Pakistan. Il est rare au nord de son aire de répartition, mais cette espèce est présente jusqu’en Finlande, en Irlande et en Grande-Bretagne.

Il a de longues pattes et de longues ailes. Il a un bec légèrement incurvé. Le plumage du corps est de couleur sable, passant au blanchâtre sur le bas du ventre. Les rémiges primaires du dessus des ailes et le dessous des ailes sont noirs. La calotte et la nuque sont grises, et il y a une bande oculaire noire et un sourcil blanc.

En vol, cette espèce ressemble à un glaréole avec ses battements d’ailes détendus, ses ailes pointues et son dessous d’aile sombre.

Le Courvite de Coromandel (Cursorius coromandelicus), est une espèce d’échassier trouvée en Asie du Sud continentale, principalement dans les plaines délimitées par le système fluvial du Gange et de l’Indus. Comme les autres courvites, c’est un oiseau terrestre que l’on peut trouver en petits groupes alors qu’il se nourrit d’insectes dans un environnement semi-désertique ouvert et sec.

Il est répandu en Asie du Sud et chevauche d’autres espèces telles que le Courvite Isabelle. Cette espèce est cependant de couleur plus vive que le Courvite Isabelle et a une bande oculaire noire plus large qui commence à la base du bec. La calotte est châtain et la poitrine est rousse. La nuque a une tache noire foncée où se rencontrent les longues plumes plus longues formant une bande blanche. En vol, le croupion apparaît blanc et le bout de l’aile n’est pas aussi noir contrasté que chez le Coursvite Isabelle. Le mâle et la femelle se ressemblent.

Les longues pattes sont blanchâtres et, comme chez les autres courvites, il n’a que trois orteils pointés vers l’avant.

L’espèce est étroitement apparentée aux autres courvites de la région et est considérée comme une super-espèce avec le Courvite Isabelle (Cursorius curseur), le Courvite de Burchell (Cursorius rufus) et le Courvite de Temminck (Cursorius temminckii).

Cette espèce est présente dans les pays secs caillouteux, broussailleux ou rocheux, mais rarement sur les terrains sablonneux de la vallée de l’Indus à l’est du Bangladesh et au sud jusqu’à la pointe de l’Inde péninsulaire. Il se rencontre parfois dans la zone sèche du nord du Sri Lanka. Les zones de forêts humides sont évitées. Dans le sud de l’Inde, la zone la plus sèche de la côte est, la région de Coromandel, où il n’est pas rare, lui donne le nom d’espèce. On le trouve également de manière inégale dans d’autres parties de la péninsule.

Cet oiseau est généralement vus en petits groupes. Il se trouve généralement là où l’herbe n’est pas plus haute qu’eux, car les hautes herbes bloquent sa vue. Il se nourrit d’insectes principalement des termites, des coléoptères, des grillons et des sauterelles ramassés au sol dans des champs de chaume ou non cultivés. Il court par à-coups sur le sol mais s’envole avec un cri rauque et grinçant “gwaat”. Le vol est puissant avec des battements d’ailes rapides. Il vole bas et commence à courir après l’atterrissage.

Il se reproduit principalement de mars à août. Des enregistrements existent à partir de la mi-mai dans le sud de l’Inde et au Sri Lanka et de la mi-avril à Darbhanga. Il niche dans une éraflure sur un sol caillouteux nu en pondant 2 ou 3 œufs tachetés et bien camouflés qui sont très sphériques. Les poussins sont de couleur protectrice et en état d’alerte, ils s’accroupissent et restent immobiles, ce qui les rend extrêmement difficiles à repérer. Les adultes ne crient pas ou ne paradent pas lorsque le nid ou les poussins sont approchés. Les poussins sont capables de se déplacer dès l’éclosion, mais sont d’abord nourris par les parents et commencent à se nourrir seuls après une semaine.

Les habitats arides et ouverts utilisés par le courser indien sont menacés par les activités humaines telles que la construction et l’agriculture. Dans certaines parties du Gujarat, l’espèce était très commune dans les terres ouvertes et en jachère couvertes d’herbes courtes, mais a disparu dans de nombreuses régions. Dans certaines régions, l’activité véhiculaire et l’industrialisation ont détruit des habitats où elles se trouvaient auparavant.

Le Courvite de Jerdon (Rhinoptilus bitorquatus) est un oiseau endémique de l’État d’Andhra Pradesh, en Inde. Il est surtout actif la nuit et, comme les vanneaux et autres courvites, il préfère marcher, bien qu’il puisse très bien voler. C’est l’une des trois espèces du genre Rhinoptilus, les deux autres espèces (Courvite à Triple Collier (Rhinoptilus cinctus) et Courvite à Ailes Bronzées (Rhinoptilus chalcopterus)) présentes en Afrique.

Il fut decouvert pour la première fois par Thomas C. Jerdon, un chirurgien britannique, en 1848, de l’ancien Andra Pradesh. L’un des documents historiques de 1867 plaçait l’oiseau près de Sironcha, qui tombe maintenant dans le Maharashtra; un autre l’a placé dans la région de Bhadrachalam qui tombe dans l’état de Telangana nouvellement formé. Ce sont les limites nord et il n’y a pas d’enregistrements récents de ces endroits. Le reste des documents historiques provient du sud de l’Andhra Pradesh – principalement des districts de Kadapa, Nellore, Chittor et Anantapur.

C’est l’une des espèces d’oiseaux les plus rares au monde et est classée en danger critique d’extinction (CR) par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). On croyait que l’espèce était éteinte jusqu’à ce qu’elle soit redécouverte en 1986 près du village de Reddipalli, dans le district de Cuddapah de l’Andhra Pradesh, en Inde. Le site où il a été redécouvert a été désigné comme le sanctuaire de Sri Lankamaleswara. Depuis 2000, des recherches sur le Courvite de Jerdon et son habitat ont été menées par la Bombay Natural History Society (BNHS) avec la Royal Society for the Protection of Birds (RSPB) et les universités de Reading et Cambridge, soutenues par l’Initiative Darwin et l’Andhra Pradesh Forest Department (APFD). Des progrès considérables ont été réalisés dans l’élaboration de techniques d’enquête pour détecter sa présence et décrire les besoins généraux en matière d’habitat. Cependant, il est clairement nécessaire de poursuivre les recherches pour obtenir des informations de base sur l’espèce, principalement par le biais d’études de radiotélémétrie qui sont vitales pour sa survie. De plus, l’espèce est soumise à une forte pression en raison de pratiques de développement et de gestion non durables.

GLARÉOLES

Les Glaréoles se trouvent dans les parties les plus chaudes du Vieux Monde – du sud de l’Europe et de l’Afrique à l’est en passant par l’Asie jusqu’en Australie. Ceux qui nichent dans les régions tempérées sont des migrateurs de longue distance.

Il a des pattes courtes, de très longues ailes pointues et une longue queue fourchue.

Même s’il est classé parmi les échassiers (oiseaux de rivage), il chasse souvent des insectes en vol mais il se nourrit également au sol. Son bec court est adapté à l’alimentation aérienne.

Son vol est rapide, avec de nombreux changements de direction pour poursuivre ses proies. Il est plus actif à l’aube et au crépuscule, et il passe généralement la partie la plus chaude de la journée perché.

La couvée moyenne se compose de deux à quatre œufs qui sont généralement pondus sur le sol dans une éraflure nue.

La Glaréole à Collier (Glareola pratincola) est un échassier de la famille des Glareolidae. Le nom du genre est un diminutif du latin glarea, « gravier », faisant référence à un habitat de nidification typique des glaréoles. Le nom d’espèce pratincola signifie un habitant des prairies, du latin pratum, prati, “pré” et incola, “habitant”, de incolere, “habiter”.

Cette glaréole mesure 24 à 28 cm de long avec une envergure de 60 à 70 cm. Elle a des pattes courtes, de longues ailes pointues, une longue queue fourchue et un bec court, qui est une adaptation à l’alimentation aérienne. Le dos et la tête sont bruns et les ailes sont brunes avec des rémiges plus foncées. Le ventre est blanc. Le dessous des ailes est châtain, mais semble sombre en dessous.

De très bonnes vues sont nécessaires pour distinguer cette espèce des autres glaréoles, telles que la glaréole à ailes noires et la glaréole orientale, qui peuvent être présentes dans son aire de répartition. Cette dernière espèce a également un dessous d’aile marron, mais la queue est plus courte.

Les glaréoles sont inhabituelles parmi les échassiers en ce sens qu’elles chassent généralement les insectes en vol comme les hirondelles, bien qu’elles puissent également se nourrir au sol.

L’espèce pond 2 à 4 œufs au sol.

Le glaréole à collier est un oiseau de rase campagne, et est souvent vu près de l’eau le soir, à la recherche d’insectes. On le trouve dans les régions les plus chaudes de l’Europe, du sud-ouest de l’Asie et de l’Afrique. Il est migrateur, hivernant en Afrique tropicale, et est rare au nord de l’aire de reproduction.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Glaréole Orientale (Glareola maldivarum) est un échassier de la famille des glaréoles, Glareolidae.

Le nom du genre est un diminutif du latin glarea, « gravier », faisant référence à un habitat de nidification typique des glaréoles. Le nom de l’espèce maldivarum fait référence à la localité type, l’océan près des îles Maldives; le spécimen type, capturé vivant en mer, a survécu un mois sur les mouches.

Elle a des pattes courtes, de longues ailes pointues et une longue queue fourchue. Elle a un bec court adapté à l’alimentation aérienne. Le dos et la tête sont bruns et les ailes sont brunes avec des rémiges noires. Le ventre est blanc. Le dessous des ailes est marron. De très bonnes vues sont nécessaires pour distinguer cette espèce des autres glaréoles, telles que la Glaréole à Collier très similaire, qui a également un dessous d’aile marron, et la Glaréole à Ailes Noires qui partage les rémiges noires sur le dessus des ailes et l’absence de bord de fuite blanc à l’aile . Ces caractéristiques ne sont pas toujours facilement visibles sur le terrain, d’autant plus que le dessous des ailes du châtaignier apparaît noir à moins d’obtenir d’excellentes vues.

2-3 œufs sont pondus au sol.

On la trouve dans les régions les plus chaudes de l’Asie du Sud et de l’Est, se reproduisant du nord du Pakistan et de la région du Cachemire jusqu’en Chine et au sud-ouest. Elle est migratrice, hivernant à la fois en Inde et au Pakistan, en Indonésie et en Australasie.

Elle est rare au nord ou à l’ouest de l’aire de reproduction, mais, étonnamment, cette espèce est apparue plus d’une fois jusqu’en Grande-Bretagne. Le premier enregistrement pour le Paléarctique occidental a eu lieu dans le Suffolk, en Angleterre, en juin 1981. Le 7 février 2004, 2,5 millions de glaréoles orientales ont été enregistrées sur Eighty Mile Beach dans le nord-ouest de l’Australie par l’Australasian Wader Studies Group. Il n’y avait eu auparavant aucun enregistrement de cette ampleur et on suppose que les conditions météorologiques ont poussé une grande partie de la population mondiale de cette espèce à se rassembler dans une zone.

La Glaréole Lactée (Glareola lactea), est un petit échassier de la famille des Glaréoles, Glareolidae résident en Inde, au Pakistan occidental, au Bangladesh, en Birmanie, au Laos, au Cambodge, au Sri Lanka et en Thaïlande. Elle se reproduit de décembre à mars sur des bancs de gravier ou de sable près des rivières et des lacs, pondant 2 à 4 œufs dans une éraflure au sol. Les zones de reproduction comprennent de petites zones dans le nord du Karnataka (district de manvi raichur. (et le long de la rivière Hemavathi) et le nord du Kerala près de Kannur.

Cette espèce ne mesure que 16,5-18,5 cm de long, avec une envergure de 42-48 cm. En raison de sa petite taille, elle peut être brièvement confondue en vol avec des martinets ou des hirondelles.

Elle a des pattes courtes, de longues ailes pointues et une queue courte. Son bec court est une adaptation à l’alimentation aérienne. Au sol, elle semble principalement gris pâle (d’où lacté, laiteux). La couronne de la tête est brune.

Les ailes sont grises sur le dessus avec des primaires noires et des barres noires et blanches sur le bord arrière des rémiges intérieures. Le dessous des ailes est principalement noir. La queue est blanche avec un triangle terminal noir. Le ventre est blanc.

C’est une espèce de rase campagne, et est souvent vue près de l’eau le soir, à la recherche d’insectes.

07-06-2021 07-06-2021

Les Scolopacidae (ou scolopacidés en français) sont une famille d’oiseaux constituée de 21 genres et de plus de 90 espèces vivantes. Ces espèces sont nommées bécasses, bécassines, bécassins, barges, courlis, maubèche (ou bartramie), chevaliers, tournepierres, bécasseaux, combattants et phalaropes.

BÉCASSE

La Bécasse des Bois est un échassier de taille moyenne à petite que l’on trouve dans les régions tempérées et subarctiques d’Eurasie.

Le mâle effectue un vol nuptial connu sous le nom de «roding» au crépuscule au printemps. Lorsqu’elle est menacée, la femelle peut porter des poussins entre ses pattes, dans ses griffes ou sur le dos en volant, bien que cela soit rarement observé. La population mondiale est estimée entre 14 et 16 millions d’oiseaux.

Les adultes mesurent de 33 à 38 cm de long, y compris le bec droit de 6 à 8 cm de long, et ont une envergure de 55 à 65 cm. Elle a un camouflage cryptique adapté à son habitat boisé, avec des parties supérieures brun rougeâtre et des parties inférieures de couleur chamois. Ses yeux sont placés loin en arrière sur sa tête pour lui donner une vision à 360 degrés. Elle sonde le sol à la recherche de nourriture avec son long bec sensible, ce qui la rend vulnérable au froid lorsque le sol reste gelé. La tête est barrée de noir, non rayée comme celle de ses proches parents, la bécassine.

Les ailes sont arrondies et la base du bec est de couleur chair avec une pointe foncée. Les pattes varient du gris au rosâtre. L’espèce est sexuellement dimorphique, le mâle étant beaucoup plus gros que la femelle, bien que les sexes ne puissent pas être séparés sur le terrain.

Elle est crépusculaire (plus active à l’aube et au crépuscule) et rarement active pendant la journée à moins qu’elle ne soit dérangée, lorsqu’elle s’envole avec un vrombissement des ailes. Son vol est semblable à celui d’une chouette ou d’une chauve-souris; elle vole rapidement et directement lors de sa migration ou de sa traversée en pleine nature, mais elle vole de manière erratique en se tordant et en flottant une fois dans la forêt. Elle est généralement solitaire et migre seule, mais peut se rassembler lorsque les conditions météorologiques ou géographiques l’y oblige.

BÉCASSINES

Une bécassine est l’une des 20 espèces d’oiseaux échassiers très similaires caractérisées par un bec très long et mince et un plumage cryptique. Les bécassines de la famille des Scolopacidés appartiennent soit aux petits genres Coenocorypha (les bécassines néo-zélandaises) et Lymnocryptes, soit aux quelque 15 bécassines typiques du genre Gallinago. Ces derniers sont les plus proches parents des bécasses, tandis que les petits genres représentent des divergences antérieures dans le clade bécassine / bécasse. Bécassine est un diminutif de bécasse dont le nom est tiré du mot latin « beccum » dérivé du gaulois (le nom correspondant à bec en latin classique étant « rostrum »).

Elles recherchent des invertébrés dans la boue avec un hochement de “machine à coudre” avec leurs longs becs.

La plupart ont des affichages distinctifs, généralement donnés à l’aube ou au crépuscule.

Certaines espèces de bécassines ont été chassées pour la nourriture et le sport depuis l’invention du fusil de chasse. Ils peuvent être des cibles extrêmement difficiles, confondant même les chasseurs très qualifiés avec leur vol erratique, leurs couleurs inattendues, leur excellent camouflage naturel et le terrain dangereux et difficile qu’elles habitent généralement.

La Bécassine Sourde, Lymnocryptes minimus, est un petit échassier trapu. C’est la plus petite bécassine, et la seule du genre Lymnocryptes qui est tout à fait distincte des autres bécassines ou bécasses.

Son habitat de reproduction est constitué de marais, de tourbières, de toundra et de prairies humides à courte végétation dans le nord de l’Europe et le nord de la Russie. Elle niche dans un endroit bien caché sur le sol, pondant 3-4 œufs.

Elle est migratrice et hiverne en Grande-Bretagne, en Europe côtière de l’Atlantique et de la Méditerranée, en Afrique et en Inde.

Elle se nourrit dans la terre meuble, sondant ou ramassant principalement des insectes et des vers de terre, également des matières végétales.

Elle est plus petite que la Bécassine des Marais et a un bec relativement plus court. Le corps est marbré de brun sur le dessus et pâle en dessous. Elle a une bande sombre à travers l’œil. Les ailes sont pointues et étroites, et des rayures jaunes sur le dos sont visibles en vol. Elle est difficile à voir car son plumage la fond dans leur habitat. Lorsqu’elle se déplace, elle a un mouvement de balancement distinctif, comme si l’oiseau était sur des ressorts.

Le motif de sa tête de diffère de celui de la Bécassine des Marais et des autres espèces du genre Gallinago, qui ont une bande centrale sur la couronne; au lieu de cela, elle a deux bandes latérales pâles sur la couronne, qui sont séparées du sourcil par une zone de plumage sombre.

Le mâle effectue une démonstration aérienne pendant la parade nuptiale et a un chant semblable au bruit d’un cheval au galop. Elle est silencieuse en hiver.

Elle peut être discrète sur ses aires d’hivernage et, par conséquent, est difficiles à observer. En conséquence, les ornithologues amateurs ont développé une technique spécialisée pour trouver l’espèce. Cela implique de marcher dans son habitat marécageux jusqu’à ce qu’un oiseau soit dérangé et vole. Elle s’accroupira et ne s’envolera pas tant que l’intrus ne soit à moins d’un mètre. Elle vole ensuite sur une courte distance avant de retomber dans la végétation.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Bécassine Solitaire, Gallinago solitaria, est un petit échassier trapu. Elle se reproduit de manière discontinue dans les montagnes de l’Asie orientale, dans l’est de la Russie, au Kazakhstan, au Kirghizistan et en Mongolie. De nombreux individus sont sédentaires dans les hautes montagnes ou se déplacent simplement en descente par mauvais temps, mais d’autres sont non migrateurs et hivernent dans le nord-est de l’Iran, au Pakistan, dans le nord de l’Inde et au Japon.

C’est une bécassine grosse et lourde de 29 à 31 cm de long avec un corps trapu et des pattes relativement courtes pour un échassier. Ses parties supérieures, sa tête et son cou sont striées et ornées de rayures brun moyen et de bords blanchâtres jusqu’aux plumes formant des lignes le long du dos. Le visage est blanchâtre. La poitrine est brun gingembre et le ventre est blanc avec des barres brunes sur les flancs. Le bec brun et noir est long, droit et assez élancé. Les pattes et les doigts sont olive jaunâtre à brun jaunâtre. Tous les plumages sont similaires, mais les femelles sont en moyenne plus grandes.

Elle émet un cri rauque au moment de son décollage et a un cri très fort lors de la saison des amours.

Elle se distingue des autres bécassines par sa poitrine rousse, son visage blanchâtre et ses lignes blanches sur le dos. Son vol est relativement lent et lourd.

Elle se reproduit dans les tourbières de montagne et les vallées fluviales au-dessus de la limite forestière, généralement entre 2 400 m et 5 000 m. On le trouve souvent dans des marais et marécages similaires à des altitudes plus basses lorsqu’elle ne se reproduit pas ou en migration.

Elle construit un nid d’herbe sèche en forme de soucoupe dans les zones les plus sèches de sa zone humide de reproduction. Le nid est caché dans une touffe dense d’herbe ou de carex.

Cet oiseau produit un spectacle aérien, qui consiste à voler haut en cercles, suivi d’une puissant voûte pendant lequel l’oiseau émet un son de «tambourinage», causé par les vibrations des plumes extérieures modifiées de la queue.

Elle se nourrit en poussant son long bec profondément dans la boue à la recherche d’invertébrés, tels que les insectes et les vers, les graines et les plantes. Elle se laisse facilement approcher, mais si elle se snt en danger, elle s’accroupit et son plumage cryptique fournit un camouflage efficace lorsque l’oiseau se tient immobile parmi la végétation des marais. Lorsqu’elle est dérangée, elle retombe dans le marais après un court vol lent.

La Bécassine des Bois (Gallinago nemoricola) se reproduit dans l’Himalaya du nord de l’Inde, du Népal, du Bhoutan et du sud de la Chine. En hiver, elle se produit à des altitudes plus basses dans l’Himalaya, en tant que visiteur régulier en petit nombre au nord du Vietnam. Elle se produit également dans le centre et le sud de l’Inde, au Sri Lanka, au Bangladesh, au Myanmar, dans le nord de la Thaïlande et au Laos.

C’est une bécassine noire, de 28 à 32 cm de long, avec un bec court et large. Elle se reproduit dans les prairies alpines au-dessus de 3000 mètres, se déplaçant vers des altitudes plus basses en hiver.

Cette espèce est classée vulnérable, avec une population de moins de 10 000 oiseaux. Les principales menaces qui pèsent sur son existence sont la perte d’habitat et la chasse. Elle a été enregistrée dans certaines aires protégées, notamment les parcs nationaux du Langtang et Sagarmatha au Népal.

La Bécassine à Queue Pointue, Gallinago stenura, est un petit échassier trapu. Elle se reproduit dans le nord de la Russie et migre pour passer la saison de non-reproduction dans le sud de l’Asie, du Pakistan à l’Indonésie. C’est la bécassine migratrice la plus répandue dans le sud de l’Inde, au Sri Lanka et dans une grande partie de l’Asie du Sud-Est.

Son habitat de reproduction est constitué de marais humides et de toundra dans l’Arctique et la Russie boréale. Les oiseaux dans leur aire de non-reproduction utilisent une variété de zones humides, souvent avec la Bécassine des Marais, mais peuvent également être trouvés dans des habitats plus secs. Elle niche dans un endroit bien caché sur le sol.

Elle se nourrit dans la boue ou le sol meuble, sondant ou ramassant de la nourriture à vue. Elle se nourrit principalement d’insectes et de vers de terre, mais aussi de certaines matières végétales.

Cet oiseau de 25 à 27 cm de long est similaire à la Bécassine des Marais mais avec un bec et une queue plus courte. Les adultes ont de courtes pattes gris verdâtre et un long bec droit foncé. Le corps est marbré de brun sur le dessus, avec des lignes crème sur le dos. Ils sont pâles dessous avec une poitrine chamois striée et un ventre blanc. Ils ont une bande sombre à travers l’œil, avec des rayures claires au-dessus et en dessous. Les mâles et les femelles se ressemblent, et les jeunes ne diffèrent que par les détails mineurs du plumage.

Les ailes sont moins pointues que la Bécassine des Marais et n’ont pas le bord de fuite blanc de cette espèce. La queue plus courte et la trajectoire de vol plus plate une fois dérangée ont également rendu la distinction avec la Bécassine des Marais.

Les mâles s’affichent souvent en groupe, avec un chant « tcheka » répétitif et puissant qui a un crescendo de sons pétillants et bourdonnants, ainsi que des sifflement produits en vol par les plumes de la queue extérieures en forme d’épingle qui donnent à cette espèce son nom anglais. L’appel normal est un squik faible.

La Bécassine de Swinhoe, Gallinago megala, est un échassier migrateur de taille moyenne (longueur 27-29 cm, envergure 38-44 cm, poids 120 g).

Identifiable par son plumage noir, brun, chamois et blanc aux motifs cryptiques, mais pas facilement distinguée de la Bécassine du Japon et de la Bécassine à Queue Pointue sur le terrain.

Elle se reproduit principalement en Sibérie centrale et méridionale et en Mongolie. Toute la population migre et passe la saison de non-reproduction principalement dans l’est et le sud de l’Inde, au Sri Lanka, dans le sud-est de la Chine, en Asie du Sud-Est et en Nouvelle-Guinée.

Elle habite les clairières et prairies forestières. En période de non-reproduction, elle habite les zones humides d’eau douce peu profondes de divers types, y compris les rizières et les fermes d’épuration, avec de la boue nue ou des eaux peu profondes pour se nourrir, avec une couverture végétale à proximité.

Son régime alimentaire se compose principalement de petits invertébrés, y compris les vers de terre, les mollusques et les insectes.

L’espèce est réputée pour son vol d’apparat et « tambourinage » par les mâles.

En raison de son aire de répartition étendue et de l’absence de signes de déclin significatif de la population, l’espèce est évaluée comme étant peu préoccupante.

Swinhoe’s Snipe

La Bécassine des Marais (Gallinago gallinago) est un petit oiseau de rivage trapu.

Son habitat de reproduction est constitué de marais, de tourbières, de toundra et de prairies humides en Islande, aux îles Féroé, dans le nord de l’Europe et en Russie. Elle nidifie dans un endroit bien caché sur le sol.

Les oiseaux européens hivernent dans le sud de l’Europe et en Afrique, et les migrants asiatiques se déplacent vers l’Asie du sud tropicale.

Les adultes mesurent de 23 à 28 cm de long avec une envergure de 39 à 45 cm. Ils ont de courtes pattes gris verdâtre et un très long bec droit foncé. Le corps est marbré de brun sur le dessus et pâle en dessous. Ils ont une bande sombre à travers l’œil, avec des rayures claires au-dessus et en dessous. Les ailes sont pointues.

Elle se nourrit dans la terre meuble, sondant ou ramassant de la nourriture à vue. Elle mange principalement des insectes et des vers de terre, également des matières végétales.

Le mâle exécute une démonstration de «vannage» pendant la parade nuptiale, volant haut en cercle puis plonge peu profondément pour produire un son distinctif.

Cette espèce ressemble étroitement à la Bécassine de Wilson, G. delicata, d’Amérique du Nord, qui était jusqu’à récemment considérée comme une sous-espèce G. g. delicata de Bécassine des Marais. Cette dernière diffère des espèces nord-américaines en ayant un bord blanc plus large aux ailes, et sept paires de plumes de la queue au lieu de huit.

Il existe deux autres races de bécassine commune; G.g. faeroeensis en Islande, aux îles Féroé, aux Shetland et aux Orcades, et G. g. gallinago dans le reste de l’Ancien Monde. Cette dernière est une espèce à laquelle s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Cet oiseau bien camouflé est généralement timide et se cache près de la végétation au sol et ne s’envole que lorsqu’elle est approchée de près. Elle s’envole dans une série de zig-zags aériens pour confondre les prédateurs. Les chasseurs de bécassines (snipe en anglais) devaient donc être très habiles pour chasser ces oiseaux et ils ont fini par être appelés tireurs d’élite (sniper) – un terme adopté plus tard par l’armée.

BÉCASSIN

Le Bécassin d’Asie (Limnodromus semipalmatus) est un limicole rare de taille moyenne à grande qui se trouve naturellement en Asie et en Australie.

Il se reproduit dans les zones humides herbeuses de l’intérieur du nord de l’Asie et migrent pour hiverner en Asie du sud-est jusqu’au nord de l’Australie. Il se trouve principalement sur les côtes pendant la migration et l’hivernage.

Les adultes ont un plumage supérieur foncé et un plumage rougeâtre dessous en plumage nuptial. La queue a un motif barré noir et blanc. Le plumage d’hiver est en grande partie gris.

Il a les pattes sombres et un long bec droit et sombre qui est un peu plus court que celui du Bécassin à Long Bec.

Il ressemble à la Barge Rousse; cependant sa méthode d’alimentation de type “machine à coudre” et son cri facilite son identification.

Il se nourrit principalement d’insectes, de mollusques, de crustacés et de vers marins, mais mange également des végétaux. Il se nourrit en sondant dans des eaux peu profondes ou sur de la boue humide.

COURLIS

Le Courlis Corlieu (Numenius phaeopus) est un échassier de la grande famille des Scolopacidés. C’est l’un des courlis les plus répandus, se reproduisant dans une grande partie de l’Asie subarctique et de l’Europe jusqu’au sud de l’Écosse. Cette espèce et le courlis hudsonien ont récemment été séparés, bien que certaines autorités taxonomiques les considèrent toujours comme des congénères.

C’est un oiseau migrateur hivernant sur les côtes d’Afrique et d’Asie du Sud jusqu’en Australasie. C’est aussi un oiseau côtier pendant la migration. Il est assez grégaire en dehors de la saison de reproduction.

C’est un échassier assez grand bien que de taille moyenne en tant que membre du genre courlis. Le nom anglais imite l’appel de l’oiseau. Le nom de genre Numenius vient du grec ancien noumenios, un oiseau mentionné par Hésychius. Il est associé au courlis car il semble être dérivé de neos, “nouveau” et mene “lune”, faisant référence au bec en forme de croissant. Le nom de l’espèce phaeopus est le nom latin médiéval de l’oiseau, du grec ancien phaios, « sombre » et pous, « pied ».

Il mesure 37 à 47 cm de longueur, 75 à 90 cm d’envergure et 270 à 493 g. Il est principalement brun grisâtre, avec un dos et un croupion blancs (sous-espèces N. p. phaeopus et N. p. alboaxillaris uniquement), et un long bec recourbé (le plus long chez la femelle adulte) avec un pli plutôt qu’une courbe lisse. Il est généralement méfiant.

Le cri habituel est un sifflement ondulant.

Les seules espèces communes similaires sur la majeure partie de l’aire de répartition de cet oiseau sont les courlis plus grands. Il est plus petit, a un bec plus court et courbé et a une bande centrale de la couronne et de fortes supercilies.

Cette espèce se nourrit en sondant la terre meuble à la recherche de petits invertébrés et en ramassant de petits crabes et des proies similaires à la surface. Avant la migration, les baies deviennent une partie importante de son alimentation.

Le nid est une éraflure nue sur la toundra ou la lande arctique. Trois à cinq œufs sont pondus. Les adultes sont très défensifs de la zone de nidification et attaqueront même les humains qui s’approchent trop près.

Vers la fin du 19ème siècle, la chasse sur leurs routes de migration a eu un lourd tribut sur le nombre de cet oiseau; la population s’est rétablie depuis.

Dans les îles britanniques, il se reproduit en Écosse, en particulier autour des Shetland, des Orcades, des Hébrides extérieures ainsi que du continent à Sutherland et Caithness.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Courlis Cendré, Numenius arquata, est un échassier de la grande famille des Scolopacidés. En Europe, cette espèce est souvent appelée « le courlis », et en Écosse, un nom familier est « whaup ».

C’est l’un des courlis les plus répandus, se reproduisant dans les régions tempérées d’Europe et d’Asie.

Le plus grand échassier de sa gamme, avec une longueur de 50 à 57 cm et une envergure de 1 m. Il est principalement brun grisâtre, avec un dos blanc et un très long bec recourbé. Les mâles et les femelles sont identiques, mais le bec est le plus long chez la femelle adulte. Il n’est généralement pas possible de reconnaître le sexe d’un seul Courlis eurasien, ni même de plusieurs car il y a beaucoup de variations ; Cependant, il est généralement possible de distinguer le mâle et la femelle d’un couple.

La seule espèce similaire dans la majeure partie de l’aire de répartition du Courlis est le Courlis corlieu (N. phaeopus). Il est plus petit et a un bec plus court avec un pli plutôt qu’une courbe lisse.

Les oiseaux volants peuvent ressembler à une Barge Rousse (Limosa lapponica) en plumage d’hiver, mais cette espèce est plus petite, a un bec légèrement retourné et ses pattes sont à peine plus longues que le bout de la queue; chez le Courlis eurasien, les pattes sont plus longues, formant une « pointe » bien visible.

Il s’agit d’une espèce migratrice sur la majeure partie de son aire de répartition, hivernant en Afrique, dans le sud de l’Europe et en Asie du sud. Il est présent toute l’année dans le climat plus doux de l’Irlande, de la Grande-Bretagne et des côtes européennes adjacentes.

L’appel familier, d’où cet oiseau tire son nom, est un fort curloo-oo.

Il est généralement méfiant. Très grégaire en dehors de la saison de reproduction, il se nourrit en sondant la terre meuble à la recherche de petits invertébrés, mais il ramassera également de petits crabes et des vers de terre à la surface si l’occasion se présente.

Le nid est une éraflure nue sur la taïga, la prairie ou un habitat similaire. 3 à 6 œufs sont pondus en avril/mai et incubés pendant environ un mois jusqu’à l’éclosion.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Anciennement classée comme espèce de préoccupation mineure par l’UICN, il est soupçonné d’être plus rare qu’on ne le pense généralement. Suite à l’évaluation de la taille de sa population, cela s’est avéré correct, et il est par conséquent surclassé au statut Quasi menacé en 2008 ; bien qu’il soit encore un oiseau assez commun, son nombre diminue sensiblement.

BARGES

La Barge Rousse (Limosa lapponica) est un grand échassier de la famille des Scolopacidés, qui se reproduit sur les côtes arctiques et la toundra principalement dans l’Ancien Monde, et hiverne sur les côtes des régions tempérées et tropicales de l’Ancien Monde. Il fait le plus long vol sans escale connu pour n’importe quel oiseau et aussi le plus long voyage sans s’arrêter pour se nourrir par aucun animal, 11 680 kilomètres le long d’un itinéraire de l’Alaska à la Nouvelle-Zélande.

C’est une espèce de barge à pattes relativement courtes. La longueur du bec à la queue est de 37–41 cm, avec une envergure de 70–80 cm. Les mâles sont en moyenne plus petits que les femelles mais avec beaucoup de chevauchement; les mâles pèsent 190–400 g, tandis que les femelles pèsent 260–630 g; il existe également des variations régionales de taille. L’adulte a les pattes bleu-gris et un très long bec foncé avec une légère courbe ascendante et rose à l’extrémité. Le cou, la poitrine et le ventre sont d’un rouge brique ininterrompu en plumage nuptial, blanc cassé en hiver. Le dos est gris chiné.

Elle se distingue de la Barge à Queue Noire par sa queue barrée plutôt qu’entièrement noire et par l’absence de barres alaires blanches. L’espèce la plus similaire est le Bécassin d’Asie.

C’est un migrant non reproducteur en Australie. La reproduction a lieu chaque année en Scandinavie, en Asie du Nord et en Alaska.

Le nid est une coupe peu profonde en mousse et est soit tapissé de végétation, soit non tapissé. Les deux sexes partagent l’incubation des œufs et prennent soin des jeunes.

Elle migre en groupes vers l’Europe occidentale côtière, l’Afrique, l’Asie du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

En 2007, il a été démontré qu’elle effectuait le vol sans escale le plus long de tous les oiseaux. Grâce au suivi par satellite, les oiseaux de Nouvelle-Zélande ont été marqués et suivis jusqu’à la mer Jaune en Chine. Selon le Dr Clive Minton (Australasian Wader Studies Group) “La distance entre ces deux emplacements est de 9 575 kilomètres (5 950 mi), mais la piste réelle parcourue par l’oiseau était de 11 026 kilomètres (6 851 mi). C’est le plus long vol ininterrompu de tout oiseau Le vol a duré environ neuf jours.

Une femelle spécifique du troupeau, surnommée «E7», a volé en avant de la Chine à l’Alaska, et y est restée pour la saison de reproduction. Puis le 29 août 2007, elle a décollé sur un vol sans escale de la péninsule d’Avinof dans l’ouest de l’Alaska, à la rivière Piako, près de Thames en Nouvelle-Zélande, établissant un nouveau record de vol connu de 11 680 kilomètres (7258 mi).

Des oiseaux errants d’Europe et d’Asie apparaissent parfois sur les deux côtes nord-américaines.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

La Barge à Queue Noire, Limosa limosa, est un grand oiseau de rivage à longues pattes et à long bec décrit pour la première fois par Carolus Linnaeus en 1758. C’est un membre du genre Limosa, les barges. Il existe trois sous-espèces, toutes avec la tête, le cou et la poitrine orange en plumage nuptial et une coloration hivernale gris-brun terne, et une barre alaire noire et blanche distinctive en tout temps.

Son aire de reproduction s’étend de l’Islande à l’Europe et aux régions d’Asie centrale. Les barges à queue noire passent l’hiver dans des régions aussi diverses que l’Australie, l’Europe occidentale et l’Afrique de l’Ouest. L’espèce se reproduit dans les fens, les bords des lacs, les prairies humides, les landes et les tourbières et utilise les estuaires, les marécages et les inondations en hiver; elle est plus susceptible de se trouver à l’intérieur des terres et en eau douce que la Barge Rousse. La population mondiale est estimée à 634 000 à 805 000 oiseaux et est classée comme quasi menacée.

C’est un gros échassier avec un long bec (de 7,5 à 12 cm de long), un long cou et des longues pattes. Pendant la saison de reproduction, le bec a une base jaunâtre ou rose orangé et une pointe foncée; la base est rose en hiver. Les pattes sont gris foncé, brunes ou noires. Les mâles et les femelles se ressemblent, mais en plumage nuptial, ils peuvent être différenciés par la poitrine, le cou et la tête orange plus vif et plus étendu du mâle. En hiver, l’adulte a la poitrine et les parties supérieures brun-gris uniformes (contrairement au dos strié de la Barge Rousse). Les jeunes ont une marque orange pâle au cou et à la poitrine.

En vol, sa barre alaire noire et blanche audacieuse et son croupion blanc sont facilement visibles. Lorsqu’elle est au sol, il peut être difficile de la différencier de la Barge Rousse similaire, mais le bec plus long, plus droit et les pattes plus longues de la Barge Rousse sont diagnostiques.

Elle mesure 42 cm du bec à la queue avec une envergure de 70–82 cm. Les mâles pèsent environ 280 g et les femelles 340 g. La femelle est environ 5 % plus grande que le mâle, avec un bec 12 à 15 % plus long. L’appel le plus courant est un « weeka weeka weeka weeka » strident. Une étude sur la barge à queue noire aux Pays-Bas a révélé un taux de mortalité de 37,6 % au cours de la première année de vie, 32 % au cours de la deuxième année et 36,9 % par la suite.

Elle a une aire de reproduction discontinue qui s’étend de l’Islande à l’extrême est de la Russie. Son habitat de reproduction est composé de vallées fluviales et des grands lacs, les steppes humides, les tourbières surélevées et les landes. Une proportion importante de la population européenne utilise désormais des habitats secondaires: prairies humides de plaine, marais côtiers de pâturage, pâturages, zones humides à proximité des étangs à poissons ou des égouts, et lagunes salines. La sélection peut également avoir lieu dans les champs de betteraves sucrières, de pommes de terre et de seigle aux Pays-Bas et en Allemagne.

Au printemps, la barge à queue noire se nourrit principalement dans les prairies, se déplaçant vers les estuaires boueux après la reproduction et pour l’hiver. Sur les aires d’hivernage africaines, les marécages, les inondations et les rizières irriguées peuvent attirer des volées d’oiseaux. En Inde, elle habite des mares intérieures, des lacs et des marais, et parfois des lacs saumâtres, des ruisseaux de marée et des estuaires.

Les barges de la population islandaise hivernent principalement au Royaume-Uni, en Irlande, en France et aux Pays-Bas, bien que certaines s’envolent pour l’Espagne, le Portugal et peut-être le Maroc. Les oiseaux de la sous-espèce limosa d’Europe occidentale volent vers le sud jusqu’au Maroc, puis vers le Sénégal et la Guinée-Bissau. Les oiseaux des populations d’Europe de l’Est migrent vers la Tunisie et l’Algérie, puis vers le Mali ou le Tchad. Les jeunes oiseaux des populations européennes restent en Afrique après leur premier hiver et reviennent en Europe à l’âge de deux ans. Les barges à queue noire d’Asie hivernent en Australie, à Taïwan, aux Philippines, en Indonésie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Elle est beaucoup plus susceptible de se trouver dans les zones humides intérieures que la Barge Rousse. Elle migre en groupes vers l’Europe occidentale, l’Afrique, l’Asie du Sud et l’Australie. Fait intéressant, bien que cette espèce soit présente en Irlande et en Grande-Bretagne toute l’année, ce ne sont pas les mêmes oiseaux. Les oiseaux nicheurs partent en automne, mais sont remplacés en hiver par la plus grande race islandaise. Ces oiseaux apparaissent occasionnellement dans les îles Aléoutiennes et, rarement, sur la côte atlantique de l’Amérique du Nord.

Elle est pour la plupart monogame; bien qu’elle n’ait pas été enregistrée dans une étude de quatre ans portant sur 50 à 60 couples, la bigamie était considérée comme “probablement fréquente”.

Une étude de la population islandaise a montré qu’en dépit de l’hivernage séparés, les couples sont réunis sur leurs aires de reproduction à trois jours d’intervalle en moyenne. Si l’un des partenaires n’arrive pas à l’heure, l’autre trouvera un remplaçant.

Elle niche en colonies lâches. Les mâles non appariés défendent un territoire temporaire et effectuent des vols de parade pour attirer un partenaire. Plusieurs éraflures de nid sont faites à l’écart du territoire de parade nuptiale et sont défendues contre d’autres barges. Une fois les œufs pondus, une zone de 30 à 50 mètres autour du nid est défendue. Le nid est une éraflure peu profonde sur le sol, généralement dans une végétation courte. Les œufs peuvent être cachés avec la végétation par le parent incubateur.

La couvée unique de trois à six œufs, de couleur vert olive à brun foncé, mesure 55 x 37 mm et pèse 39 g chacun (dont 6% en coquille). L’incubation dure de 22 à 24 jours et est effectuée par les deux parents. Les jeunes sont duveteux et précoces et couvent lorsqu’ils sont petits et la nuit par temps plus froid. Après l’éclosion, ils sont emmenés loin du nid et peuvent se déplacer vers des habitats tels que des fermes d’épuration, des bords de lacs, des marais et des vasières. Les poussins s’envolent au bout de 25 à 30 jours.

Ils se nourrissent principalement d’invertébrés, mais aussi de plantes aquatiques en hiver et en migration.

Pendant la saison de reproduction, les proies comprennent les coléoptères, les mouches, les sauterelles, les libellules, les éphémères, les chenilles, les vers annélides et les mollusques.

De temps en temps, des œufs de poisson, des œufs de grenouille et des têtards sont consommés. Dans l’eau, la méthode d’alimentation la plus courante consiste à sonder vigoureusement, jusqu’à 36 fois par minute, et souvent avec la tête complètement immergée.

Sur terre, la barges à queue noire sonde le sol meuble et ramassent également des proies à la surface.

En Europe, la barge à queue noire n’est chassée qu’en France, le total annuel tué étant estimé à 6 000 à 8 000 oiseaux. Cela met une pression supplémentaire sur la population d’Europe occidentale, et la Commission européenne a mis en place un plan de gestion pour l’espèce dans ses États membres.

La population mondiale est estimée entre 634 000 et 805 000 oiseaux et son aire de répartition est estimée à 7 180 000 kilomètres carrés. En 2006, BirdLife International a classé cette espèce comme quasi menacée en raison d’un déclin des effectifs d’environ 25% au cours des 15 années précédentes. Il fait également partie des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

CHEVALIERS

Le Chevalier Arlequin (Tringa erythropus) est un échassier qui se trouve naturellement à travers le cercle arctique, de la Scandinavie à l’Asie, et migrent vers le sud (sud de l’Europe, Afrique et Asie du Sud) pour l’hiver.

Il est surtout connu pour le vol d’apparat des mâles, décrit comme “des descentes d’une rapidité incroyable et des balayages ascendants de vitesse égale”, accompagnées de mouvements cliquetants des ailes et de chants. Ces parades nuptiales s’intensifient pendant les heures du crépuscule vers minuit.

Il se reproduit dans le nord de la Scandinavie et le nord-ouest de la Russie à travers le nord (zone forestière de) la Sibérie jusqu’à la péninsule de Chukotskiy en Asie du nord; et il migre vers le sud pour hiverner depuis l’Europe occidentale (le long des côtes) à travers la Méditerranée vers le sud jusqu’en Afrique équatoriale et même en Afrique du Sud, et vers l’est à travers le golfe Persique et l’Inde jusqu’en Asie du sud-est, au sud-est de la Chine et à Taïwan.

Son habitat de reproduction est constitué d’étangs, de marais et de tourbières; souvent partagé avec d’autres échassiers, y compris les bécasseaux, les Chevaliers Aboyeurs, les Bécassines et les Courlis Corlieu.

Ils forment des groupes et commencent leur migration vers le sud vers leurs aires d’hivernage dès juin et les mâles et les jeunes suivent en juillet et en août. Ils hivernent dans les estuaires boueux.

Il est protégé par l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Il mesure 29 à 33 cm de longueur, y compris la queue. Les longues pattes sont rougeâtres, tout comme le bec droit qui présente un léger pli près de l’extrémité.

Plumage nuptial: Plumage noir fuligineux avec des taches blanches sur le haut et le milieu du dos et une tache ovale blanche sur le bas du dos. Anneaux oculaires blancs.

Il se nourrit de petits invertébrés, comme les insectes aquatiques et leurs larves, ainsi que d’insectes, d’araignées et de vers.

Le Chevalier Gambette (Tringa totanus) est un échassier de taille moyenne que l’on trouve dans toute l’Europe, l’Afrique et l’Asie jusqu’à Sulawesi en Indonésie.

Parmi les espèces de Tringa, le Chevalier Gambette et le Chevalier Arlequin sont les seuls à avoir des pattes rouges. En dehors de la saison de nidification, ils se trouvent généralement le long des côtes maritimes.

Malgré leurs similitudes physiques, le Chevalier gambette n’est pas étroitement apparenté au Chevalier Arlequin. Au lieu de cela, le Chevalier Gambette partage ses ancêtres avec le Bécasseau des bois (Tringa glareola) et le Bécasseau des marais (Tringa stagnatilis).

Cet oiseau est méfiant et nerveux – et, lorsqu’il est dérangé, il est le premier à donner l’alarme aux autres échassiers à proximité.

Il se reproduit dans l’Eurasie tempérée et migre pour hiverner sur les côtes autour de la Méditerranée, sur la côte atlantique de l’Islande au sud de la Grande-Bretagne et dans une grande partie de l’Europe, de l’Afrique, du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud.

Certaines populations d’Europe occidentale (y compris celles présentes dans les îles britanniques) et même d’Islande sont résidentes (non migratrices), tout comme la plupart de celles présentes en Europe méridionale. Les oiseaux qui migrent le font en grands groupes allant jusqu’à 80, et la plupart des déplacements se font la nuit.

Ses habitats de reproduction préférés sont les marais, les prairies humides et les prairies. Pendant la saison hivernale, il se trouve principalement le long des côtes de la mer et parfois dans les marais et les zones humides de l’intérieur des terres, lorsque les marées hautes submergent leurs gîtes côtiers. Il évite généralement les zones intérieures et d’eau douce.

Ce Chevalier élancé mesure 27 à 29 cm de longueur, y compris la queue. Le bec rouge à pointe noire mesure environ 3 à 5 cm de long. Les pattes sont rougeâtres (devenant plus rouges chez les oiseaux nicheurs).

Le plumage nuptial est principalement brun marbré, légèrement plus pâle en dessous avec un motif de petites barres ou stries brunâtres quelque peu diffuses sur la poitrine et le cou. La croupe et le bas du dos blanchâtres sont plus facilement visibles en vol.

Le plumage d’hiver est plus clair avec moins de motifs. Le plumage supérieur est brun grisâtre uni.

Les jeunes ont les parties supérieures brunes et striées plus foncées. Le bec est d’un brun rougeâtre terne et les pattes sont de couleur jaune verdâtre.

Il se nourrit de petits invertébrés, tels insectes aquatiques et leurs larves, ainsi que d’insectes, d’araignées et de vers trouvés sur les rives rocheuses, boueuses ou sableuses. Il se nourrit à la fois pendant la journée et la nuit – fortement en fonction de la situation des marées.

Il est monogame et revient généralement au même site de nidification avec le même partenaire année après année. La nidification est précédée par la parade nuptiale du mâle, qui consiste en un chant de « yodel » ascendant et descendant fait en vol au cours duquel il fait vibrer ses ailes maintenues vers le bas.

Il niche dans des habitats de zones humides intérieures et côtières – dans les prairies humides intérieures, les marais salés côtiers, les landes marécageuses et les steppes à hautes herbes, où il niche souvent à des densités élevées. Il n’est pas très territoriauxl, mais protégera plutôt volontiers les nids des autres couples contre les prédateurs en les harcelant.

Le nid est généralement une dépression peu profonde sur le sol, près ou sous la végétation. Le mâle construit la base et la femelle tapisse le nid de brindilles et de feuilles.

La femelle pond 3 à 5 œufs (en moyenne), qui sont incubés pendant 22 à 29 jours. Les nouveau-nés se développent rapidement et sont capables de se disperser du nid pour se nourrir un jour seulement après l’éclosion. Cependant, ils restent proches de leurs parents pour se protéger. Au départ, les deux parents s’occupent de tous les jeunes, mais parfois, ils les séparent et les élèvent séparément.

Les jeunes à l’envol sont indépendants vers l’âge de 25 à 35 jours. Ils ne produisent généralement qu’une seule couvée par saison.

Ce sont des oiseaux méfiants et bruyants qui alertent tout le reste avec leur cri fort. Leurs appels émis en vol sont décrits comme étant bruyants teu-hoo ou teu-hoo-hoo. En cas d’alarme, l’intensité et la vitesse augmentent.

Il est protégé par l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Chevalier Aboyeur, Tringa nebularia, est un échassier de la grande famille des Scolopacidae, les échassiers typiques. Son parent le plus proche est le Grand Chevalier et le Chevalier Arlequin avec lesquels ils forme un groupe très uni. Ces trois espèces présentent toutes les couleurs de base des pattes et des pieds retrouvées chez les Chevaliers, démontrant que ce caractère est paraphylétique (quand il ne rassemble pas tous les descendants d’une espèce souche qu’il contient). Ce sont également les plus gros Chevalier à part le Willet, qui est dans l’ensemble plus robuste. Le Grand Chevalier et le Chevalier Aboyeur partagent un motif de poitrine grossier, sombre et assez net, ainsi que beaucoup de noir sur les épaules et le dos en plumage nuptial.

C’est un oiseau subarctique qui se reproduit du nord de l’Écosse vers l’est à travers l’Europe du Nord et l’Asie. C’est une espèce migratrice, hivernant en Afrique, en Asie du Sud et en Australasie, généralement en eau douce. Il se reproduit sur un sol sec près des zones marécageuses, pondant environ quatre œufs dans une raclette au sol.

Le Chevalier Aboyeur est brun en plumage nuptial et gris-brun en hiver. Il a de longues pattes verdâtres et un long bec à base grise. Ilsmontre un coin blanc sur le dos en vol. Il est un peu plus gros que le Chevalier Gambette apparenté. Le cri d’alarme est un sifflet trisyllabique fort.

Comme la plupart des échassiers, il se nourrit de petits invertébrés (tels que insectes, larves, vers de terre, mille-pattes, escargots, araignées), mais prendront également de petits poissons.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Chevalier Tacheté ou Chevalier de Nordmann est un bécasseau de taille moyenne, mesurant de 29 à 32 cm de long, avec un bec légèrement renversé et bicolore et des pattes jaunes relativement courtes. Les adultes reproducteurs sont audacieusement marqués, avec un mouchetage blanchâtre sur le dessus noir; la tête et le haut du cou sont fortement striés; il a de larges taches, noirâtres en croissant sur le bas du cou et la poitrine ; et des lores plus sombres.

Il se reproduit dans l’est de la Russie le long des côtes sud-ouest et nord de la mer d’Okhotsk et sur l’île de Sakhaline. Son aire de non-reproduction n’est pas entièrement connue, mais des nombres importants ont été enregistrés en Corée du Sud, en Chine continentale, à Hong Kong et à Taïwan lors du passage, et au Bangladesh, en Thaïlande, au Cambodge, au Vietnam et en Malaisie péninsulaire en hiver. Il a également été signalé en passage ou en hiver au Japon, en Corée du Nord, en Inde, au Sri Lanka, au Myanmar (qui peut s’avérer être une partie importante de son aire d’hivernage), à Singapour, aux Philippines et en Indonésie. Il existe des enregistrements non confirmés du Népal et de Guam (vers les États-Unis). Il a probablement une population de 500 à 1 000 individus.

Il était autrefois placé dans le genre monotypique Pseudototanus. C’est une espèce en voie de disparition et n’était pas disponible pour les analyses moléculaires dans l’étude de Pereira & Baker (2005) sur le genre Tringa. Il semble globalement le plus proche des groupes semipalmata-flavipes et stagnatilis-totanus-glareola, bien qu’il présente également quelques similitudes avec le grand chevalier et le chevalier jaune.

Meilleur endroit pour trouver le Chevalier Tacheté: l’île de Sonadia (Bangladesh)

Le Chevalier Stagnatile, Tringa stagnatalis, est un petit échassier qui se reproduit dans les steppes herbeuses ouvertes et les zones humides de la taïga de l’Europe de l’Est à l’Asie centrale.

Il ressemble à un Chevalier Aboyeur, avec un long bec fin et de très longues pattes jaunâtres. Comme le Chevalier aboyeur, il est brun grisâtre en plumage nuptial, plus pâle en hiver, et a une tache blanc sur le dos qui est visible en vol. Cependant, il est plus étroitement lié au Chevalier gambette et au Bécasseau des bois (Pereira et Baker, 2005). Ensemble, ils forment un groupe de petits chevaliers qui ont tendance à avoir des pattes rouges ou rougeâtres, et en plumage nuptial, ils ont généralement un dessus brun clair tamisé avec des marbrures plus foncées, avec un motif de petites taches brunâtres quelque peu diffuses sur la poitrine et le cou.

C’est une espèce migratrice, avec la majorité des oiseaux hivernant en Afrique et en Inde avec moins de migrations vers l’Asie du Sud-Est et l’Australie. Il préfère hiverner dans les zones humides d’eau douce comme les marécages et les lacs et sont généralement observés seuls ou en petits groupes.

Il se nourrit en sondant dans des eaux peu profondes ou sur de la boue humide d’insectes et de petites proies similaires.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Chevalier à Cul Blanc, Tringa ochropus, est un petit échassier (oiseau de rivage). Son seul parent proche dans le genre Tringa est le Chevalier Solitaire (Pereira et Baker, 2005) ; ils ont tous les deux des ailes brunes avec de petits points clairs et un motif de cou et de poitrine délicat mais contrasté. De plus, les deux espèces nichent dans les arbres, contrairement à la plupart des autres scolopacidés.

Il se reproduit à travers l’Europe subarctique et l’Asie. C’est un oiseau migrateur, hivernant dans le sud de l’Europe et en Asie, et en Afrique tropicale.

Ce n’est pas une espèce grégaire, bien que parfois de petits nombres se rassemblent dans des zones d’alimentation appropriées. C’est un oiseau d’eau douce et se trouve souvent dans des sites trop restreints pour les autres échassiers, qui ont tendance à aimer une vue dégagée.

C’est un échassier trapu avec un dos vert foncé, une tête et une poitrine grisâtres et des parties inférieures autrement blanches. Le dos est tacheté de blanc à des degrés divers, étant maximal chez l’adulte reproducteur, et moins en hiver et chez les jeunes oiseaux. Les pattes et le bec court sont tous deux vert foncé.

Il est facilement reconnaissable en vol, avec des ailes sombres dessus et dessous, et un croupion blanc brillant. Cette dernière caractéristique le distingue du Bécasseau solitaire d’Amérique du Nord légèrement plus petit mais par ailleurs très similaire auquel il est étroitement apparenté. En vol, il a un sifflement caractéristique à trois notes.

Il pond 2 à 4 œufs dans un vieux nid d’arbre d’une autre espèce, comme la grive. Les œufs mettent environ trois semaines à éclore.

Sa nourriture est constituée de petits invertébrés ramassés dans la boue, car cette espèce travaille régulièrement sur les bords de son étang choisi.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Chevalier Sylvain, Tringa glareola, est un petit échassier. C’est le plus petit des chevaliers et se reproduit dans les zones humides subarctiques des Highlands écossais à travers l’Europe et l’Asie. Il niche sur le sol, ou réutilisera le vieux nid d’arbre d’un autre oiseau, comme la grive.

Il ressemble à un Chevalier à Cul Blanc mais ses pattes sont plus longues et son bec plus court et fin, un dos brun et des pattes jaunâtres plus longues. Il diffère de la première de ces espèces en ce que la tache blanche du croupion est plus petite et moins contrastée. Cependant, son parent le plus proche est le Chevalier gambette et, ensemble, ils partagent un lien avec le Chevalier Stagnatile. Ces trois espèces sont un groupe de chevaliers plutôt petites qui ont tendance à avoir des pattes rouges ou rougeâtres, et en plumage nuptial, elles sont généralement d’un brun clair mat avec des marbrures plus foncées, avec un motif de petites taches brunâtres quelque peu diffuses sur la poitrine et le cou.

Il migre vers l’Afrique et l’Asie du Sud, en particulier l’Inde. Cet oiseau se trouve généralement sur les points d’eau douce pendant la migration et l’hivernage.

Il se nourrit d’insectes et de petites proies similaires en sondant dans des eaux peu profondes ou sur de la boue humide.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Chevalier Guignette, Actitis hypoleucos, est un petit échassier paléarctique proche du Chevalier Grivelé (A. Macularia). Les deux espèces forment le genre Actitis.

Ils sont parapatriques et se remplacent géographiquement ; les oiseaux errants de l’une ou l’autre espèce peuvent s’installer avec les individus de l’autre et s’hybrider. Une hybridation a également été signalée entre le Chevalier Guignette et le Chevalier Cul-Blanc.

L’adulte mesure 18-20 cm de long, avec une envergure de 32-35 cm. Il a les parties supérieures brun grisâtre, les parties inférieures blanches, les pattes et les pieds courts jaunâtre foncé et un bec avec une base pâle et une pointe foncée. En plumage d’hiver, ils sont plus ternes et ont des barres plus visibles sur les ailes, bien que cela ne soit encore visible qu’à courte distance. Les jeunes sont plus fortement barrés au-dessus et ont des bords chamois sur les plumes des ailes.

Cette espèce est très similaire au Chevalier Grivelé (A. macularia) légèrement plus grand en plumage non nuptial. Mais ses pattes et ses pieds plus foncés et le motif plus net des ailes (visibles en vol) ont tendance à le trahir, et bien sûr, ils ne se trouvent que rarement au même endroit.

C’est un oiseau grégaire et on le voit en grands groupes, et il a le vol distinctif aux ailes raides, bas au-dessus de l’eau, des échassiers Actitis.

Il se reproduit dans la plupart des régions tempérées et subtropicales d’Europe et d’Asie, et migre vers l’Afrique, l’Asie du Sud et l’Australie en hiver.

Le bord oriental de sa route migratoire passe par Palau en Micronésie, où des centaines d’oiseaux peuvent se rassembler pour une escale. Ils quittent la région des Palaos pour leurs quartiers de reproduction entre la dernière semaine d’avril et la première semaine de mai.

Il se nourrit à vue sur le sol ou dans des eaux peu profondes, ramassant de petits aliments tels que des insectes, des crustacés et d’autres invertébrés; il peut même attraper des insectes en vol.

Dans la langue Nukumanu des îles Nukumanu (Papouasie-Nouvelle-Guinée), cette espèce est généralement appelée tiritavoi. Un autre nom Nukumanu pour cela, matakakoni, existe, mais cela est considéré comme quelque peu tabou et n’est pas utilisé lorsque les enfants et les femmes sont autour. La raison en est que matakakoni signifie « oiseau qui marche un peu, puis copule », en référence aux mouvements de queue de pompage et de tête de poussée que les espèces Actitis effectuent de manière caractéristique pendant la recherche de nourriture.

Il niche au sol près de l’eau douce. En cas de danger, le jeune peut s’accrocher au corps de ses parents pour s’envoler vers un endroit plus sûr.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA). Il est répandu et commun, et donc classé comme espèce de moindre préoccupation par l’UICN.

Le Chevalier Bargette (Xenus cinereus) ou Bargette de Térek est un petit échassier qui ont été nommés d’après la rivière Terek (une rivière importante qui traverse la Géorgie et la Russie dans la mer Caspienne), où cet oiseau fut observé pour la première fois.

Le plus vieil individu enregistré avait 14 ans et 11 mois.

Il se reproduit dans le sud de la Finlande, dans le nord-ouest de la Russie et de l’Ukraine jusqu’en Sibérie, où il niche dans la zone de la taïga boréale des basses terres près des rivières et des lacs oligotrophes, et dans les ports.

Il migre vers le sud pour hiverner sur les côtes de :

– Afrique – du delta du Nil, au sud le long des côtes de la mer Rouge et de l’océan Indien jusqu’en Afrique du Sud, et parfois au nord jusqu’à l’ouest de la Namibie – rarement trouvé en Afrique occidentale et centrale. Des oiseaux migrateurs ont été trouvés à l’intérieur des terres en Afrique de l’Est.

– le Moyen-Orient (péninsule arabique et golfe Persique), le sud de l’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’Australie (restant principalement sur les côtes nord et est d’août à mars ou avril).

Il se trouve généralement sur la côte, dans les mangroves, les vasières intertidales, le littoral, les îlots, les lagunes, les marécages côtiers, les bancs de boue et les bancs de sable, avec des mentions occasionnelles à l’intérieur des terres. Il est moins souvent observé sur les plages de sable ou de galets. Il fait preuve d’une grande fidélité aux sites, y revenant année après année.

Il mesure de 22 à 25 cm de longueur, a une envergure de 36 à 45 cm et un poids moyen de 95 g.

Les adultes ont un long bec légèrement courbé vers le haut, noir avec une base jaune terne ou orange. Les pattes courtes vont du jaune terne ou brillant à l’orange chez l’adulte. Le visage, le dos et la poitrine sont gris et l’abdomen est blanchâtre; et il a une bande sombre sur le dessus des ailes.

Pendant la saison de reproduction, il a des stries plus fortes et accrues sur la tête et des rayures sombres irrégulières proéminentes sur les scapulaires supérieurs (plumes des épaules).

Lorsqu’il ne se reproduit pas, le plumage est d’un gris-brun plus clair. Les mâles et les femelles se ressemblent.

Il ressemble au Chevalier Guignette, mais légèrement plus gros avec un long bec courbé vers le haut. En vol peut être confondu avec le Chevalier Gambette, mais le croupion et la queue sont gris.

Il est plus petit que le Chevaier de Sibérie, avec des ailes plus courtes et un bec plus long.

Il a un bec plus retourné que tout autre échassier, à l’exception de l’avocette.

Les jeunes ressemblent aux adultes, sauf qu’ils présentent moins de stries sur la tête et que la bande noire sur les épaules peut apparaître davantage sous forme de tirets que sous forme de ligne.

Il se nourrit de crustacés (comme les crabes), d’insectes (mouches, coléoptères, etc.), de mollusques et d’arachnides et de graines.

La plupart du temps, il se nourrit seul, mais on le voit parfois se nourrir dans ou en bordure de groupes mixtes avec des pluviers, des tournepierres, des bécasseaux et des échasses.

Il marche généralement rapidement en picorant à la surface ou en sondant dans des eaux peu profondes, sur des vasières intertidales molles et humides, chassant les insectes et autres proies. Une fois qu’il a attrapé quelque chose, ils court souvent au bord de l’eau pour laver sa proie avant de la manger.

Il se reproduit souvent en colonies avec d’autres échassiers.

La plupart des reproductions ont lieu de mai à août. Au début de la saison de reproduction, les mâles sont particulièrement bruyants car ils cherchent à attirer des femelles. On les voit souvent chanter fort avec des ailes battantes et une queue dressée, ainsi que des parades dans les airs.

Le nid peu profond est généralement situé à l’air libre ou dans l’herbe courte, mais toujours près de l’eau. Il est tapissé d’herbes, d’autres matières végétales et de débris trouvés dans leur environnement.

La couvée moyenne se compose de 2 à 5 œufs (souvent 4) qui sont couvés par la femelle pendant environ 23 à 24 jours, tandis que le mâle garde le nid. Une fois les jeunes nés, les deux parents s’occuperont de leurs besoins. Les jeunes quittent le nid après 15 jours.

Son cri est décrit comme une série rapide de 2 à 5 notes courtes et sifflantes – un «vüvüvü» sonore aigu.

TOURNEPIERRE

Le Tournepierre à Collier (Arenaria interpres) est un petit échassier aux motifs brillants qui se trouve naturellement le long des côtes de tous les continents, à l’exception de l’Antarctique. Ils se reproduit dans les parties nord de son aire de répartition et vole vers le sud pour hiverner sur les côtes presque mondiales.

Certains de ces oiseaux ont effectué avec succès d’impressionnants vols sans escale d’environ 7 600 km entre l’Australie et Taïwan en seulement 6 jours. Un individu a même effectué un voyage aller-retour en Australie via le Pacifique central – un aller-retour total d’environ 27 000 km.

Il tire son nom de son habitude de retourner pierres, coquillages, morceaux de bois et autres objets trouvés sur la plage lors de la recherche de nourriture. Plusieurs d’entre eux peuvent travailler ensemble pour renverser des objets plus lourds.

Certains les appellent “oiseaux d’algues” – car ils se nourrissent souvent parmi le varech à marée basse. Ils est commun sur les rivages rocheux alors qu’il erre, picorant, sondant ou retournant des pierres; ou il passe des heures à se baigner ou à se lisser. C’est aussi un excellent nageur.

Il a un faible taux de mortalité annuel et vit en moyenne 9 ans. L’individu enregistré le plus longtemps a vécu 19 ans et 2 mois. Il atteint l’âge de reproduction vers l’âge de 2 ans.

C’est un oiseau hautement migrateur qui se reproduit dans la toundra de l’Extrême-Arctique le long du littoral de l’ouest de l’Alaska à l’est jusqu’au Groenland, et dans les régions arctiques d’Europe et d’Asie.

En Amérique, il hiverne le long des côtes de Washington et du Massachusetts vers le sud jusqu’à la pointe sud de l’Amérique du Sud, ainsi que le long de la côte du Golfe. Un vagabond non confirmé a été signalé dans les îles Falkland. Il se produisent rarement à l’intérieur des terres, sauf pendant la migration lorsque des groupes se produisent autour des Grands Lacs.

En Europe, il hiverne dans les régions occidentales de l’Islande, de la Norvège et du Danemark vers le sud. On en trouve un petit nombre sur les côtes méditerranéennes.

En Afrique, il se trouve jusqu’en Afrique du Sud et sur de nombreuses îles au large.

En Asie, il hiverne jusqu’au nord de la Chine et du Japon (principalement sur les îles Ryukyu).

Il est également assez fréquent en Tasmanie et en Nouvelle-Zélande ; ainsi que sur de nombreuses îles du Pacifique.

Les oiseaux non reproducteurs peuvent rester dans leur aire d’hivernage toute l’année, et certains individus prennent encore le plumage nuptial au printemps et en hiver.

Les oiseaux migrateurs sont généralement fidèles à des sites particuliers et y reviennent année après année. Les femelles quittent généralement les aires de reproduction en premier, suivies des mâles et ensuite de leur progéniture.

Il se nourrit principalement d’insectes et de leurs larves – comme les moucherons et autres mouches, les araignées et les sauterelles – surtout pendant la saison de reproduction. Il consomme également des araignées, des crustacés, des petits mollusques, des vers, des graines, diverses matières végétales (c’est-à-dire de la mousse) et des baies. À l’occasion, il mange également de petits poissons et des œufs d’oiseaux (sternes), ou se nourrit de charognes et de nourriture humaine jetée (frites, pain…)

Il se nourrit principalement en groupes sur le rivage en retournant des pierres et d’autres débris alors qu’ils recherchent des proies en dessous. De gros objets sont parfois poussés avec la poitrine ou plusieurs d’entre eux coopèrent pour les déplacer.

Les couples se forment avant ou après avoir atteint leurs aires de reproduction. Ils sont monogames, restant généralement ensemble pendant une ou plusieurs saisons de reproduction (en particulier si la nidification a réussi).

Ils se reproduisent sur les côtes rocheuses de l’Arctique et dans la toundra. La plupart des nids ont lieu entre mai et août.

Le nid est une éraflure peu profonde ou une dépression dans le sol ou la végétation, d’environ 3 cm de profondeur. Le nid est tapissé d’herbes et d’autres végétaux ; et est généralement placé dans une zone ouverte sur une légère crête ou un monticule, à proximité de plans d’eau.

Une couvée peut se composer de 2 à 5 œufs, le plus courant étant 4. Les œufs brillants sont de forme ovale et de couleur olive ou brune, avec des taches et des taches brun foncé. Chaque œuf mesure environ 29 x 41 mm et pèse environ 17,9 g. La femelle fera la majeure partie de l’incubation, tandis que le mâle garde le nid; cependant, il peut aider à couver vers la fin. La période d’incubation dure environ 22 à 24 jours jusqu’à l’éclosion, et l’incubation commence avec le premier œuf.

Les nouveau-nés sont couverts de duvet – de couleur chamois sur le dos avec des marques gris foncé et blanc en dessous. Ils sont actifs et capables de quitter le nid et de se nourrir le premier jour. Les femelles commenceront leur migration vers le sud vers leurs territoires d’hivernage lorsque les jeunes auront environ une ou deux semaines, laissant les mâles seuls s’occuper des jeunes jusqu’à ce qu’ils prennent leur envol à l’âge de 19 à 21 jours.

Son cri est décrit comme des vocalisations aiguës et basses; tuk-a-tuk court et rapide; et des cris d’alarme bruyants émis principalement pendant la saison de reproduction.

BÉCASSEAUX

Le Bécasseau de Temminck, Calidris ou Erolia temminckii, est un petit échassier qui se reproduit dans les tourbières et les marais de la taïga de l’Europe du Nord arctique et de l’Asie. Cet oiseau a été nommé d’après Coenraad Jacob Temminck, un naturaliste néerlandais. Il se reproduit dans le sud de la Scandinavie et occasionnellement en Écosse. Il a un vol d’apparat stationnaire distinctif. Il niche dans une éraflure au sol, pondant 3-4 œufs. Il est fortement migrateur, hivernant dans des sites d’eau douce en Afrique tropicale et en Asie du Sud.

Il cherche sa nourriture dans la boue molle avec un peu de végétation, ramassant principalement de la nourriture à vue. Il a un comportement alimentaire semblable à celui d’une souris, rampant régulièrement le long des bords des piscines. Il se nourrit principalement d’insectes et d’autres petits invertébrés. Il n’est pas aussi grégaire que les autres échassiers Calidris et forment rarement de grands groupes.

Il mesure de 13,5 à 15 cm, de taille similaire au Bécasseau Minute, Calidris/Erolia minuta. Il a des pattes plus courtes et des ailes plus longues que le Bécasseau Minute. Les pattes sont jaunes et les plumes extérieures de la queue sont blanches, contrairement aux pattes foncées et aux plumes extérieures grises du Bécasseau Minute.

Il s’agit d’un échassier plutôt terne, avec les parties supérieures et la tête principalement brunes unies, et les parties inférieures blanches à l’exception d’une poitrine plus foncée. L’adulte reproducteur a des plumes de manteau rousse plus brillantes pour soulager l’apparence généralement encore indistincte. En plumage d’hiver, l’aspect général rappelle une version minuscule du Chevalier Guignette. L’appel est un trille fort.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Un hybride apparent entre cette espèce et le Bécasseau Minute a été signalé aux Pays-Bas (Jonsson, 1996).

Le Bécasseau Minute, Calidris ou Erolia minuta, est un tout petit échassier. Il se reproduit en Europe arctique et en Asie, et est un migrateur de longue distance, hivernant au sud de l’Afrique et de l’Asie du Sud. C’est parfois un vagabond en Amérique du Nord. Il est grégaire en hiver, formant parfois de grands groupes avec d’autres limicoles Calidris, en particulier le Bécasseau variable, sur les vasières côtières ou les bords des mares intérieures.

Le nombre de cette espèce et de Courlis bécasseau dépend de la population de lemmings. Au cours des années pauvres en lemmings, les espèces prédatrices comme les labbes et les harfangs des neiges préféreront plutôt des échassiers reproducteurs arctiques.

Sa petite taille, son bec fin et sombre, ses pattes sombres et ses mouvements plus rapides distinguent cette espèce de tous les échassiers, à l’exception des autres passages à pattes sombres. Il peut être distingué de ceux-ci dans tous les plumages par sa combinaison d’une pointe de bec fine, d’orteils non palmés et d’une longue projection primaire. L’appel est un “stit” pointu,

L’adulte reproducteur a une teinte orange sur la poitrine, une gorge blanche et un fort V blanc sur le dos. En hiver, l’identification du plumage est difficile. Les juvéniles ont des rayures pâles sur la calotte et une poitrine rosâtre.

Cet oiseau niche sur un sol nu en pondant 3 à 5 œufs. Il est polygame, et mâle et femelle peuvent incuber des couvées séparées.

La nourriture est constituée de petits invertébrés (c’est-à-dire des insectes) retirés de la boue.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Bécasseau Cocorli, Erolia ou Calidris ferruginea, est un petit échassier. C’est une espèce assez inhabituelle qui peut être proche du Bécasseau à Échasses. Les données de séquence d’ADN, cependant, sont insuffisantes pour résoudre ses relations (Thomas et al., 2004). Cette question est d’importance taxonomique, car le bécasseau courlis est l’espèce type d’origine du genre proposé Erolia, et donc une relation plus éloignée avec les petits bécasseaux «stints» empêcherait l’utilisation d’Erolia pour ce dernier groupe.

Cette espèce se reproduit occasionnellement avec le Bécasseau à Queue Pointue et le Bécasseau à Poitrine Cendrée, produisant les “espèces” présumées appelées “bécasseau de Cooper” (“Calidris” × cooperi) et “bécasseau de Cox” (“Calidris” × paramelanotos), respectivement.

L’habitat de reproduction de cette espèce est la toundra en Sibérie arctique. Le mâle effectue une voltige pendant la parade nuptiale. Il niche au sol dans la toundra et pond 3 à 4 œufs.

Il est fortement migrateur, hivernant principalement en Afrique, mais aussi en Asie du Sud et du Sud-Est et en Australasie. Il est très grégaire et formera des groupes avec d’autres échassiers calidridés, en particulier le Bécasseau Variable. Malgré son aire de reproduction vers l’est, cette espèce est régulièrement de passage en Europe occidentale, vraisemblablement à cause de la route de migration vers le sud-ouest.

Le nombre de cette espèce dépend de la population de lemmings. Au cours des années pauvres en lemmings, les espèces prédatrices comme les labbes et les harfangs des neiges préféreront des échassiers se reproduisant dans l’Arctique.

Il se nourrit dans la boue molle des marais et de la côte, ramassant principalement de la nourriture à vue. Il se nourrit principalement d’insectes et d’autres petits invertébrés (larves, vers de terre, mille-pattes, escargots, araignées).

Il est à peine plus gros que le bécasseau variable de 19,5 à 21 cm de long, mais diffèrent du bécasseau variable par un bec plus long et courbé vers le bas, un cou et des pattes plus longs et un croupion blanc.

L’adulte reproducteur a les parties supérieures gris foncé et les parties inférieures rouge brique. En hiver, cet oiseau est gris pâle au-dessus et blanc en dessous, et montre un sourcil blanc évident (ligne au-dessus de l’œil). Les jeunes ont un dos gris et brun, un ventre blanc et une poitrine couleur pêche.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Bécasseau Sanderling (Calidris alba) est un petit échassier qui se reproduit en arctique circumpolaire, et est un migrateur de longue distance, hivernant au sud de l’Amérique du Sud, de l’Europe du Sud, de l’Afrique et de l’Australie. Il est très grégaire en hiver, formant parfois de grands groupes sur les vasières côtières ou les plages de sable.

Il est quelque peu différent des autres bécasseaux en apparence, ce qui a conduit à suggérer qu’il devrait être placé dans un genre monotypique Crocethia (un genre composé d’une seule espèce).

Cet oiseau est de taille similaire à un Bécasseau variable, mais plus robuste, avec un bec épais. Il montre une forte barre alaire blanche en vol et court le long des plages de sable qu’il préfère avec une démarche caractéristique, s’arrêtant fréquemment pour ramasser de petits aliments. Il se nourrit de petits crabes et autres petits invertébrés. Au printemps, les oiseaux migrant vers le nord depuis l’Amérique du Sud consomment un grand nombre d’œufs de limules dans la région de la baie du Delaware.

En été, la tête et la gorge deviennent rouge brique. L’oiseau d’hiver est très pâle, presque blanc à l’exception d’une tache sombre sur l’épaule. C’est la source du nom spécifique, alba, qui est le latin pour “blanc”. Le jeune est pailleté de noir et blanc, et montre beaucoup plus de contraste que l’adulte.

Le comportement du sanderling est distinctif, mais visuellement, si la taille est mal évaluée, un sanderling en plumage nuptial peut être confondu avec certaines variétés de passage, ou un sanderling en plumage d’hiver peut être confondu avec un Bécasseau variable ou un Bécasseau maubèche. On peut le distinguer des autres petits échassiers, compte tenu de la bonne vue, par son absence d’orteil postérieur.

Au printemps, les oiseaux arrivent sur les aires de reproduction de l’Extrême-Arctique, où ils pondent 3 à 4 œufs dans une éraflure au sol. Sur les aires de nidification, cet oiseau mange principalement des insectes et des matières végétales.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA)

Le Bécasseau Spatule, Eurynorhynchus pygmeus, est un petit échassier. Il appartient aux bécasseaux calidridés, mais son placement à l’intérieur de ce groupe n’est pas résolu. Bien qu’il soit généralement attribué au genre monotypique (une seule espèce) Eurynorhynchus, ses adaptations morphologiques particulières et ses données de séquence d’ADN équivoques (Thomas et al., 2004) empêchent la détermination des parents les plus proches et de l’histoire évolutive à l’heure actuelle.

La caractéristique la plus particulière de cette espèce est son bec spatulé. L’oiseau mesure 14 à 16 cm de long. L’adulte reproducteur a la tête, le cou et la poitrine rouge-brun avec des stries brun foncé. Il a les parties supérieures noirâtres avec des franges chamois et roux pâle. Les adultes non reproducteurs n’ont pas la coloration rougeâtre, mais ont les parties supérieures gris brunâtre pâle avec des franges blanchâtres sur les couvertures alaires. Les parties inférieures sont blanches.

L’habitat de reproduction de cet oiseau est les côtes maritimes et l’arrière-pays adjacent sur la péninsule des Chukchi et vers le sud le long de l’isthme de la péninsule du Kamtchatka.

Il migre le long de la côte du Pacifique à travers le Japon, la Corée du Nord, la Corée du Sud et la Chine, vers ses principales aires d’hivernage en Asie du Sud et du Sud-Est, où il a été signalé en Inde, au Bangladesh, au Sri Lanka, au Myanmar et en Thaïlande. , Vietnam, Philippines, Malaisie péninsulaire et Singapour.

Cest l’une des espèces d’oiseau la plus menacée au monde et fait également partie de la catégorie des espèces en danger critique d’extinction en Inde. On estime la population actuelle à moins de 2500 – probablement moins de 1000 – individus matures. Les principales menaces à sa survie sont la perte d’habitat sur ses aires de reproduction et la perte de vasières à travers son aire de migration et d’hivernage. L’importante zone de rassemblement de Saemangeum, en Corée du Sud, a déjà été partiellement remise en état, et les zones humides restantes devraient être remises en état dans un proche avenir.

Les aires protégées dans ses aires de repos et d’hivernage comprennent Yancheng en Chine, les marais de Mai Po à Hong Kong et Point Calimere et le lac Chilka en Inde.

Meilleur endroit pour trouver le Bécasseau spatule: l’île de Sonadia (Bangladesh)

Le Bécasseau Variable, Calidris alpina, est un petit échassier qui vite dans les régions arctiques ou subarctiques. Il se reproduit dans le nord de l’Europe et en Asie. C’est un migrateur longue distance, hivernant vers le sud en Afrique et en Asie du Sud-Est. Les oiseaux qui se reproduisent en Alaska et dans l’Arctique canadien migrent sur de courtes distances vers les côtes du Pacifique et de l’Atlantique de l’Amérique du Nord.

Il est très grégaire en hiver, formant parfois de grands groupes sur les vasières côtières ou les plages de sable. On peut souvent en voir un grand nombre tourbillonner en vol synchronisé lors des escales pendant la migration ou sur leur habitat hivernal.

Cet oiseau est l’un des échassiers les plus communs et les plus connus dans ses aires de reproduction et d’hivernage, et c’est l’espèce avec laquelle les autres échassiers ont tendance à être comparés.

D’une longueur de 17 à 21 cm et d’une envergure de 32 à 36 cm, il est de taille similaire à un Étourneau sansonnet, mais plus robuste, avec un bec épais.

Il montre une forte barre alaire blanche en vol, et il se déplace le long des plages de vasières côtières qu’il préfère avec une action d’alimentation caractéristique de “machine à coudre”, cueillant méthodiquement de petits aliments. Les insectes constituent la partie principale du régime alimentaire du Bécasseau variable sur les aires de nidification; il se nourrit de mollusques, de vers et de crustacés dans les zones côtières.

L’adulte en plumage nuptial a le ventre noir distinctif qu’aucun autre échassier de taille similaire ne possède. Le Bécasseau variable d’hiver est essentiellement gris dessus et blanc dessous. Les jeunes sont bruns sur le dessus avec deux formes en “V” blanchâtres sur le dos. Ils ont généralement des marques noires sur les flancs ou le ventre.

Les pattes et le bec légèrement courbé sont noirs. Il existe un certain nombre de sous-espèces qui diffèrent principalement par l’étendue de la coloration rousse du plumage nuptial et la longueur du bec. Il convient toutefois de noter que la longueur du bec varie selon les sexes, les femelles ayant des becs plus longs que les mâles.

Le nid est une éraflure peu profonde sur le sol tapissée de végétation, dans laquelle deux à six œufs sont pondus et couvés par les deux parents. Ces derniers nourrissent les petits pendant quelques jours ; après cela, les jeunes se nourrissent et sont capables de voler en moins d’un mois.

L’appel est un “peep” typique de bécasseau.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

Le Bécasseau Falcinelle, Limicola falcinellus, est un petit échassier du genre Limicola ; certains ont proposé qu’il devrait être placé dans le genre Erolia avec les bécasseaux “stint”, mais des recherches plus récentes (Thomas et al., 2004) suggèrent qu’il devrait plutôt entrer dans le genre Philomachus avec le Combattant et peut-être le bécasseau à Queue Pointue.

L’habitat de reproduction de cet oiseau est les tourbières humides de la taïga du nord de l’Europe arctique et de la Sibérie. Le mâle effectue une voltige pendant la parade nuptiale. Il niche dans une raclure du sol, pondant 4 œufs.

C’est un grand migrateur, hivernant depuis l’extrême est de l’Afrique, à travers l’Asie du Sud et du Sud-Est jusqu’en Australasie. Il est très grégaire et formera des groupes avec d’autres échassiers calidridés, en particulier le Bécasseau Variable. Malgré son aire de reproduction européenne, cette espèce est rare lors de son passage en Europe occidentale, vraisemblablement à cause de la route de migration vers le sud-est.

Il se nourrit dans la boue molle des marais et de la côte, ramassant principalement de la nourriture à vue. Ils se nourrissent principalement d’insectes et autres petits invertébrés (insectes, larves, vers de terre, mille-pattes, escargots, araignées).

Il est légèrement plus petit que le Bécasseau Variable, mais avec un bec plus long et plus droit et des pattes plus courtes. L’adulte reproducteur a les parties supérieures gris foncé à motifs et les parties inférieures blanches avec des marques noirâtres sur la poitrine. Il a une couronne pâle et des sourcils.

En hiver, il est gris pâle au-dessus et blancs en dessous, comme un Bécasseau Variable en hiver, mais conservent le motif de la tête. Les jeunes ont le dos, semblable au jeune Bécasseau variable, mais les flancs et le ventre blancs et la poitrine striée de brun sont distinctifs.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

COMBATTANT

Le Combattant Varié (Philomachus pugnax) est un échassier de taille moyenne. Il est généralement considéré comme le seul membre de son genre Philomachus, mais des recherches plus récentes (Thomas et al, 2004) indiquent que le Bécasseau Falcinelle et à Queue Pointue pourrait également y appartenir.

Son habitat de reproduction est constitué de tourbières, de marais et de prairies humides à végétation courte en Europe du Nord et en Russie. C’est un migrateur, hivernant dans le sud et l’ouest de l’Europe, en Afrique et en Inde. Il est très grégaire, avec un groupe hivernant de 1 million d’individus signalé au Sénégal.

Il niche dans un endroit bien caché sur le sol, pondant 3-4 œufs. Les mâles paradent pendant la saison de reproduction, debout, accroupis ou prenant diverses postures avec la crinière gonflée. Il peut sauter en l’air. Il est silencieux lors de l’affichage et lorsqu’ils ne se reproduisent pas.

Il se nourrit dans les prairies humides et la boue molle, sondant ou ramassant de la nourriture à vue. Il se nourrit principalement d’insectes et de vers de terre.

Il a une apparence distinctive de “saucière”, avec une petite tête et un bec moyen, un cou long et un profil ventru. Les males sont plus grands que les femelles. Ils ont de longues pattes généralement jaunâtres et présentent des ovales blancs sur les côtés de la queue en vol.

Le mâles mesure de 29 à 32 cm de long avec une envergure de 54 à 60 cm. Le mâle reproducteur développe le plumage de reproduction le plus distinctif de tous les oiseaux sauvages et se reconnait en tant qu’individus par des différences de plumage. Il peut avoir une crinière noire, châtain ou blanche, constituées de plumes solides, barrées ou de couleur irrégulière. Son dos est gris-brun et les parties inférieures blanches à l’exception de la poitrine sont noires.

La femelle mesure de 22 à 26 cm de long avec une envergure de 46 à 49 cm. Elle est gris-brun dessus et blancs dessous. Elle niche seule et fournit tous les soins parentaux. En hiver, les deux sexes sont d’un gris plus pâle dessus et blanc dessous et ne peuvent être différenciés que par la taille. Les jeunes ont les parties supérieures plus brunes et plus écailleuses et sont chamoisés en dessous.

Il existe deux principaux types comportementaux de mâles, qui sont fixés par un simple polymorphisme génétique : les mâles territoriaux (“résidents”) et satellites. Ces types peuvent être distingués par leur apparence et leur comportement : les mâles résidents ou indépendants (84 %) ont des collerettes de couleur intense (noir ou marron) et implantent et occupent de petits territoires d’accouplement (environ 1×1 m) dans le lek. Ils courtisent activement les femelles et affichent un degré élevé d’agressivité envers les autres mâles résidents.

Les mâles satellites (16 %) ont des collerettes claires (blanches ou tachetées) et n’occupent pas leur propre territoire, mais utilisent plutôt ceux occupés par les mâles résidents et tentent de s’accoupler avec les femelles qui visitent le territoire.

La relation entre les mâles résidents et satellites peut être décrite comme une alliance difficile, qui persiste car avoir les deux types de mâles sur un territoire semble attirer des femelles supplémentaires sur ce territoire. Cela encourage une coopération partielle entre les deux mâles, mais ils restent concurrents pour s’accoupler avec les femelles en visite.

Alors que les mâles satellites sont en moyenne légèrement plus petits et plus légers, la nutrition des poussins n’influence pas la stratégie d’accouplement, mais plutôt, la stratégie d’accouplement héritée influence fortement la taille corporelle : les poussins de type résident, s’ils reçoivent la même quantité de nourriture , deviennent plus lourds que les poussins de type satellite. Par conséquent, les stratégies d’accouplement constituent un polymorphisme simple écologiquement stable.

En 2006, un troisième type de mâle a été décrit : les imitateurs femelles permanents, le premier de ce type rapporté pour les oiseaux. Environ 1 mâle sur 100 est de petite taille, de taille intermédiaire entre les mâles et les femelles, et ne développe pas le plumage nuptial élaboré des mâles territoriaux et satellites. Ces “imitateurs femelles” obtiennent apparemment l’accès aux territoires d’accouplement avec les femelles, puis “volent” les accouplements lorsque les femelles s’accroupissent pour solliciter des accouplements.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

PHALAROPES

Le Phalarope à Bec Large ou Phalarope Roux (Phalaropus fulicaria) est un petit échassier qui se reproduit dans les régions arctiques d’Amérique du Nord et d’Eurasie. Il est migrateur et, fait inhabituel pour un échassier, migre principalement sur les routes océaniques et hiverne en mer sur les océans tropicaux.

Il mesure environ 21 cm de longueur, avec des orteils lobés et un bec droit, un peu plus épais que celui du Phalarope à Bec Étroit. La femelle est principalement brun foncé et noire sur le dessus, avec des parties inférieures rouges et des taches blanches sur les joues. Le bec est jaune, l’extrémité noire. Le mâle est une version plus terne de la femelle. Les jeunes sont gris clair et brun sur le dessus, avec des parties inférieures chamois et une tache sombre à travers l’œil. En hiver, le plumage est essentiellement gris dessus et blanc dessous, mais le cache-œil noir est toujours présent. Le bec est noir en hiver. Leur cri est un «beek» court.

Les rôles sexuels aviaires typiques sont inversés chez les trois espèces de phalaropes. Les femelles sont plus grandes et plus colorées que les mâles. Les femelles poursuivent les mâles, rivalisent pour le territoire de nidification et défendront agressivement leurs nids et leurs partenaires choisis. Une fois que les femelles pondent leurs œufs brun olive, elles commencent leur migration vers le sud, laissant les mâles incuber les œufs et s’occuper des jeunes. Trois à six œufs sont pondus dans un nid au sol près de l’eau. Les jeunes se nourrissent principalement eux-mêmes et sont capables de voler dans les 18 jours suivant la naissance.

Lorsqu’il se nourrit, le Phalarope rouge nage souvent en petit cercle rapide, formant un petit tourbillon. On pense que ce comportement aide à se nourrir en élevant la nourriture du fond des eaux peu profondes. L’oiseau atteindra la périphérie du tourbillon avec son bec, attrapant de petits insectes ou crustacés qui y sont pris. Il s’envole parfois pour attraper des insectes en vol. En haute mer, il se trouve dans des zones où les courants océaniques convergents produisent des remontées d’eau et se trouvent souvent à proximité de groupes de baleines. En dehors de la saison de nidification, il voyage souvent en groupe. Cette espèce n’est pas très farouche et se laisse facilement approcher.

Le Phalarope à Bec Étroit ou Phalarope Hyperboréen (Phalaropus lobatus) est un petit échassier qui se reproduit dans les régions arctiques d’Amérique du Nord et d’Eurasie. Il est migrateur et, exceptionnellement pour un échassier, hiverne en mer sur les océans tropicaux.

C’est une espèce nicheuse rare et localisée dans les îles britanniques, qui se trouvent à l’extrême limite de son aire de répartition mondiale. L’endroit le plus fiable pour eux est les îles Shetland, en particulier le Loch de Funzie sur Fetlar, avec quelques oiseaux se reproduisant ailleurs en Écosse dans les Hébrides extérieures (par exemple à Loch na Muilne, où un «point d’observation des phalaropes» a été mis en place) et parfois le continent écossais dans le Ross-shire ou le Sutherland. Ils se sont également reproduits dans l’ouest de l’Irlande.

Il mesure environ 18 cm de longueur, avec des orteils lobés et un bec droit et fin. La femelle est principalement gris foncé sur le dessus, avec un cou et un haut de la poitrine châtains, une face noire et une gorge blanche. Le mâle est une version plus terne de la femelle. Ils ont des orteils lobés pour les aider à nager. Les jeunes sont gris et brun sur le dessus, avec des parties inférieures chamois et une tache noire à travers l’œil. En hiver, le plumage est essentiellement gris dessus et blanc dessous, mais le cache-œil noir est toujours présent. Ils ont un cri aigu décrit comme un whit ou un twit.

Les rôles sexuels aviaires typiques sont inversés chez les trois espèces de phalaropes. Les femelles sont plus grandes et plus colorées que les mâles. Les femelles poursuivent les mâles, rivalisent pour le territoire de nidification et défendront agressivement leurs nids et leurs partenaires choisis. Une fois que les femelles pondent leurs œufs, elles commencent leur migration vers le sud, laissant les mâles incuber les œufs et s’occuper des jeunes. Trois à sept œufs sont pondus dans un nid au sol près d’une zone marécageuse. Les jeunes se nourrissent principalement eux-mêmes et sont capables de voler dans les 20 jours suivant la naissance.

Lorsqu’il se nourrit, le Phalarope à bec étroit nage souvent dans un petit cercle rapide, formant un petit tourbillon. On pense que ce comportement aide à se nourrir en élevant la nourriture du fond des eaux peu profondes. L’oiseau atteindra le centre du tourbillon avec son bec, attrapant les petits insectes ou crustacés qui s’y trouvent. En haute mer, on les trouve souvent là où les courants convergents produisent des remontées d’eau. Lors de la migration, certains groupes font escale sur les eaux libres à l’embouchure de la baie de Fundy pour profiter de la nourriture agitée par l’action des marées.

Presque toute la saison de non-reproduction se passe en eau libre. Cette espèce est peu farouche et se laisse facilement approcher.

C’est l’une des espèces auxquelles s’applique l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA).

RHYNCÉE

Les Rhyncées sont trois espèces distinctives d’échassiers placées ensemble dans leur propre famille Rostratulidae (ou rostratulidés). La Rhyncée d’Australie (Rostratula australis), la Rhynchée de Saint-Hilaire (Nycticryphes semicollaris) qui vit en Amérique du Sud et la Rhynchée Peinte (Rostralata benghalensis) que l’on trouve en Afrique et Asie. Ce sont des oiseaux à pattes courtes et à long bec, de forme similaire aux bécassines, mais de couleurs beaucoup plus vives. Les trois espèces vivent dans des marécages de roseaux et leur régime alimentaire se compose de vers annélides et d’autres invertébrés, qu’ils trouvent avec leurs longs becs.

La Rhynchée Peinte se trouve dans les marais d’Afrique, d’Inde et d’Asie du Sud-Est. Elle possède une vaste aire de répartition et présente un dimorphisme sexuel inversé (la femelle étant plus colorée que le mâle). La femelle est légèrement plus grande, plus brillante que le mâle et prend la tête des parades nuptiales. Le mâle incube les œufs, généralement quatre, dans un nid au sol ou flottant pendant environ 20 jours puis s’occupe des poussins.

La tête, cou et haut de la poitrine sont brun chocolat (le mâle gris foncé avec une bande médiane chamoisée sur la calotte), passant au roux au centre de l’arrière du cou et fusionnant en gris foncé barré du dos. Marque crème en forme de virgule autour des yeux. Bande blanche diagnostique sur le côté de la poitrine et sur les épaules. Les partie supérieure des ailes sont grises (mâle avec des taches chamoisées). Le bas de la poitrine et du corps sont blancs. Les jeunes sont semblables aux mâles adultes.

05-06-2021 05-06-2021

ŒDICNÈMES

Les Œdicnèmes (famille des burhinidés ou Burhinidae) sont les oiseaux limicoles terrestres de taille moyenne (de 32 à 59 cm), aux longues pattes, longues ailes, et au plumage mimétique. Le bec est généralement court, mais grand et épais chez quelques espèces.

Ces oiseaux se trouvent dans toutes les régions du monde sauf l’Antarctique, mais ils sont principalement tropicaux. Ils fréquentent les zones ouvertes semi-arides à arides, ou parfois près de l’eau ; cette espèce est strictement côtière. L’Inde compte 3 espèces d’Œdicnèmes.

L’Œdicnème Indien est une sous-espèce de l’Œdicnème criard. C’est un oiseau de taille moyenne avec un gros bec jaune et noir, de grands yeux jaunes (qui lui donnent un aspect «reptilien») et un plumage cryptique.

Le nom scientifique (Burhinus oedicnemus) fait référence aux articulations proéminentes des longues pattes jaunes ou verdâtres. En vol, des marques noires et blanches sont frappantes sur les ailes.

Il est en grande partie nocturne. Bien qu’elle soit classée comme échassier, cette espèce a une préférence pour les habitats secs et ouverts avec un sol nu.

Sa nourriture se compose d’insectes et d’autres petits invertébrés. Il complétera également son régime alimentaire avec des petits reptiles et des rongeurs.

Il pond 2-3 œufs dans une éraflure étroite dans le sol.

En Égypte, son chant mélodique est souvent entendu la nuit, bien que l’oiseau ne soit presque jamais vu. Sa chanson est présentée dans la poésie, des chansons et des films, tels que Song of the Stone Curlew.

Le Grand Œdicnème est un grand échassier qui est résident en Asie du Sud tropicale de l’Inde et du Sri Lanka jusqu’en Asie du Sud-Est.

Il vit le long des rivières ou à proximité des lacs, ainsi que sur les plages. Un seul œuf est pondu sur le sol grossièrement gratté.

Il est principalement nocturne ou crépusculaire comme les autres Œdicnèmes, mais peut fréquemment être vu en train de se nourrir le jour, se déplaçant lentement et délibérément, avec de courtes courses occasionnelles.

Il a tendance à se méfier et à s’envoler au loin devant le danger, utilisant des battements puissants et plutôt raides.

Il mesure de 49–55 cm, et a un bec massif de 7 cm.

Il a les parties supérieures et la poitrine gris-brun non striées, le reste des parties inférieures blanchâtres. Le visage a un motif noir et blanc frappant et le bec est noir avec une base jaune. Les yeux sont jaune vif et les pattes d’un jaune verdâtre plus terne.

En vol, il présente des plumes de vol noires et blanches sur le dessus des ailes et un dessous des ailes principalement blanc. Les mâles et les femelles se ressemblent, mais les jeunes sont légèrement plus pâles que les adultes.

L’appel est un sifflet gémissant, donné principalement la nuit, comme pour les autres oiseaux de cette famille.

Il se nourrit de crabes, de gros insectes et d’autres petits animaux.

L’Œdicnème des Récifs est un grand oiseau vivant au sol. Il se trouve en Australasie et dans les îles d’Asie du Sud-Est.

C’est un résident de plages ouvertes non perturbées, de récifs exposés et de mangroves sur une large aire de distribution, y compris la côte est de l’Australie jusqu’à l’extrême sud de Victoria, la côte nord de l’Australie et les îles voisines, la Nouvelle-Guinée , Nouvelle-Calédonie, Indonésie, Malaisie et Philippines.

Il est classé comme quasi menacé sur la Liste rouge de l’UICN des espèces menacées.

Il est moins nocturne que la plupart des Œdicnèmes et peut parfois être vu en train de se nourrir le jour, se déplaçant lentement et délibérément, avec de courtes courses occasionnelles. Il a tendance à se méfier et à s’envoler au loin devant le danger, utilisant des battements lents et plutôt raides.

Un seul œuf est pondu juste au-dessus de la ligne de marée haute sur la plage ouverte, où il est vulnérable à la prédation et aux perturbations humaines.

HUÎTRIER

L’Huîtrier Pie ou Pie de mer, est la seule espèce de cette famille vivant en France et en Inde (deux sous-espèces différentes). La sous-espèce indienne (Haematopus ostralegus) a le plumage supérieur brunâtre et sa rainure nasale s’étend sur plus de la moitié du bec.

C’est l’oiseau national des îles Féroé.

Malgré son nom, les huîtres ne constituent pas une grande partie de leur alimentation. Cependant, on pense que c’est la seule espèce d’échassiers à pouvoir ouvrir les huîtres.

Il est le plus répandu de tous les huîtriers. Trois sous-espèces ont été identifiées en Europe occidentale, en Eurasie centrale, au Kamtchatka, en Chine et sur la côte ouest de la Corée.

Les populations européennes se reproduisent principalement dans le nord de l’Europe et migrent vers le sud pour hiverner dans le sud de l’Europe et en Afrique du Nord.

Ceux qui se trouvent en Irlande, en Grande-Bretagne et le long des côtes européennes adjacentes sont pour la plupart résidents, bien que certains mouvements migratoires aient été identifiés; par exemple, ceux qui se reproduisent dans le nord de l’Angleterre ou en Écosse se déplacent vers le sud vers les estuaires du sud-ouest de l’Angleterre pour l’hiver.

Des schémas migratoires similaires ont été identifiés dans les populations asiatiques.

En dehors de la saison de reproduction, ces oiseaux se rassemblent en grands groupes.

Les huîtriers sont parmi les plus grands échassiers de leur aire de répartition; mesurant 40–45 cm de longueur (y compris la queue). Leur envergure est d’environ 80 à 85 cm.

Le bec mesure environ 8 à 9 cm de long; la longueur du bec montre une augmentation graduelle d’ouest en est. La forme du bec varie selon les espèces. Les huîtriers à bec large ouvrent les mollusques en les séparant ou en les martelant à travers la coquille. Ceux qui ont un bec pointu ont tendance à déterrer les vers.

Son plumage est noir dessus et blanc dessous. Les pattes et les becs larges sont rouges. Le bec est bien adapté pour briser ou fouiller les mollusques ouverts, comme les moules ou pour trouver des vers de terre dans la boue.

En vol, il peut être identifié par les taches blanches sur les ailes et la queue.

Les jeunes ont un plumage plus brun; ils ont un col blanc et un bec plus terne.

Il niche généralement sur la côte ou sur des îles graveleuses à l’intérieur des terres. Le nid est généralement fait d’une éraflure nue sur des cailloux.

La couvée moyenne se compose de 2 à 4 œufs.

Son cri est décrit comme un sifflement puissant.

BEC D’IBIS TIBÉTAIN

Le Bec-d’Ibis Tibétain est un oiseau migrateur, qui passe l’hiver sur les berges de galets du haut plateau d’Asie centrale et de l’Himalaya. Il vit dans les massifs montagneux d’Asie centrale dans lesquels coulent des rivières à débit faible et dont le fond est caillouteux.

Cet oiseau est impossible à confondre. Il est doté d’un long bec courbé vers le bas comme celui d’un ibis. La position taxinomique n’est n’est cependant pas celle d’un ibis. Il est plus probablement lié aux huîtriers, aux avocettes car c’est un oiseau de l’ordre des Charadriiformes comme les bécasses et les jacanas alors que les ibis sont des oiseaux de l’ordre des Pélécaniformes comme les pélicans et les marabouts.

L’adulte est gris avec un ventre blanc, des pattes rouges. Il a un visage noir et une bande de poitrine noire. Les jeunes n’ont pas le noir sur le visage et la poitrine, et le bec est plus terne. Les pattes sont rouge vif chez les adultes reproducteurs et sépia terne chez les juvéniles. Malgré son aspect spectaculaire, il est discret dans son environnement pierreux dans lequel il se fond parfaitement.

Il se nourrit d’insectes et de larves aquatiques qu’il déniche en sondant sous les roches ou le gravier sur le lit des cours d’eau.

A la saison des amours, les mâles et les femelles forment des couples monogames. Les deux parents se relaient pour couver les œufs et nourrir les petits. Il pond quatre œufs directement sur le sol grossièrement gratté. Son cri est un Klew-klew sonnant semblable à celui d’un Chevalier Aboyeur.

Meilleur endroit pour voir le Bec-d’Ibis Tibétain: Nameri National Park en Assam et Pakke Tiger Reserve en Arunachal Pradesh

DROME

Le Drome Ardéole ou Pluvier Crabier, est l’unique représentant de la famille des Dromadidae et du genre Dromas.

Il vit sur les côtes et les îles de l’océan Indien, sur la côte nord de la mer d’Oman, sur la côte de la mer Rouge, sur la côte de la péninsule arabique, dans le golfe Persique, dans les îles Andaman et Nicobar, dans le sud du Myanmar et dans le sud de la Thaïlande.

Il mesure 41 cm et pèse de 225 à 325 g. C’est un limicole noir et blanc très caractéristique avec son gros bec noir disproportionné par rapport à la tête, bec qui lui permet de broyer la carapace des crabes avant de les avaler. Il a de longues pattes gris bleu.

L’adulte présente une tête blanche avec une petite zone noirâtre en avant et en arrière des yeux. Quelques adultes arborent des stries noires en arrière de la calotte et sur la nuque.

La femelle creuse un terrier et y pond un seul œuf.

ÉCHASSE

L’Échasse Blanche est, comme son nom l’indiaue, un échassier, largement répandu dans le monde.

On la trouve en Asie, en Afrique, en Europe et aux États-Unis, couvrant environ 31 000 000 de kilomètres carrés. Leur population mondiale en 2009 variait entre 450 000 et 780 000 individus.

Elle est reconnaissable à ses ailes distinctives d’un noir de jais et à ses très longues pattes rougeâtres qui représentent près de 60 pour cent de sa taille.

Sa durée de vie maximale est d’environ 20 ans.

Elle est le plus souvent observée sur les rives des grands plans d’eau intérieurs et des habitats estuariens ou côtiers, y compris les lagunes côtières, les deltas des rivières, les marécages, les marais, les champs inondés, les étangs, ainsi que les piscines peu profondes avec des zones de vasières.

Elle est généralement vus en petits groupes. En dehors de la saison de reproduction ou pendant la migration, cet oiseau social forme des groupes plus importants.

Il existe des populations sédentaires et migratrices.

Le plumage est noir et blanc avec des variations régionales et saisonnières. La plupart sont noirâtres au-dessus et blancs en dessous.

Les mâles ont le dos noir avec une certaine irisation verdâtre. Les femelles ont le dos brunâtre avec des rémiges noires et ont généralement moins de noir sur la tête et le cou.

Les pattes rosées / rougeâtres sont très longues et partiellement palmées. Le long bec fin et noir se courbe légèrement vers le haut.

Chez les jeunes, les marques qui sont normalement noires chez les adultes sont grises. Ils peuvent avoir des plumes sombres sur la tête blanche.

Les jeunes duveteux sont pour la plupart brun olive clair, plus pâles dessous. Sur les ailes et le dos, ils ont des rangées verticales de mouchetures noires plus grosses vers l’arrière.

Elle se nourrit d’insectes volants et aquatiques, de mollusques, d’écrevisses, de têtards, de crustacés, d’araignées, de vers oligochètes et polychètes, de têtards, de petits poissons, d’œufs de poissons, de coléoptères et, occasionnellement, de graines.

L’alimentation se fait principalement dans les eaux peu profondes et leurs longues pattes leur permettent de patauger dans des eaux plus profondes, ce qui leur donne un avantage sur les autres limicoles. Les insectes sont souvent prélevés à la surface de l’eau; pour les poissons, ils plongeront leur tête dans l’eau pour les attraper; et ils tirent les vers de la boue.

C’est une espèce monogame. Tous deux participent à la construction des nids, à l’incubation des œufs et à l’élevage des petits. Elle se reproduit généralement dans les marais, les lacs peu profonds et les étangs.

Les nids sont soit des dépressions nues sur le sol près de l’eau, soit ils sont placés sur de la végétation flottante. Elle niche en solitaire ou en colonies reproductrices lâches de deux à plusieurs centaines de couples.

Ceux que l’on trouve dans les climats tempérés sont souvent résidents, à l’exception des mouvements locaux en réponse à la disponibilité de la nourriture. Ceux qui se reproduisent dans les régions du nord migrent sur de longues distances pour atteindre leurs aires d’hivernage méridionales; ou ils peuvent se déplacer vers les côtes.

Les migrations vers le sud se produisent généralement entre août et novembre; et elles retournent à leurs territoires de reproduction entre mars et avril. Elles migrent généralement en grands groupes de plusieurs centaines voire milliers.

Ell est légalement protégée en vertu de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA), qui interdit de harceler, nuire, poursuivre, chasser, tirer, blesser, tuer, piéger, capturer ou collecter des espèces répertoriées.

AVOCETTE

L’Avocette Élégante (Recurvirostra avosetta) est un échassier noir et blanc que l’on trouve naturellement en Europe, en Afrique et en Asie.

Elle se reproduit en Europe tempérée et en Asie occidentale et centrale. C’est une espèce migratrice et la plupart hivernent en Afrique ou en Asie du Sud. Certains restent pour l’hiver dans les parties les plus douces de leur aire de répartition, par exemple dans le sud de l’Espagne et le sud de l’Angleterre.

En 1984, cet Avocette s’est éteint en Grande-Bretagne, mais a été réintroduit avec succès à Minsmere, Suffolk en 1947. Suite à son rétablissement, une image de cette espèce a été adoptée comme logo de la Royal Society for the Protection of Birds.

Elle est globalement blanche avec des marques noires audacieuses.

Elle mesure entre 42 à 45 cm de longueur – y compris le bec, qui mesure 7,5 à 8,5 cm et les pattes d’environ 8 à 10,5 cm de long. Elle a une envergure de 77 à 80 cm.

Les adultes ont un plumage principalement blanc, à l’exception d’un bonnet noir et de taches noires sur les ailes et le dos. Le bec est long et incurvé vers le haut, et les pattes sont longues et bleuâtres.

Les mâles et les femelles se ressemblent. Les jeunes ressemblent aux adultes, mais leur plumage est plus grisâtre.

Son cri est décrit comme un kluit kluit mélodieux qui porte loin.

Elle se nourrit principalement de crustacés et d’insectes dans des eaux saumâtres peu profondes ou sur des vasières, déplaçant souvent leurs becs d’un côté à l’autre dans l’eau lorsqu’ils cherchent de la nourriture.

Elle se reproduit près des lacs peu profonds aux eaux saumâtres et à la boue nue exposée. Elle niche souvent en petites colonies, parfois avec d’autres échassiers. Son nid est placé en pleine terre. La couvée moyenne se compose de 3 à 5 œufs, qui sont pondus dans une éraflure tapissée ou sur un monticule de végétation.

24-05-2021 07-06-2021
1 2 3 6